Commentaires : Faites-le ! L’ère des voitures en ville touche à sa fin

Vous pouvez également lire l’article en version audio.

« Malgré les efforts des politiciens pour promouvoir le transport par bus et par rail, la grande majorité des Allemands préfèrent toujours conduire. Selon DPA, les résultats d’une enquête menée par l’agence YouGov. Environ 70 % des personnes interrogées ont identifié une voiture comme le véhicule qui correspond le mieux à leurs besoins. »

Autant d’enquêtes de nos jours. Je parie qu’il en sera de même en République tchèque. J’aime aussi conduire. Cependant, ce plaisir diminue chaque année. Pour que vous, Praguois, ne vous pensiez pas seuls dans ce cas, par exemple avec le pont Barrandov : voyager en voiture et dans les petites villes, comme ma maison Jablonec nad Nisou, n’est plus tolérable.

La moitié de la ville a été fouillée. Des feux de circulation assurent des services de navette à plusieurs endroits. Marcher dans la ville commence à rapporter plus vite qu’en voiture. Et malheureusement, même au cours de ces semaines extraordinaires, lorsque la ligne principale n’est pas accidentellement réparée, les conducteurs (et les passagers) s’accroupissent également dans les colonnes. Je vais me répéter dans ce texte, mais il y a trop de voitures. Par exemple, dans l’après-midi à l’arrivée dans la ville de Prague. Ou sur la rue principale Palackého, où les gens se rendent dans les plus grands lotissements de Jablonec, mais aussi pour faire du shopping, les enfants de l’école et le ring drive ici, la livraison des opérateurs transporte les colis des gens avec n’importe quoi.

S’il vous plaît, ce n’est pas une analyse d’expert. Ceci, disons, mon expert en brouillage est devenu inconscient. Même le profane a commencé à se rendre compte que les villes tchèques n’ont pas été construites pour autant de trafic automobile. Comme cela peut arriver. En bref, tant de voitures ne tiennent pas sur la route, qui ont été construites dans un but complètement différent. Et qu’à l’exception d’exceptions, qui cependant ne complètent pas l’ensemble, cela n’a que peu à voir avec l’agencement « idéologique » actuel de l’État et de son appareil autonome.

Le grand Liberec voisin est tout aussi mauvais que le Jablonec. Le sous-ministre des Transports Jiří olc m’a dit il y a environ quatre ans que des péages devaient être mis en place, alors un politicien a osé le faire. Parce que cela mettrait fin à sa carrière. Il a également parlé de soutenir les voitures électriques pour entrer dans le centre et d’empêcher l’accès aux vieilles voitures à fortes émissions, en raison d’une meilleure qualité de l’air. Ce que j’avais objecté à l’époque, c’était qu’une telle démarche ne ferait qu’améliorer une atmosphère déjà intense, alors que les hostilités entre les moins riches et les riches augmentaient.

Attention, notre conversation se déroule à un moment où personne ne peut imaginer la guerre en Ukraine, la crise énergétique et la hausse des prix de tout ce qui pourrait être plus cher. De plus, une voiture électrique est aussi une voiture, elle n’aidera donc pas la route à éviter les embouteillages.

En même temps, nous avons une solution trente kilomètres derrière Liberec. Ceux-ci sont appelés trains de banlieue et urbains allemands. Quiconque a déjà voyagé en train vers et autour de Dresde sait à quel point c’est beau. Appareils propres modernes, wi-fi et prises comme outils pour travailler sur des ordinateurs dans l’équipement de base, des prix avantageux, en particulier par rapport aux produits diesel et à essence d’aujourd’hui.

Cela semble être un concept facilement transférable à la République tchèque. Mais non. Nos gares sont souvent à des kilomètres du centre historique. À Jablonec, vous pouvez marcher de la gare principale, par exemple, jusqu’à la mairie, où vous devez accomplir certaines formalités, certainement pas plus d’une demi-heure à pied. Ici, il faut apprécier l’arrêt de construction relativement récente au-dessus de la gare routière, qui raccourcit considérablement cet itinéraire. A Liberec, il faudra quinze ou vingt minutes de la gare à la commune. Et à Harrachov, où la gare était cachée au fond des bois, une route de quatre kilomètres et demi menait au centre.

