En France, personne n’est au dessus des lois. AVIS | UE-Pologne-Allemagne – Actualités polonaises | DW

Non pas que Nicolas Sarkozy doive aller en prison avec des trafiquants de drogue et des voleurs de voitures. Si la peine est confirmée en appel, elle peut la purger dans le confort de sa propre maison avec des bracelets de cheville. Et sa femme, Carla Bruni, peut lui jouer la chanson en chœur : « Tu peux faire beaucoup, mais tu ne peux pas te faire prendre. »

Beaucoup s’est accumulé pendant l’ère Sarkozy. Les Français ont été amusés par les détails de sa vie amoureuse, mais ses activités politiques n’ont été révélées que plus tard. Maintenant, il a été reconnu coupable parce qu’il a été prouvé que le tribunal avait soudoyé le procureur général en 2014 pour obtenir des informations sur l’enquête.

La présidence est pleine de scandales

Dans cette histoire, il y a : des téléphones portables jetables, des téléphones sur écoute, des emplois somptueux à Monaco – il y a suffisamment de matériel dans les dossiers judiciaires pour un bon scénario. Mais ce n’est pas tout : lors d’un précédent procès, Sarkozy avait été acquitté d’avoir accepté une donation inopinée de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt. Cette affaire lui pesait depuis des années.

D’autres rencontres avec le tribunal attendent également l’ancien président. Dans deux semaines, un autre procès s’ouvrira concernant le financement illégal de sa campagne électorale de 2007. Sarkozy a également reçu 50 millions d’euros de l’ancien dirigeant libyen Kadhafi. Ajoutez à cela une enquête sur son activité de conseil pour une entreprise russe et des questions embarrassantes sur l’embauche de sa première femme dans son propre bureau.

Sarkozy est le deuxième ancien président à être condamné par un tribunal français : en 2011, Jacques Chirac a été accusé d’avoir détourné et détourné de l’argent public en tant que maire de Paris. Mais le procès le plus spectaculaire a peut-être été celui de François Fillon, qui a payé sa femme comme salariée pendant de nombreuses années, alors même qu’elle n’a jamais travaillé. La décision a détruit la carrière du candidat conservateur à la présidentielle et a ouvert la voie à la victoire d’Emmanuel Macron.

Barbara Wesel, correspondante à Bruxelles pour DW

La spécialité au microscope

Il y a quelques décennies, c’était différent : les accusations, par exemple, de Valérie d’Estaing, d’avoir reçu un sac de diamants du dictateur centrafricain Bokassa, n’avaient pas abouti. Et le fait que François Mitterrand ait gardé sa maîtresse et sa fille dans un appartement appartenant à l’État et ait été gardé par la police a été en quelque sorte accepté. Pendant longtemps, la France a eu des règles différentes pour la classe dirigeante que pour les citoyens. Et cela a déclenché la colère des Français contre l’élite.

Au fil des ans, cependant, le pouvoir judiciaire a de plus en plus poursuivi des crimes commis par des politiciens qui auraient été balayés sous le tapis dans le passé. Les attentes du public dans ce domaine ont également augmenté. L’ancien traité offre une protection décroissante, et une récente série d’enquêtes sur des agressions sexuelles impliquant des dignitaires français indique un changement dans le climat social.

Aucune chance de revenir

Bien sûr, ce genre de processus contre Sarkozy comporte aussi des dangers. Lui-même avait toujours insisté sur le fait que tout était une chasse aux sorcières. En fait, un tel processus peut être utilisé contre des opposants politiques.

La condamnation a été un coup dur pour l’ancien président. Il envisagerait de revenir à l’élection présidentielle au printemps prochain car les conservateurs n’ont pas de candidat crédible. Il pourrait officiellement y participer, mais mener une campagne avec un casier judiciaire serait difficile. Sa punition était un signe que personne n’était au-dessus de la loi. C’est donc un signal important pour une France frustrée et désabusée.

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! >>

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.