Egypte, le militant Ramy Shaat libéré : il était l’un des leaders de la révolution de la place Tahrir. Il sera expulsé du pays

L’Egypte donner le feu vert à libération d’autres prisonniers politiques de grande épaisseur. Des détails manquent, mais selon des sources judiciaires, Ramy Shaat, 48 ans, militant égyptien d’origine palestinienne en prison à La prison de Tora penjara, Al Caire, depuis juillet 2019, est sorti en route hier après-midi et arrive bientôt déporté en dehors de l’Afrique du Nord. La procédure de libération, notamment la longue et compliquée en Egypte, a duré plusieurs heures. Le pendre risque plusieurs années de prison pour les charges retenues contre lui affiliation à des groupes terroristes.

Shaat est l’un des piliers de Révolution carré Tahrir en janvier 2011. Une nouvelle attendue par les organisations luttant pour la protection des droits humains en Egypte, mais surtout par son épouse, Céline Lebrun, citoyen français. en mars dernier Événements quotidiens l’avait interrogée à son retour d’Égypte, où elle avait reçu l’autorisation du gouvernement pour rencontrer son mari pour la première fois depuis son arrestation, qui a eu lieu dans la nuit du 4 au 5 juillet 2019 : « En termes de condamnation, en plus de la peine de prison , Ramy risque de ne pas pouvoir quitter l’Egypte et entrer à nouveau en politique », a-t-il déclaré. Hier soir, contacté par Ilfattoquotidiano.it, Lebrun a procédure de libération confirmée, cependant, appelle à la prudence compte tenu du communiqué concret.

Au cours de ces huit mois, il a semblé au militant bien connu qu’aucune nouvelle positive n’était arrivée, mais hier après-midi les premières confirmations de sa libération ont commencé à circuler : « Maintenant c’est officiel, les autorités égyptiennes ont décidé de libérer Ramy Shaat », a-t-il tweeté à 20h Patrick Zaki. La grande famille égyptienne d’organisations de défense des droits humains a déclenché un tollé pour annoncer une action immédiate : « Shaat sera bientôt libéré et expulsé du pays après avoir attendu longtemps son procès – sont des commentaires de Mohamed Anwar al-Sadate, leader politique et membre du Conseil national des droits de l’homme – Je le félicite, ainsi que sa famille, sa femme et tous ses amis qui l’ont soutenu au fil des ans. Merci également au Procureur Général du Caire, Ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères, Ambassade de France au Caire, àAutorité palestinienne (Le père de Ramy Shaat était un conseiller de longue date du chef du PNJ, Abou Mazen ed.) C’est dedans Sonia Karimi, à la tête du groupe de contact franco-égyptien à l’Assemblée nationale ».

En Egypte, ces derniers mois, le régime a clairement montré signes de détente contre les militants. Cependant, beaucoup reste à faire. Après l’annonce de la libération de Patrick Zaki, il y a moins d’un mois, dans l’attente de son procès le 1er février, le gouvernement présidentiel Abdel Fattah al-Sissi Il a lâché prise Sanaa Seif et il y a quelques jours Ola al-Qaradawi, l’épouse d’un savant célèbre affilié à frère musulman, a été arrêté le 30 juin 2017. Pour lutter contre la punition des Ala Abdel Fattah, frère de Sanaa Seif, un autre pilier du soulèvement égyptien de 2011, du blogueur Mahomet Oxygène Abraham et avocat Mohammed al-Bakr. La semaine suivante, ce fut au tour d’autres prisonniers d’opinion, dont des hommes politiques Ziad el-Alimi, a été arrêté avec Ramy Shaat, et le journaliste Hicham Fouad.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.