Ce serait formidable si quelqu’un du ciel jetait maintenant des milliards dans les coffres de la ville pour une reconstruction complète des infrastructures de transport, reconstruisant les routes et introduisant le transport ferroviaire dans les centres, mais pas seulement là-bas, aussi dans les logements, pour faire du shopping. centre commercial. Ce qui, bien sûr, n’est pas le cas. Et les transports publics ne sont souvent pas non plus la solution à Liberec. Les bus ont tendance à être très encombrés pendant les heures de pointe, donc les traverser tous les jours pour le travail ne peut que vous faire détester l’humanité. De plus, les nuages ​​roulants de l’échappement de certains moteurs plus anciens pourraient plonger les citoyens plus sensibles à la crise climatique dans l’angoisse environnementale.

Le défi de ce type de travail à vélo est bon. Jusqu’à récemment, dans les villes de montagne dont j’ai parlé, leurs idées étaient entravées par les collines. Arriver au bureau ou au guichet de la banque en transpirant comme une porte d’entrepôt, ou même en sentant, c’est compréhensible un problème. Ces dernières années, la plupart ont été complétées par des vélos électriques. Mais on tourne en rond. Descendez dans les rues à vélo. Peut-être aurez-vous de la chance et survivrez-vous indemne. Ou pas. Ni Liberec ni Jablonec, à quelques exceptions près, n’ont de véritables pistes cyclables de haute qualité. Sans oublier les rues de la ville, animées par la ville, mais réservées uniquement aux vélos. Seuls les plus passionnés d’entre nous trouveront le courage de filer à travers le guidon des rétroviseurs des voitures qui passent, dévalant les voies absurdes d’un demi-mètre des routes principales.

Il y a donc une promenade. Citons cet article du portail zdopravy.cz: Selon l’Organisation mondiale de la santé, la moitié des trajets en voiture jusqu’à cinq kilomètres en Europe sont facilement remplacés par la marche ou le dépassement. Il nous rappelle également que la transition vers l’électromobilité ne mettra pas fin au problème que causent les voitures : la congestion. Selon Ford, tout le monde passe 36 heures par an debout dans une colonne ou à la recherche d’une place de parking (L’article explique que les constructeurs automobiles de nouvelle campagne appelant les gens à limiter leur utilisation de ses produits et à marcher ou à faire du vélo au lieu de conduire – faites attention. rouge.). « Nous savons que pour beaucoup de gens, la conduite sur de courtes distances est un must. Mais pour beaucoup, moi y compris, nous avons des habitudes que nous devons changer », a déclaré le PDG de Ford Europe, Stuart Rowley. La campagne de Park, la voiture, fera partie du programme d’éducation de Ford pour les jeunes conducteurs.

Depuis plus de deux mois, les constructeurs et concessionnaires automobiles en France ont dû réfléchir à d’autres modes de transport que la voiture. « Pour les courts trajets, il vaut mieux marcher ou faire du vélo. Prenez les transports en commun tous les jours. Pensez au covoiturage. « Un tel slogan est obligatoire dans toutes les annonces de voitures neuves.

Bien sûr, je trouverai mille raisons pour lesquelles ça « ne marche pas ». Mais pourquoi dois-je faire cela alors que la marche semble être le choix le plus sage, le plus écologique et le plus sain en ce moment. Mais encore, ne soyez pas naïf. Les appels peu nombreux sont entendus par un faible pourcentage de conducteurs.

Le problème du transport urbain doit être abordé conceptuellement. De quoi – je n’aurai pas peur des termes révolutionnaires – pour changer la réflexion sur le fonctionnement de la ville. Un conseil municipal de la taille de Jablonec doit de toute urgence reconsidérer ses priorités, recruter et rémunérer immédiatement dix experts expérimentés parmi les urbanistes, les sociologues, les ingénieurs des transports, les architectes, les designers, les techniciens et les équipes de fabrication, car le laboratoire de mode d’aujourd’hui est dédié à comment surmonter progressivement la crise du trafic.

Les politiciens aiment dire qu’il s’agit d’une situation à long terme et insoutenable. Ce n’est pas vrai. Ce qui se passe dans les rues n’est plus durable ni à court terme.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.