Critères de qualification pour la mass start olympique : de nombreux grands noms risquent de devoir l’emporter à Pékin – Fondo Italia

Ce fut un début de saison assez particulier en biathlon, où les valeurs sur le terrain étaient dans certains cas même faussées par rapport aux années passées. Un exemple évident est Tiril Eckhoff, est passé de la dominatrice incontestée de la dernière Coupe du monde à l’actuelle 27e place du classement général. Malheureusement, l’Italie a également bégayé dans la première phase de la saison, alors que plusieurs éléments clés étaient aux prises avec des problèmes physiques et des conditions tardives.

Dans la saison olympique, bien sûr, la tête de nombreux athlètes est précisément aux Jeux olympiques de Pékin, mais les semaines suivantes de la Coupe du monde pourraient être décisives à cet égard aussi. En effet, les étapes Oberhof, Ruhpolding et Anterselva ils seront très importants au classement général pour s’assurer une place directe à la messe olympique à partir du 18 février (hommes) et 19 février (femmes).

CRITÈRES

Les quinze premiers du classement général seront confirmés pour le départ groupé, tandis que les 15 autres places seront déterminées par les résultats obtenus lors des trois premières compétitions individuelles aux JO de Pékin, à savoir l’individuel, le sprint et la poursuite olympique. , évidemment sans considérer ceux qui sont déjà qualifiés. Le règlement prévoit, comme pour la Coupe du monde, que tous les grands médaillés et non-médaillés de moins de quinze ans doivent accéder à la mass start. Bref, si cela n’a pas de sens, dans les trois premières courses, nous avons neuf médaillés différents, aucun dans le top 15 de la Coupe du monde, nous aurons neuf médaillés qui se qualifieront pour le départ groupé plus les six autres meilleurs athlètes de le décompte total. trois courses. Évidemment, il est difficile d’imaginer que les médaillés ne rentrent pas dans le top 15 du classement général et dans les quinze meilleurs des trois premières courses, mais il convient de définir les règles. Il est également important de se rappeler que chaque équipe nationale pourra aligner un maximum de 4 athlètes par course, mais dans un départ groupé, si l’équipe nationale doit avoir plus de quatre athlètes médaillés, alors tout le monde peut participer à la course.

ITALIE
Commençons par l’Italie. Si les Jeux Olympiques devaient être joués demain, seulement Dorothée Wierer auront la certitude de participer à la mass start. Actuellement, le financier, champion du monde 2019 de mass start, occupe la 14e place du classement général avec 189 points. Lisa Vittozzi cependant, elle est à un pas des qualifications, puisque la sappadina CS Carabinieri est 16e, à seulement 2 points de Mona Brorsson qui est 15e et -7e de Wierer. Par conséquent, pour les deux, les trois étapes de janvier seront la base pour s’assurer une place pour la dernière course olympique dès le départ. Après tout, rendant toute la magie possible, on imagine mal que les deux bleus n’aient pas réussi à se classer parmi les 15 premiers lors des JO.

En ce qui concerne les hommes, cependant, aucun n’a fait le top 15 aujourd’hui. Le premier des bleus est Luc Hofer en 24e avec 135 points, -58 de Bakken qui est classé 15e. En réalité c’est moins que Seppala, à considérer, à +47 bleu. En fait, dans le top 15, il y a actuellement cinq Norvégiens, donc l’un d’eux doit continuer à marcher, sauf lors des trois courses précédentes, la Norvège n’avait pas aligné cinq athlètes et tous ont remporté des médailles.
bormoline a 26,15 points de retard sur Hofer. Plus loin derrière les autres. Bref, en janvier ces deux bleus peuvent tenter d’attaquer le top quinze, surtout Hofer si dans les prochaines semaines il retrouve une bonne condition physique.
Après tout, tous les Azzurri ont une chance de revenir dans le top quinze pendant les Jeux olympiques. Non seulement Hofer et Bormolini, déjà présents dans la mass start, mais aussi Giacomel, Windisch et Bionaz, qui attendent de retrouver l’effectif, auront tous les moyens de réussir.

