Brexit, la guerre des palourdes en Manche entre la France et l’Angleterre

La pêche est l’une des questions les plus compliquées dans les négociations post-Brexit. Les tensions entre les deux pays se sont intensifiées avec le nombre de permis accordés par Londres aux pêcheurs français, que Paris juge trop faible. Acte final des affrontements, saisie d’un bateau de pêche britannique par la police française

Des vents forts ont soufflé entre les deux rives du détroit. La tension monte entre la France et la Grande-Bretagne, opposées à la guerre dite des obus, qui aboutit à la saisie d’un bateau de pêche britannique par la police française et à la convocation conséquente au ministère des Affaires étrangères de l’ambassadrice de France à Londres Catherine Colonna, qui reçu une note de protestation formelle (BREXIT SPECIAL ).

La position opposée des deux pays

approfondissement



Challenge de Boris Johnson : Brexit, la pandémie et l’environnement

La pêche est l’une des questions les plus compliquées dans les négociations post-Brexit. Le nombre de permis accordés par Londres aux pêcheurs français, que Paris juge trop faible, a piqué le moral des deux pays, qui ont violé les engagements pris par Londres dans le cadre d’un accord post-Brexit. Cependant, cette déclaration est opposée par le Royaume-Uni pour lequel 98% des demandes de pêche de l’UE ont été acceptées et pour les 2% restants, Londres est ouvert à l’évaluation.

Se battre

approfondissement



Pêche, tensions franco-britanniques. Bateaux de pêche et navires militaires loin de Jersey

Le ton a été relancé suite à l’annonce par l’administration du président Emmanuel Macron de mesures de rétorsion attendues à partir du mardi 2 novembre, à moins que la politique britannique n’honore l’accord de licence d’ici cette date. Le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal, a précisé que cette première série de sanctions impliquerait « un dédouanement systématique et des contrôles sanitaires sur les produits débarquant en France, ainsi qu’une interdiction de débarquer des produits de la mer » et susciterait également une réponse progressive, avec « éventuellement une deuxième série de représailles », notamment, « des mesures énergétiques affectant l’approvisionnement en électricité de l’archipel anglo-normand », dont Jersey.

« Les menaces de la France sont décevantes et disproportionnées et ne correspondent pas à ce que nous pourrions attendre de nos proches alliés et partenaires », a rétorqué un porte-parole du gouvernement britannique, cité dans un tweet du ministre des Affaires étrangères chargé de la mise en œuvre du Brexit, David Frost.

confiscation de navires britanniques

approfondissement



Pêche, tensions franco-britanniques. Bateaux de pêche et navires militaires loin de Jersey

Le dernier acte d’affrontement a été la capture de deux bateaux de pêche britanniques pour inspection dans le détroit. L’un des deux navires a été dérouté vers le port du Havre avec une escorte d’une patrouille de gendarmerie. Le premier n’est condamné qu’à une amende pour « obstruction à la surveillance », tandis que le second risque des sanctions pénales, la confiscation et la confiscation des produits de la pêche pour ne pas avoir de permis en cours de validité. Ces contrôles, fréquents en saison des coquillages, s’inscrivent également dans le « renforcement des contrôles dans le détroit dans le cadre des discussions sur les permis de pêche entre le Royaume-Uni et la Commission européenne, après le Brexit », a reconnu la ministre française de Mare, Annick Girardin.

Alors que d’un côté le secrétaire d’État aux Affaires de l’Union européenne, Clément Beaune a déclaré qu’avec l’exécutif actuel de Boris Johnson il faut « parler un langage coercitif car je crains qu’il soit le seul à comprendre », de l’autre un porte-parole de Downing Street a déterminé qu’une réunion technique gouvernementale s’est tenue sur la question présidée par Lord Frost où l’initiative française a été qualifiée d' »inacceptable et incompatible avec l’accord de libre-échange et de coopération (ACT) signé avec l’UE » pour l’après-Brexit », ou avec les droit international. plus large ». « Nous regrettons – a poursuivi Londres – le langage provocateur utilisé à plusieurs reprises par le gouvernement français dans ce dossier, qui bien sûr ne contribuera pas à rendre la situation plus facile. Nous avons fortement exprimé nos inquiétudes tant auprès de la France qu’auprès de la Commission européenne et, prochaine étape, le ministre des Affaires étrangères a chargé le vice-ministre des Affaires étrangères Morton de convoquer l’ambassadeur de France.

Essais en France de bateaux de pêche Gb non licenciés

approfondissement



Brexit, la « guerre de l’eau » éclate entre l’UE et le Royaume-Uni

Le commandant d’un navire de pêche britannique qui a débarqué au Havre, soupçonné d’avoir capturé plus de deux tonnes de « coquilles Saint-Jacques » sans permis, doit comparaître devant la justice le 11 août prochain. Cela a été annoncé par le procureur de la ville portuaire dans un communiqué de presse. Il sera poursuivi pour « pêche illégale en mer dans les eaux françaises par des navires hors UE ». Le capitaine du navire n’avait pas de permis en cours de validité et a pêché 2 160 kg de coquillages dans les eaux territoriales françaises. Il risque une amende de 75 000 euros et des sanctions administratives. Le propriétaire d’un bateau de pêche écossais s’est défendu en dénonçant des malentendus et des manœuvres politiques, dans le cadre d’un différend entre la France et la Grande-Bretagne sur les permis de pêche dans le détroit post-Brexit.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.