Burkina même sans. La révolution du maillot de bain déclenche une tempête politique en France

Le maillot de bain intégral porté par certaines femmes musulmanes est devenu un sujet controversé en France ces dernières années. Les critiques les voyaient comme des symboles de l’islamisme rampant et une insulte aux traditions laïques françaises, et de nombreux militants de droite et certaines féministes voulaient les interdire purement et simplement.

Des règles strictes s’appliquent à la plupart des piscines publiques françaises, déclare The Guardian. Par exemple, les hommes devraient plus porter des maillots de bain de course serrés au lieu de shorts. Actuellement, la piscine municipale de Grenoble interdit l’utilisation de dessus anti-UV, sauf pour les hauts à manches courtes pour les enfants de moins de 10 ans ou pour les adultes sur présentation d’un certificat médical.

Mais le maire de Grenoble, ric Piolle, a présenté une proposition au conseil municipal lundi pour permettre aux gens de s’habiller dans les piscines « comme ils veulent ». Les nouvelles règles permettront aux femmes et aux hommes de nager nus et tous les nageurs porteront des maillots de bain complets, y compris le burkin. Soit la raison est la protection solaire ou les croyances religieuses.

Lors d’une réunion du conseil municipal, il a réussi à recueillir suffisamment de voix pour approuver les changements, bien qu’il n’ait pas le soutien de son propre parti, qui s’est distancé de la décision. Après deux heures et demie de débats tendus, le conseil a approuvé la « révolution du maillot de bain » par le vote le plus serré – 29 membres pour, 27 contre et 2 abstentions. « Nous voulons juste que les femmes et les hommes puissent s’habiller comme ils le souhaitent », a déclaré Piolle à RMC lundi.

Les villes peuvent perdre de l’argent

Mais une vague de critiques s’est abattue sur Pioll. L’ancien maire Alain Carignon a critiqué la décision de son successeur et a appelé à un référendum local lors de la réunion du conseil. « On ne peut pas forcer un sujet aussi sensible. Vous n’avez aucune légitimité, vous n’avez pas été élu », a déclaré Carignon.

Cependant, Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, a menacé de suspendre tout l’argent du budget local si les règles étaient assouplies. « Piolle a l’intention d’autoriser l’utilisation du burkini dans les piscines de la ville. Je l’ai prévenu, s’il le faisait, la région arrêterait tout financement pour la ville de Grenoble », a écrit Wauquiez. « Face à ce séparatisme – comme je l’avais promis, la région arrêtera immédiatement toutes les subventions à la mairie de Grenoble », a-t-il ajouté sur Twitter.

« L’objectif de Burkin est simplement d’introduire des normes islamistes dans les loisirs publics », écrit Jean-Pierre Barbier, directeur du conseil d’administration du département, dans une lettre ouverte. D’autres politiciens ont signé des lettres ouvertes contre les maillots de bain intégraux, qui, selon eux, représentent « l’oppression et la subordination des femmes ». Christophe Ferrari, ancien chef du Parti socialiste dans la région Grenoble-Alpes, a déclaré que Piolle menait une « croisade individuelle incompréhensible ».

Mais Piolle a précisé plus tard que les nouvelles règles ne s’appliquaient pas exclusivement aux burkins et que les burkins ne posaient pas de problème. Il a déclaré que le différend montrait que la qualité du débat sur les politiques publiques en France était en déclin. « Arrêtez de stigmatiser et de discriminer les musulmans dans notre pays. Arrêtez de transformer les femmes en objets sexuels en leur disant quoi porter », a-t-il déclaré. Sécurité.

La question de l’habillement des gens dans les piscines est sensible en France. « Il semble que (le maire Piolle) ne se rende pas compte à quel point nos valeurs républicaines sont préjudiciables », a déclaré lundi Prisca Thévenot, porte-parole du parti du président Emmanuel Macron. Selon lui, la décision pourrait favoriser l’influence de l’islam et mettre en péril la laïcité française.

Débat national avant les élections

Le différend régional place le Burkina au premier plan des intérêts nationaux et ravive le débat public français avant les élections législatives du mois prochain France24.

Selon The Guardian, Macron espère remporter la majorité aux élections législatives, mais fait face aux défis de l’alliance de gauche dirigée par Jean-Luc Mélenchon. L’éventuel candidat raté de l’Association nationale à la présidence, Marine Le Pen, souhaitait également augmenter son mandat. Selon le Guardian, ils ont utilisé le conflit du Burkina pour attaquer l’alliance parlementaire de gauche et ont déclaré qu’il incluait « des partisans du burkina dans le pool ».

Ce n’est pas la première fois que Burkin déclenche des conflits politiques avant une élection clé. Le premier débat autour de ces maillots de bain en France a éclaté à l’été 2016, juste avant l’élection présidentielle. A l’époque, une trentaine de stations balnéaires françaises interdisaient d’apporter le burkina sur la plage, à l’initiative du maire de Cannes. En revanche, la ville de Rennes, dans le nord de la France, autorise les burkins dans les piscines depuis 2019.

L’utilisation de symboles religieux en public est une question très sensible en France, surtout compte tenu de l’accent mis par le pays sur la séparation de l’Église et de l’État. En 2011, la France est devenue le premier pays européen à adopter une loi interdisant le port de symboles religieux en public, dont le niqab et le foulard.

Nicole André

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.