Entrée illégale d’Afghans arrêtée – inspection à Buchs SG

Le nightjet de Vienne est arrivé à la gare de Buchs juste avant 7 heures du matin un mercredi matin. Des employés de l’Office fédéral des douanes et de la sécurité des frontières (BAZG) montent à bord du wagon. Parmi les voyageurs se trouvaient 34 jeunes venus illégalement en Suisse. La plupart d’entre eux n’avaient ni bagages ni vêtements d’hiver.

Quel processus traversent les migrants après leur arrivée – dans le reportage de TOP RADIO :

l’audio

Les hommes devaient se rassembler en rang sur la plate-forme. Rendez-vous ensuite au contrôle de sécurité et à la visite médicale dans le conteneur. Tout s’est bien passé par cette matinée froide et ensoleillée. Sur les 34 personnes entrées illégalement dans le pays, 31 venaient d’Afghanistan. Beaucoup ont montré une carte verte de procédure d’asile autrichienne.

Contrôle sans tracas

« Tout s’est très bien passé », a déclaré Florian Schneider, porte-parole de la police du comté de Saint-Gall. « Nous n’avons aucun problème avec ces Afghans. Ce sont des gens tranquilles». Après inspection, les réfugiés ont été emmenés dans un centre de traitement, un bâtiment en briques sur un site industriel à l’extérieur de la gare.

Là, la police, les gardes-frontières, les offices régionaux des migrations, les employés de la Croix-Rouge suisse et de l’organisation d’aide HEKS et les entreprises de sécurité privées veillent au bon déroulement du processus. « Rapide, légal et humain », a déclaré le chef des opérations Simon Bless de la police du canton de Saint-Gall.

Depuis une salle d’attente avec de la nourriture et du WiFi gratuit, il procède à une fouille corporelle, à un scan d’empreintes digitales, puis à un interrogatoire. Le traducteur est appelé dans la boîte à questions. Les réfugiés mineurs reçoivent également des soins personnels de la part des employés de l’EPER. Environ la moitié des jeunes Afghans ont moins de 18 ans.

Presque aucun rejet

Environ 45 personnes travaillent au centre. En moyenne, environ 30 réfugiés arrivent à Buchs chaque jour, parfois jusqu’à 50 personnes. Au total, 4 563 personnes sont venues au second semestre 2021, et 631 de plus depuis le début de l’année. La plupart d’entre eux ont demandé l’asile en Autriche. La Suisse pourrait théoriquement les renvoyer, mais cela arrive rarement.

Le processus de Dublin prend environ huit semaines, comme l’expliquent Schneider et Bless. Des jeunes Afghans sont emmenés dans des refuges. Comme il n’a pas pu être attrapé, presque tous se sont cachés en un rien de temps. « Pour eux, la Suisse est purement un pays de transit », a déclaré Schneider. Les destinations sont généralement la France ou la Grande-Bretagne.

Les autorités s’attendent à ce que les entrées illégales dans le Buchs SG se poursuivent en 2022. Le directeur de la justice et de la police de Saint-Gall, Fredy Fässler (SP), a déclaré en novembre dernier que le gouvernement fédéral était en pourparlers avec l’Autriche au sujet de la révision de l’accord de réadmission.

L’objectif de la Suisse est d’accélérer le processus. Cependant, compte tenu de la situation tendue en Europe de l’Est, l’Autriche ne semble pas trop intéressée. Si la migration vers la Suisse continue d’augmenter, le canton de Saint-Gall comptera sur le soutien du gouvernement fédéral et d’autres cantons, a déclaré Fässler.

Raimund Michel

"Tombe beaucoup. Passionné de télévision généraliste. Fan de zombies incurable. Solveur de problèmes subtilement charmant. Explorateur amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.