Bek a dirigé les pourparlers ministériels de l’UE pour la première fois et est optimiste quant au dialogue avec la Hongrie

Mise à jour: 23.05.2022 18:46
Publié:

Bruxelles – Le ministre tchèque des Affaires européennes Mikuláš Bek est optimiste quant à l’évolution du procès mené par l’Union européenne avec la Hongrie car on craint qu’il ne viole les valeurs européennes. Après la réunion d’aujourd’hui des ministres de l’UE chargés des affaires européennes, qu’il a présidée à la place de son homologue français absent, Bek a évoqué la meilleure atmosphère et le meilleur contenu du débat par rapport aux réunions précédentes. Le commissaire européen Didier Reynders s’est montré plus critique, affirmant que les dirigeants européens assistaient à des événements plus inquiétants en Hongrie ces derniers mois.

Pour la quatrième année consécutive, les institutions de l’UE ont engagé des poursuites judiciaires contre la Hongrie pour violation des valeurs européennes. Le gouvernement nationaliste conservateur du Premier ministre Viktor Orbán blâme, entre autres, les efforts pour contrôler les médias, limiter l’indépendance des institutions universitaires et les droits des minorités sexuelles. De nombreux pays et la plupart des députés estiment que le processus ne fonctionne pas et poussent la Commission européenne à saisir l’occasion et à limiter les dépenses de Budapest. Orbán a critiqué Bruxelles et, se référant à une nette victoire aux élections d’avril, a affirmé que les électeurs soutenaient sa politique.

« Je suis assez positif sur le fait que nous ayons eu un dialogue aujourd’hui », a déclaré Bek aux journalistes après la réunion. Il a dit que l’ambiance s’était améliorée par rapport à la réunion précédente et que seuls quelques monologues n’avaient pas été entendus. Le ministre n’a pas précisé si la Hongrie était plus proche des autres pays en termes de contenu.

Selon le commissaire Reynders, les sujets de discussion d’aujourd’hui, par exemple, sont l’indépendance judiciaire, la liberté d’expression, la corruption et les conflits d’intérêts en Hongrie.

« Malheureusement, je ne peux pas signaler d’autres développements positifs et je m’excuse », a-t-il déclaré après une réunion avec les ministres. Selon lui, la Commission a découvert un autre problème en Hongrie au cours des six derniers mois, compromettant le bon fonctionnement de la démocratie et de l’État de droit du pays. Par exemple, le manque d’espace médiatique pour l’opposition avant les élections, l’utilisation présumée de la surveillance par le gouvernement hongrois ou la méthode de nomination des membres du régulateur des médias.

Aujourd’hui, Bek est devenu le premier ministre tchèque à présider une réunion du Conseil de l’Union européenne, qui est membre des 27 gouvernements de l’UE, dans le cadre de la prochaine présidence. Les Tchèques prendront la tête du bloc européen après la France début juillet, mais aujourd’hui Bek a été surpris par un collègue français qui n’a pas pu le faire en raison de la nomination d’un nouveau gouvernement à Paris.

Les différends concernant l’état de droit et d’autres questions dans les relations de la Hongrie avec les autres pays de l’UE seront l’un des sujets de la politique de l’UE, même sous la direction tchèque. Selon Bek, Prague aimerait travailler avec la commission dans les semaines à venir sur la manière de poursuivre le processus avec Budapest.

Loi sur la diplomatie hongroise de l’UE

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.