Bruxelles saisit la Cour constitutionnelle | Allemagne – politique allemande actuelle. DW Nouvelles en polonais | DW

La Commission européenne a donné aujourd’hui deux mois aux autorités polonaises pour expliquer comment elles entendent résoudre le problème avec la Cour constitutionnelle. Ensuite, Bruxelles peut passer à la deuxième étape de la procédure anti-infraction, et s’il n’y a pas d’action satisfaisante de la part de la Pologne, renvoyer l’affaire devant la Cour de l’Union européenne. Les sanctions financières peuvent être définitives.

Le principal grief de la Commission concerne les décisions de la Cour constitutionnelle de juillet et octobre, qui visaient à nier la primauté du droit de l’UE en Pologne dans le domaine judiciaire. – Nous pensons que cette décision de la Cour constitutionnelle viole les principes généraux d’autonomie, d’excellence, d’efficacité et d’application uniforme du droit de l’UE et l’effet contraignant des décisions de la Cour de justice de l’UE, a déclaré le commissaire Paolo Gentiloni, faisant rapport lors de la session d’aujourd’hui du la Commission européenne. Bruxelles a expliqué que cette décision de la Cour constitutionnelle violait l’art. 19 traités de l’UE, qui garantissent le droit à une protection juridictionnelle effective. Ainsi, ils ont privé les Polonais de la pleine garantie de leurs droits fondamentaux devant les tribunaux polonais.

Manifestations à Gdańsk après l’arrêt de la Cour constitutionnelle en octobre 2021

De plus, dans la procédure ouverte aujourd’hui, la Commission a exprimé de « sérieux doutes » quant à l’indépendance et à l’impartialité de la Cour constitutionnelle. Et a jugé que la Cour constitutionnelle « ne répond plus aux exigences judiciaires précédemment stipulées par la loi ». Il s’agissait principalement de la question de la composition brisée de la Cour constitutionnelle, à savoir le « double » nommé par le président Andrzej Duda à un siège déjà occupé à la Cour constitutionnelle, qui est devenu la première mais puissante volée dans le différend sur l’état de droit entre Bruxelles et la Pologne . Jusqu’à présent, l’Union n’a traité cette question que dans le cadre du processus prévu à l’art. 7. que la Commission a lancé en décembre 2017.

– Cependant, il s’agit également d’irrégularités et d’autres manquements, tels que l’élection du président et du vice-président de la Cour constitutionnelle, qui soulèvent de sérieuses inquiétudes quant à l’impartialité des juges de la Cour constitutionnelle, a annoncé aujourd’hui la Commission européenne.

La Cour constitutionnelle polonaise est également une juridiction de l’UE, car elle traite également des interprétations du droit de l’UE et a même par le passé interrogé la CJUE pour des décisions préliminaires (sur la TVA sur les livres électroniques). C’est pourquoi les institutions de l’UE commencent à s’occuper de son indépendance.

CJUE : Défendre l’indépendance malgré la Cour constitutionnelle

L’été dernier, le gouvernement polonais a demandé à la CJUE de lever la mesure provisoire qui a gelé la chambre disciplinaire, expliquant que de « nouvelles circonstances » s’étaient produites, à savoir la décision de la Cour constitutionnelle de juillet selon laquelle – pour simplifier – la CJUE n’avait pas le droit d’imposer mesures provisoires dans le domaine judiciaire en Pologne. Cette demande a été rejetée avec véhémence par le vice-président de la CJUE en octobre, et trois semaines plus tard, la Pologne a été condamnée à une amende journalière d’un million d’euros, qui est toujours imposée aujourd’hui, pour ne pas avoir appliqué les protections à la Chambre de discipline.

La CJUE a souligné que bien que l’organisation de la justice soit une compétence des États de l’UE, elle doit répondre aux exigences de l’UE en matière d’indépendance des juges, que les institutions de l’UE doivent garantir. – Le fait que la cour constitutionnelle nationale ait constaté que l’action était contraire à l’ordre constitutionnel d’un État membre donné n’affecte pas le jugement – a annoncé le vice-président de la CJUE en octobre. Il a souligné que « les dispositions du droit national, même si elles sont constitutionnelles, ne devraient pas compromettre l’efficacité du droit de l’UE ».

