Critique : sensation littéraire française dépeignant les horreurs de la guerre à travers les yeux sénégalais

Vous pouvez également écouter l’article en version audio.

« Une folie momentanée vous fait oublier la réalité d’une balle. Une folie momentanée a du courage pour une sœur. Mais quand vous donnez l’impression d’être folle tout le temps, encore et encore, alors vous instillez la peur, même dans votre amis qui sont à la guerre. Tu n’es plus le frère du courage, dont toute mort est courte, mais le véritable ami de la mort, son complice, plus qu’un frère.

Sensation littéraire française publiée en tchèque La nuit tout le sang est noir (traduit par Tomáš Havel, Argo), qui a remporté deux prix littéraires importants : le Prix Goncourt des lycées et le Prix international Booker. L’écrivain français David Diop, qui a grandi au Sénégal, décrit l’expérience de la guerre à travers les yeux d’un soldat sénégalais nommé Alf Ndiaye.

Vous cherchez d’autres bons livres?

Découvrez nos recommandations estivales.

Lorsque son meilleur ami Mademba meurt sous les yeux d’Alfa, dont la souffrance ne peut être accélérée, Alfa commence à se venger de la mort d’un être cher. Il se précipita dans le combat et coupa les mains de ses ennemis. Ses camarades l’ont d’abord félicité pour un tel comportement et ont célébré la soif de sang d’Alf. Cependant, au bout d’un moment, ils ont eu peur de lui, l’ont évité et l’ont finalement renvoyé pour qu’il se rétablisse (« Ils en ont assez du septième bras coupé. Ils en ont tous assez, le guerrier pâle comme le brun soldat. ») .

Alpha s’est vite rendu compte que le principal problème auquel ses camarades étaient confrontés n’était pas la colère elle-même – c’était plutôt un écho qui ne pouvait être évité même après la bataille. Lorsqu’Alpha ramène à plusieurs reprises la main coupée de l’ennemi, il perturbe la paix fragile : « Après la bataille, nous traitons à nouveau l’ennemi comme des humains. Nous ne pouvons pas profiter longtemps de la peur de l’ennemi de l’autre côté, car c’est nous qui ont peur. La main coupée, c’est la peur d’entrer dans le fossé de l’extérieur.

En même temps, bien sûr, la question se pose de savoir où la folie a commencé. Et si, cependant, les Alphas en colère qui ont fait face à leurs camarades avec les horreurs de la guerre n’étaient pas beaucoup plus perspicaces que ceux qui ont tenté de revenir à leurs pensées normales après la bataille.

Attaque contre l’écrivain Salman Rushdie

Quel rapport avec la liberté d’expression ? Et quel livre Rushdie devrait-il lire ?

Bien qu’Alpha soit prise dans un piège aveuglant de colère, qui semble l’aider avec des sentiments insupportables de culpabilité et de tristesse, elle est également capable d’analyser la situation de manière analytique. Plus Alpha parlait, plus il devenait clair que son sens des responsabilités envers son amie décédée allait bien au-delà de la portée de la guerre elle-même. Alpha l’aide à être accepté dans l’armée, et en même temps, il blâme le désir de Madembo de se montrer au combat pour avoir été provoqué par Alpha remettant en question le courage de son ami. À un moment donné, il a expliqué qu’il s’était rendu compte que Mademba était jaloux de sa beauté et de son attirance pour les femmes. Et la conjuration constante des morts d’Alf produit un lien surprenant entre les deux amis, le plus que la littérature puisse transmettre.

Dans une interview avec le Guardian, l’auteur David Diop a noté que lorsqu’il a essayé de retrouver des lettres écrites par des soldats ouest-africains de la colonie française, il n’a rien trouvé – seulement des lettres administratives qui n’étaient pas privées. L’Amendement Diop peut ainsi être compris d’une part comme une tentative de donner une voix à ce groupe qui a versé le sang dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. En même temps, cependant, il est important pour Diop de souligner pourquoi Alfa, Mademba, etc. ont décidé de s’enrôler : « La guerre est une option pour sortir de Gandiol. Si Dieu le veut, nous reviendrons sains et saufs. Quand nous serons citoyens français, nous nous installerons à Saint-Louis. Nous ferons des affaires. Voir le statut de citoyen français et le niveau de vie associé pousse le couple d’amis en enfer sur terre.

Le ringard TikTok va-t-il changer la littérature ?

Lire la suite du bulletin socio-culturel Pod arou Matouš Hrdina.

Cependant, il est important de souligner que La nuit tout le sang est noir pas une prose qui essaie d’analyser le contexte socio-historique. Diop évite même certaines dates, lieux ou noms de bataille. Ses intentions étaient différentes : allumer un courant puissant qui entraînerait le lecteur dans un tourbillon d’émotions orageuses. Diop lui-même a noté que de nombreux soldats ne savaient même pas exactement où ils se trouvaient au front. La seule réalité sur laquelle ils peuvent compter est la réalité intérieure.

Parallèlement, Diop évoque le thème du racisme dans son roman, qui est pourtant repris et travaillé par Alfa à sa manière. Il a dit qu’il avait endossé le rôle d’un « sauvage » indiscipliné. Il est conscient des peurs de ses ennemis (mais aussi de ses camarades, que l’agressivité d’Alf va bientôt faire craindre) et traite leur idée de sauvage comme un outil théâtral particulier ou peut-être un costume dans lequel il peut paradoxalement se mouvoir comme il souhaite.

Diop a noté qu’un certain nombre de préjugés et de contradictions étaient associés à l’armée sénégalaise. Le soldat sénégalais était présenté en France comme un sauveur de la patrie, mais aussi comme un enfant trop grand. Alors que l’ennemi était sanguinaire et sauvage, les soldats sénégalais combattant pour la France étaient aussi naïfs que possible.

L’horreur et le dégoût qu’évoque Alpha découle probablement de la rupture de ce stratagème commode. « Le chocolat, c’est bizarre », a déclaré le soldat blanc.

Le travail avec la langue joue un rôle important, puisque Diop dans un court monologue intérieur évoque le français simplifié présenté aux soldats africains avec l’intention qu’ils suivent le plus fidèlement possible les ordres dans les tranchées. La répétition et la brièveté se desserrent un peu dans les parties où Alfa revient chez lui dans sa mémoire, à une époque d’avant-guerre. Cependant, il n’essaie pas de trouver du réconfort dans son ancienne vie – les souvenirs ne sont souvent qu’une autre confirmation de la raison pour laquelle il a laissé tomber son ami de manière si impardonnable.

Le discours au rythme effréné d’Alf peut finalement être compris comme une tentative de se pardonner et de trouver dans cette voix – qu’il aurait rejetée dans d’autres conditions « non littéraires » – un moyen de réécrire son destin.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *