Commentaires : L’Europe comme un masque. Les Tchèques se célèbrent aujourd’hui

Vous pouvez également écouter les commentaires dans la version audio.

Les Tchèques seront à nouveau en tête de l’Europe ! Directeur de l’Europe – comme le rapporte le bulletin spécial HN presque sans exagération. Après treize ans, les médias publics ont une nouvelle fois renforcé leur présence à Bruxelles, de grandes choses sont attendues. Les Tchèques seront revus en Europe, et si les politiciens ne le gâchent pas cette fois, cela fera avancer tout le pays. Mais où exactement ? Et pourquoi?

L’enthousiasme pour les grandes possibilités politiques offertes par la présidence du Conseil de l’Union européenne a également été soutenu par les représentants tchèques à la Commission de Bruxelles. La vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, voit la présidence comme quelque chose comme les Jeux olympiques, seules les médailles ne sont pas collectées ici, mais une bonne réputation et le respect des autres. Tout est un peu ridicule, et pas seulement à cause du souvenir de la participation passée des Tchèques à cet « Olympique » particulier, qui en 2009, entre autres, à cause de la chute du gouvernement, est devenu mauvais. Toute l’installation du spectacle, y compris les médias, est ridicule à sa manière.

Pendant des années, les Tchèques se sont intéressés aux événements dans l’UE simplement par nécessité, l’activité dans les négociations est minime, les politiciens utilisent Bruxelles comme excuse commune pour tout, même certains (pas seulement du SPD, mais aussi de l’ODS au pouvoir ou l’opposition ANO) le comparent à Moscou ou au RVHP, ce qui est très épicé aujourd’hui, à l’heure où la guerre continue en Ukraine. Mais il y a aussi le désintérêt des médias. Alors que les journaux européens consacrent chaque jour des pages entières aux événements de l’Union européenne, les médias tchèques se désintéressent rapidement après les cérémonies d’entrée comme le geyser (2004) et ne les renouvellent que lorsque les Tchèques assument la présidence de l’UE. Quand est-ce que l’Union est « à nous » !

Au sens tchèque, la présidence est plus une campagne publicitaire ou médiatique que les Jeux olympiques, les gens veulent rejeter la commissaire européenne Jourová, une campagne qui se terminera dès qu’elle commencera, car il y aura sûrement une autre campagne ailleurs, avec un charge et un public plus large.

Les Tchèques sont un petit pays et à cause de cela, ils sont obsédés par l’unicité de leur représentation, que ce soit dans le sport, la médecine, les affaires ou la politique. Chaque succès et chaque triomphe est alors considéré comme un succès national, qui glorifie toute la société et affirme que même les plus petits – s’ils sont talentueux et travailleurs – peuvent réaliser quelque chose de grand. Rappelons-nous la fierté ressentie par les voyageurs à l’étranger en 1990, lorsque le monde entier a raconté l’incroyable histoire de la façon dont le dissident Václav Havel a remporté la révolution anticommuniste à Prague sans coups de feu ni sang et est devenu président.

La victoire et la gloire d’aujourd’hui, c’est la présidence elle-même, en fait nous avons gagné avant, bien que les Tchèques n’aient rien fait et l’agenda qui sera développé pendant sa présidence du Conseil de l’Union européenne, plus ou moins hérité de la présidence de la France. Nous avons été soulevés par le fait que les Tchèques ont eu leur tour de diriger l’Union, Bruxelles n’était plus Moscou ou un dictateur diabolique, mais la gentille, belle et drôle Prague.

Même le slogan de Havel « L’Europe en tant que tâche » semble être utilisé à des fins de campagne, après tout, qui parmi les politiciens tchèques d’aujourd’hui parlerait de l’Europe comme d’une terre crépusculaire, de la nécessité d’une réflexion sur soi, ou même de « l’Europe de l’âme », qui est aussi « ancré dans la métaphysique » comme destin « une combinaison de liberté et de responsabilité ». Si la présidence tchèque naissante est un authentique havelien, il faut aller au-delà d’une simple référence ludique et mystérieuse au discours « L’Europe comme un devoir » de 1996, lorsque le président tchèque reçut le prix Charlemagne à Aix-la-Chapelle.

En fin de compte, peut-être même grâce à la guerre (oui, même une chose terrible comme la guerre peut avoir un effet positif secondaire), ce sera assez facile, car Havel comprenait déjà en 1996 l’Europe comme un « destin commun », provoqué par l’histoire et les valeurs y font leurs preuves. Selon Havel, l’Europe peut « à sa manière servir d’exemple pour que de nombreuses nations diverses puissent travailler ensemble dans la paix sans rien perdre de leur individualité. Montrer par nos propres actions que nous pouvons traiter la planète sur laquelle il nous est donné de vivre avec soin, et que nous pouvons aussi penser aux générations qui viendront après nous. »

Cependant, la présidence tchèque ne se laissera pas influencer par le traitement doux de Havel envers la planète, qui a récemment été exhorté par des personnes d’organisations non gouvernementales nationales et étrangères au Premier ministre Petr Fiala dans une lettre ouverte. La coopération sans perdre l’individualité est déjà plus proche du gouvernement Fial. Mais franchement : l’UE a-t-elle déjà fait autre chose ? L’UE n’est-elle qu’un champ de bataille perpétuel pour les intérêts d’États-nations fragmentés ? Et n’est-ce pas la crainte d’une perte délibérée, souvent même paniquée, de souveraineté qui, outre les « patriotes » du SPD renforcés par les politiciens eurosceptiques de droite de l’ODS, est plus l’expression d’une faible estime de soi qu’une véritable reflet des événements ?

La meilleure façon pour les Tchèques de suivre la tradition de Havel pendant la présidence de l’UE est de se débarrasser définitivement d’approches comme la campagne pour l’Union. Ainsi, les politiciens ont cessé d’utiliser Havel comme une simple icône politique populaire et ont trouvé leur place dans le sens européen dont parlait Havel. Bien sûr, le sens continue d’être recherché, qu’il s’agit d’un « travail ouvert », mais le point de départ est la certitude fondamentale que nous appartenons à la communauté européenne, où nous travaillons non seulement pour nous-mêmes, mais pour tous ceux qui en font partie. . union avec nous.

Ensuite, la présidence ne sera plus jamais une célébration politique et médiatique de l’exclusion nationale d’une petite nation qui peut faire beaucoup de travail pour elle-même en six mois.

Non, la Tchéquie ne travaille plus pour elle-même, elle travaille pour toute l’Europe, qui fait partie de l’ensemble mondial, où elle peut jouer un rôle important si elle le souhaite. Comme le dit aussi Václav Havel à Aix-la-Chapelle, nous devons garder à l’esprit le point de vue « universaliste », c’est-à-dire non pas sur le fait que nous allons propager les idées de démocratie et de capitalisme comme les seules vérités exprimées, mais sur le fait que nous comprendra toujours toutes les actions liées à d’autres personnes.

C’est aussi pourquoi la pensée d’un Havel de 26 ans comme Charlemagne, aujourd’hui adopté par le gouvernement tchèque, se termine par une référence assez directe à la Bible et à l’impératif catégorique de Kant, qui est à la base de la morale naturelle européenne depuis plus d’un an. deux cents ans. année : « Nous ferons de notre mieux pour le monde si nous n’agissons que comme notre conscience nous le dit, c’est-à-dire comme nous pensons que tout le monde devrait agir. »

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.