Après l’incendie, il n’y aura plus de miel en Grèce. En France c’est terrible aussi

Antonis Vakas, un apiculteur de l’île couverte de pins d’Eubée, est dévasté. L’incendie qui a fait rage pendant une semaine n’a laissé que des souches d’arbres et détruit de nombreuses ruches. – Les pertes sont incalculables, les fermes apicoles sont détruites et nous aussi. Il n’y avait aucune trace de vert et les abeilles ne pourraient pas s’en passer, a-t-il déclaré à Reuters.

La Grèce est l’un des plus grands producteurs de miel de l’Union grâce à son climat doux et à ses nombreuses forêts. Environ 40 pour cent. Le miel de pin provient des montagnes envahies par la végétation du nord de l’île, a déclaré Stathis Albanis, chef d’une coopérative apicole locale qui n’existe pratiquement plus.

– D’abord, nous avons essayé de sauver notre maison, mais malheureusement nous n’avons pas réussi avec l’apiculture – dit Vakas. Sur ses 130 ruches, 30 ont survécu. Les incendies dévorent non seulement les abeilles mais aussi les arbres dont elles dépendent pour leur survie. – Il n’y aura pas de fleurs avec du pollen, il est donc impossible de recréer le troupeau. Plus de pins, les apiculteurs n’ont donc plus de raison de vivre. Il n’y aura plus d’apiculture à Eubée – ajoute Albanis de la coopérative Istiaia avec environ 60 membres.

En 2018, la Grèce en a collecté 15 000. tonnes de miel – selon les dernières données d’Eurostat, c’est le huitième producteur de l’Union. La haute qualité du miel de pin est très appréciée, ce qui donne à la Grèce la quatrième place parmi les exportateurs. Alors que les incendies étaient éteints, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a annoncé la semaine dernière une aide et une indemnisation pour réparer les dégâts, mais les apiculteurs d’Eubée estiment que cela ne suffit pas. Ils voient leur avenir en noir.

En France, les apiculteurs tirent la sonnette d’alarme

En France, les gelées printanières qui durent 5 à 8 jours et le mauvais temps en général font que la récolte de miel de cette année est de 30 à 40 pour cent. plus petit que l’an dernier, très réussi. Le miel n’a pas été extrait des fleurs printanières, a déclaré Dominique Cena, vice-président de l’organisation nationale des apiculteurs UNAF. – Les acacias n’ont pas le temps de fleurir, et les tilleuls le font beaucoup plus longtemps. Des pluies fréquentes obligent les abeilles à rester dans leurs ruches – ajoute le reportage du « Figaro ».

Les apiculteurs soulignent que la cause directe des mauvaises récoltes est le dérèglement climatique. – Les saisons ne sont plus alignées avec la période de floraison, il y a un pic important de température et d’intensité des précipitations. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en région parisienne, une ruche devrait produire en moyenne 20 à 25 kg de miel par saison, et seulement 8 kg ont été récoltés, a-t-il déclaré.

Un constat similaire a été véhiculé par Hubert Durupt de la guilde Fire Est pour la région Est du Grand Est : – La récolte de cette année ne dépassera pas 30 pour cent. depuis l’année derniere. Les propriétaires de petites apicultures, avec plusieurs ruches, sont les plus difficiles. Cette saison sera désastreuse, pense Durupt, car vous avez généralement besoin de 3 conditions en même temps : le soleil, les fleurs et la santé du troupeau. La neige en avril a causé la mort de nombreux troupeaux de famine car ils ne quittaient pas le nid et il n’y avait pas de nectar. Ça ne va pas mieux dans l’ouest de la France. L’apiculteur Gilbert Morizur du Finistère rapporte que le rendement moyen par ruche est maintenant de 3 à 4 kg de miel, alors que le rendement normal est de 15 à 18 kg. Dans le sud, les récoltes de miel seront 2 à 3 fois inférieures à celles de 2020, prévoit Alain Teissier de l’Aveyron. Moins de miel signifie qu’il sera beaucoup plus cher à vendre.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.