AUKUS Dispute : Problèmes de confiance entre alliés | Europe | DW

La colère du gouvernement à Paris sur le comportement du gouvernement américain par rapport au pacte AUKUS ne s’est pas calmée. Au contraire : le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a mis de l’huile sur le feu ce week-end. Dans des interviews télévisées, il s’est plaint d’un « abus de confiance grave » entre partenaires transatlantiques et a appelé l’Europe à agir ensemble. « S’ils ne s’étaient pas tenus solidaires et n’avaient pas défendu leurs intérêts, leur destin aurait été très différent. » Par là, Le Drian veut dire que les pays de l’UE vont disparaître dans l’insignifiance et peuvent devenir des jouets de grande puissance.

Pendant ce temps, après des jours d’attente, les dirigeants européens se sont publiquement rangés du côté de la France. Dans une interview avec la chaîne américaine CNN, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré : « L’un de nos États membres a été traité de manière inacceptable. Nous voulons savoir ce qui s’est passé et pourquoi. Le représentant de l’UE aux Affaires étrangères, Josep Borrell, a souligné que le mécontentement de Paris à l’égard de l’alliance indo-pacifique entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie n’est pas un « problème bilatéral » mais affecte l’ensemble de l’Union européenne. Il a déploré que la nouvelle alliance « ne conduirait pas à une plus grande coopération » avec les Européens de la région.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a qualifié les actions de Washington, Canberra et Londres d' »irritantes » et de « pathétiques » et a appelé à « plus de souveraineté européenne » contre les États-Unis.

Annuler et geler

Le gouvernement français a immédiatement réagi vivement aux plans des partenaires en rappelant leurs ambassadeurs de Canberra et de Washington. Maintenant, le prochain mouvement de protestation est le suivant : Paris annule une réunion des ministres de la Défense avec la Grande-Bretagne qui était prévue cette semaine. En principe, les deux pays coopèrent étroitement sur les questions de défense, mais la colère contre le traitement américain ne s’arrête pas en Grande-Bretagne. Même si leur rôle est décrit comme subalterne dans les commentaires français et qu’ils sont appelés caniches de Washington et sellettes d’attelage dans les voitures de l’alliance AUKUS.

Lors de la visite du secrétaire d’État américain Blinken (à droite) à Paris en juin, les relations ne semblaient toujours pas perturbées

Par ailleurs, le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, s’interroge désormais sur la poursuite des négociations commerciales entre l’UE et l’Australie « après un tel abus de confiance ». Et il a reçu le soutien du Parlement européen du vice-président de la commission du commerce, Bernd Lange, qui a vu les pourparlers en difficulté : « En plus de l’orientation de la politique de sécurité de l’Australie à travers l’accord avec les États-Unis, les signaux de politique industrielle sont également contre UE. Une partie de la stratégie indo-pacifique de l’UE devient de plus en plus compliquée. La volonté de compromis de la part de l’Europe diminue », a expliqué l’eurodéputé.

Un porte-parole de l’Elysée a rappelé lundi que les négociations commerciales relevaient de la Commission de l’Union européenne à Bruxelles. La France représentera ses intérêts, comme elle le fait toujours en matière commerciale européenne. Or, aujourd’hui, « une réflexion collective plus large de la part des Européens est devenue nécessaire ». Il est possible que, dans l’intérêt d’une telle pause de réflexion, les négociations soient temporairement suspendues après onze rounds de pourparlers. La partie australienne espère parvenir à un accord avec l’UE d’ici la fin de l’année.

Île de Nouvelle-Calédonie

Avec les îles de Nouvelle-Calédonie, la France est voisine de l’Australie et revendique une importance stratégique

Il s’agit d’un abus de confiance

« C’est un coup dur pour la stratégie de la France dans le Pacifique Sud, qu’elle a bâtie au fil des années de collaboration avec l’Australie », a déclaré Frédéric Grare du groupe de réflexion ECFR à Paris. Par exemple, des manœuvres maritimes conjointes ont eu lieu. La coopération va bien au-delà du volet militaire, les deux pays étant voisins via l’archipel français de Nouvelle-Calédonie. Mais le fait que Paris n’ait pas été informé ou impliqué dans l’alliance AUKUS a sans aucun doute affaibli la position de la France. Des questions se posent également sur ce que les États-Unis et l’Australie attendent encore de ce partenariat.

L’affirmation de la partie australienne selon laquelle l’accord sur les armes pour la livraison de sous-marins diesel via la France a été retardée et en quelque sorte problématique, Grare a considéré une manœuvre de diversion. Les contrats d’armes à feu avaient explosé tôt et une solution commerciale avait été trouvée. Dans ce cas, il s’agit d’abus de confiance par les alliés.

« Ignorer » un partenaire était la plus petite évaluation qu’il pouvait trouver pour le comportement de Washington, a déclaré Frédéric Grare. Il a oscillé dans son jugement entre « une attaque sournoise ou une incompétence flagrante » et n’a pas pu décider ce qu’il pensait être le plus probable. Cependant, outre-Atlantique, la réaction française a été largement sous-estimée.

Maintenant, la France veut que le gouvernement américain explique les plans de Washington pour le Pacifique Sud, car c’est plus que juste militaire. Au final, la Chine a pu étendre son influence dans la région à grande échelle, malgré les capacités militaires extraordinaires des États-Unis. Par ailleurs, des questions se posent sur les perspectives des relations entre les États-Unis et leurs alliés européens. L’appel téléphonique annoncé entre le président français et son homologue américain Joe Biden ne serait cependant « pas très amical ».

anglais |  Sommet du G7 2021 |  Joe Biden, Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen

Le gouvernement français affirme que la réunion du G7 à Cornwall en juin a raté l’occasion de tenir des pourparlers ouverts

Tout tourne autour de la Chine

« Les Français réagissent de manière excessive », a déclaré Judy Dempsey de Carnegie Europe. Surtout, il juge excessif le retrait de l’ambassadeur. Beaucoup de « gros mots » sont échangés en ce moment. Ces derniers temps, l’Australie a subi d’immenses pressions de la part de la Chine et l’Europe n’a rien fait pour l’aider. D’un autre côté, il a reconnu qu’après l’Afghanistan, les États-Unis ont maintenant, pour la deuxième fois en peu de temps, « perdu de vue l’obligation de tenir des consultations de base adéquates avec leurs alliés ».

Mais Dempsey n’a vu aucune mauvaise volonté à l’œuvre à Washington. « C’est de l’imprudence et un manque de professionnalisme », a-t-il ajouté, d’autant plus que les États-Unis et la France ont travaillé en étroite collaboration dans d’autres endroits troublés comme le Mali. Il existe désormais un risque que Pékin et Moscou en profitent si les alliés ne se font plus confiance.

Cependant, sortir de cette crise demandera beaucoup de « créativité », estime Judy Dempsey. Les Européens ont dû décider comment définir leur attitude envers la Chine. Il y a un manque de leadership politique dans l’UE avec ses poids lourds que sont la France, l’Allemagne et l’Italie. L’image européenne du « bon président » Joe Biden après une querelle de quatre ans avec Donald Trump devrait également être revue. En fin de compte, dit Dempsey, la politique n’est qu’une « sale affaire ».

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.