Biarritz : la France refuse le vaccin à des dizaines d’Espagnols après l’avoir autorisé ce week-end sans aucune condition | Publique

La France a décidé de stopper l’entrée des Espagnols qui, depuis le week-end dernier, ont pu se faire vacciner dans plusieurs villes basco-françaises sans exiger aucune condition. Des centaines de Gipuzkoas, pour la plupart jeunes, ont réussi à s’injecter la première dose sans que la santé basque ne s’en aperçoive. Face au flot de réserves orchestré de ce côté de la frontière, les autorités françaises ont convenu ce lundi après-midi de durcir les conditions pour les Espagnols et exigent désormais une lettre vitale (équivalente à une carte sanitaire), une autorisation de séjour ou de travail afin de recevoir le vaccin. Tous ceux qui sont venus à Biarritz ce lundi avec leur promesse se sont vu refuser le vaccin. La France a garanti une deuxième dose aux Espagnols qui ont reçu la première injection.

Plus d’informations

Julia Olano, 25 ans, est enregistrée à Saint-Sébastien et travaille à Madrid. Ce matin, il s’est rendu au Parc des expositions Iraty à Biarritz, mais il n’a pas encore reçu son vaccin : « On m’a dit qu’en raison de problèmes administratifs ils ne peuvent pas vacciner les Espagnols si nous ne confirmons pas que nous habitons ou travaillons en France. » Il a pris des rendez-vous, comme des centaines d’autres, via l’application mobile DoctorLib. Tout ce que vous avez à faire est de fournir vos nom et prénom, date de naissance et e-mail. Le système lui permet même de choisir entre la formule Pfizer-BioNTech et la formule Moderna. La simplicité de cette procédure, totalement gratuite, a encouragé de nombreux jeunes en Espagne qui n’avaient pas eu cette option depuis la semaine dernière. Le bouche à oreille fait augmenter la demande de façon exponentielle. Elena Maeztu, 21 ans, l’a fait et a été vaccinée samedi dernier : « C’est si facile. La nouvelle s’est vite répandue et quelques amis l’ont découvert par plusieurs voies différentes. Nous avons pris rendez-vous depuis un téléphone portable, ils nous ont poignardés et nous ont donné un reçu et un deuxième rendez-vous en trois semaines ».

Le Service de santé Basque-Osakidetza n’était pas au courant que la France proposait le vaccin aux Basques. Le ministre de la Santé, Gotzone Sagardui, a assuré ce lundi que le gouvernement français ne leur avait rien communiqué. En attendant, en file d’attente pour se faire vacciner à Biarritz, de nombreux Guipuzcoiens ont continué à arriver ce matin dans l’espoir de recevoir la première dose. C’est le cas de Mikel (27 ans), ses copines Yolanda (28) et Maite (20 ans), qui ont parcouru environ 110 kilomètres pour se rendre depuis Bergara et Eibar. « Nous avons décidé de faire comme ça parce qu’en Espagne tout est plus lent. Nous ne savons pas quand ce sera notre tour et ainsi nous pourrons passer l’été plus détendus », a expliqué Mikel avant d’entrer dans la salle. Quelques minutes plus tard, comme le reste des Espagnols, ils sont partis sans se faire poignarder.

Maider Arostéguy, le maire de Biarritz, a calculé que dans cette ville les préparatifs seront répartis entre « environ 300 personnes » ce week-end, plus ceux qui se rendront sur d’autres points, comme Hossegor ou Ascain. Les conseillers ont assuré au journal que la décision d’exiger désormais plus de documentation est conforme à l’Agence régionale de santé française : « Les vaccinations ne seront ouvertes aux Espagnols qu’en cas de dépassement et il y a un risque de manquer cette dose. En France, il y a un taux élevé d’annulations de rendez-vous, selon la coordinatrice du stage de vaccination de Biarritz, Estefanie Gravé.

Julia Olano, qui travaille à Madrid, affiche un rendez-vous pour se faire vacciner à Biarritz (France) via son téléphone portable.Javier Hernandez

Le conseiller basque Sagarduy s’est étonné de la situation, alors que les critères de vaccination sont « plus ou moins similaires » au niveau européen. Dans une interview à Radio Euskadi, il a exprimé l’opinion que c’était « peut-être » dû au fait que le pourcentage de personnes souhaitant se faire vacciner en France était « plus faible » — un problème qui « heureusement » ne s’est pas produit en Euskadi, il clarifié – et il y avait donc un « nombre de doses plus élevé » disponible dans ce pays.

Xabier Garmendia et sa fille Emma, ​​tous deux originaires de Donostia, ont assisté aux journalistes pour exprimer leur « déception » de ne pas être vaccinés : « C’est un devoir de faire en sorte que ce voyage en vaille la peine. Il nous a fallu un certain temps pour prendre rendez-vous, on dirait que beaucoup d’entre nous ont essayé. Nous avons perdu du temps. Voyons si notre gouvernement fait le travail et si les vaccinations vont plus vite », a déclaré le père.

Plus d’informations

En France, les adolescents âgés de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner avec l’accord de leurs parents. Au Pays basque, il est loin derrière et s’appelle actuellement la tranche d’âge des 40-49 ans. Pour de nombreux jeunes Basques, se faire vacciner en revanche est aussi une « occasion de voyager en toute tranquillité cet été », a déclaré Iñigo, 19 ans, un habitant de San Sebastián, qui n’a pas non plus été vacciné malgré le fait qu’il l’ait été, essayant de présenter son dossier académique au centre.

Magaly et Mark sont un couple, il est péruvien et il est anglais, qui vit à San Sebastián depuis peu de temps. Ils n’ont pas encore de carte de santé Osakidetza et, en vérifiant qu’ils n’ont pas besoin de cette exigence au Pays Basque français, ils ont décidé de le faire ici. « Nous avons trouvé la simplicité du processus surprenante et ils n’ont demandé aucun document », a déclaré la jeune femme en attendant son tour.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.