AUTRES HOMMES

Au classement général messieurs, la France compte même quatre athlètes dans le top quinze. Jacquelin et Fillon Maillet bien sûr, Desthieux est tout à fait sûr, en attendant Fabien Claude actuellement 13e à +23 et plus Seppala et +25 sur compatriote Guigonnat. Quant à la Norvège, sauf événements sensationnels, Christiansen, Tarjei B, Johannes B et Lægreid se sont calmés. Même parmi les quinze, il y a aussi Bakken, ce qui à ce stade serait un de trop, même s’il pouvait revenir si les techniciens lui donnaient une chance de participer à la course et qu’il parvenait à remporter une médaille. Dans ce cas, même l’un des quatre autres peut être exclu, à moins qu’ils n’atteignent tous le podium. Un problème que seuls les Norvégiens ont. La Russie devrait pouvoir s’échapper Latypov et Loginov, même si cette dernière est un peu risquée. La Suède aura certainement Samuelsson, tandis que Ponsiluoma est dans une situation similaire à Hofer. La Biélorussie aura certainement Smolsky, sauf effondrement sensationnel, tandis que l’Allemagne d’aujourd’hui n’aura que Kühn, qui, cependant, ne peut pas être trop calme. Quatorzième Weger Suisse avec 205 points, Seppala sera également seizième avec 182. Mais dans les prochaines semaines, des athlètes hors du top quinze, pourront attaquer, comme Nawrath, Leitner, Doll et Eder.

D’AUTRES FEMMES

La situation dans le domaine des femmes est très particulière. Le début de saison a été équilibré avec de nombreux retournements de situation. Actuellement, la Norvège ne compte qu’un seul athlète confirmé pour participer au départ groupé, Marte Riseland. La Suède est silencieuse avec deux soeurs berg, lorsque Mona Brosson, comme déjà écrit ci-dessus, seront tous en jeu dans les semaines à venir. La Biélorussie a définitivement Alimbekava et Sola, comme l’Autriche a certainement Hauser. Actuellement, la France compte trois athlètes, à savoir Après (250), Braisaz-Bouchet (235) e Chevalier-Bouchet (229). Dites qu’ils doivent être calmes, mais sans trop se détendre, en gardant cela à l’esprit Vittozzi est à la seizième place avec 182 points, tandis que Lotte Mensonge 17 à 175. Pour l’instant, la Russie est également en Reztsova (234) f Nigmatullina (204), à l’exception de la tchèque Davidova avec 227.
Dehors, il y a des athlètes de haut niveau et de très grande taille. Eckhoff il est 27e avec 139 points et est actuellement loin du top 15, comme son compatriote et ami Mal aux dents, 23 avec 155. Sortie aujourd’hui Franziska Preuss, qui a 160 points et est également aux prises avec des problèmes physiques en ce moment. Vingt avec 158 points nous avons à la place Julia Simon.

Bref, en ce moment il y a vraiment beaucoup d’athlètes de ce niveau qui vont devoir se battre pour les places dans les trois premières courses olympiques, même s’il semble assez évident de s’attendre à voir beaucoup de ces athlètes même sur le podium au premier course de Chine. . Cependant, sans aucun doute, les trois prochaines semaines, entre Oberhof, Ruhpolding et Anterselva, nous jouerons beaucoup.

RÈGLES RAPIDES

– 30 athlètes au départ
– Top 15 du classement général + médaillés des trois précédentes courses individuelles.
– A cela s’ajoute le meilleur classement dans le calcul des totaux individuels, des sprints et des poursuites, via le système de notation de style Coupe du Monde.
– En cas d’égalité de points, l’athlète ayant obtenu le meilleur résultat individuel dans la course sera classé en tête.
– En cas d’égalité supplémentaire, le classement de la Coupe du monde s’appliquera.
– S’il y a toujours égalité, l’athlète avec le score IBU le plus élevé sera considéré comme supérieur.
– 4 athlètes par équipe nationale sont autorisés, mais si une équipe compte plus de quatre médaillés, elle peut en perdre jusqu’à cinq.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.