Pour justifier cette décision, la CJUE s’appuie sur des arrêts antérieurs de mai concernant le pouvoir judiciaire, y compris les actions de la Cour constitutionnelle roumaine, qui a accepté hier (21/12/2021) une autre décision de la Cour de justice de l’UE dans l’affaire roumaine. Eh bien, le Conseil suprême de la CJUE, composé de 15 membres, a décidé qu’il serait contraire au droit de l’UE d’appliquer par un juge roumain un tel arrêt de la Cour constitutionnelle roumaine, ce qui – en conjonction avec les dispositions nationales – pose un risque systémique d’impunité. Il s’agit de l’annulation des sanctions pour corruption ou abus de pouvoir de personnalités roumaines à la suite des décisions de la Cour constitutionnelle.

En outre, la CJUE dans l’arrêt « Roumanie » d’hier a statué qu’en raison de la primauté du droit de l’UE, les mesures disciplinaires contre les juges pour avoir utilisé les interprétations de la CJUE contrairement aux décisions de la cour constitutionnelle sont contraires au droit de l’UE.

Karlsruhe censuré

En juin de cette année, la Commission européenne a lancé une procédure anti-infraction contre l’Allemagne pour contester l’arrêt de la CJUE par la Cour constitutionnelle de Karlsruhe (il s’agissait de la politique monétaire de la Banque centrale européenne). Mais Bruxelles a achevé cette procédure début décembre suite à l’engagement politique de Berlin d’essayer d’éviter une répétition.

Le gouvernement d’Angela Merkel a assuré par écrit qu’il « reconnaît sans équivoque l’autorité de la CJUE, dont les décisions sont définitives et contraignantes » et à son avis « la légalité des actions des institutions européennes ne peut être soumise à l’examen de recours constitutionnels devant les tribunaux allemands, mais ne peut être examiné que par la CJUE ». Les autorités allemandes se sont engagées à promouvoir le dialogue et les réunions entre les juges de la CJUE et la Cour constitutionnelle afin d’améliorer la compréhension mutuelle de leur rôle dans l’ordre de l’UE.

Manifestation pour la défense du juge Igor Tuleya

Bruxelles a expliqué que cette décision de la Cour constitutionnelle violait l’art. 19 traités de l’UE, qui garantissent le droit à une protection juridictionnelle effective

De plus, dans le rapport sur l’état de droit de cette année, la Commission européenne a rappelé au gouvernement français qu’elle avait récemment tenté de contester l’évaluation par la CJUE des règles de collecte de données du service français devant le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative. Bien que le Conseil d’Etat ait désapprouvé en avril les demandes de ces autorités de contester la CJUE, en termes simplifiés, il se réserve le droit de revoir les décisions de la Cour européenne de justice, y compris en matière de sécurité.

Conflit polonais à Bruxelles

La décision prise aujourd’hui par la Commission européenne marque le début de la cinquième procédure anti-infraction contre la Pologne sur la question de l’État de droit. Jusqu’à présent, trois d’entre eux ont conduit à la défaite des autorités polonaises devant la CJUE (décisions sur l’assainissement des retraites de la Cour suprême, décisions sur la modification de l’âge de la retraite dans les lois du système judiciaire général, décisions sur le système disciplinaire) , et le quatrième – sur les coups de bouche – toujours en attente à la CJUE. En juillet, dans le cadre de ce processus, il a ordonné la sécurité de la chambre de discipline.

De plus, le 19 novembre, la Commission européenne a placé la Pologne et la Hongrie sous la tutelle de « l’argent pour l’État de droit », en commençant cette procédure par des lettres à Varsovie et à Budapest. Il y évoquait des soupçons de graves failles dans l’État de droit, qui pourraient entraver la bonne gestion des fonds. Et il a demandé des explications dans les deux mois. Les objections mentionnées dans la lettre aux autorités polonaises incluent la question de deux décisions de la Cour constitutionnelle attaquant la primauté du droit de l’UE. La Commission a demandé comment la Pologne entendait appliquer des dispositions détaillées sur la discipline dans la gestion des fonds dans de telles conditions.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.