Après les élections en Allemagne. Réactions et félicitations de l’étranger | Allemagne – politique allemande actuelle. DW Nouvelles en polonais | DW

Qui dirigera le pays de l’UE le plus peuplé et le plus puissant économiquement ? Dans la capitale de l’UE et des institutions européennes à Bruxelles, les pourparlers sur le lancement de la formation d’une coalition gouvernementale à Berlin seront suivis de près. La première réaction aux résultats des élections d’hier s’est avérée très différente.

Voici un bref aperçu :

USA : « Bon sang… Ils sont costauds ! »

« Merde… Ils sont coriaces ! » – avec ces mots, le président américain Joe Biden a commenté hier (26 septembre 2021) l’avantage du rapport du SPD lors des élections au Bundestag. Cependant, le fait que ce soit probablement le politicien le plus puissant du monde ait des problèmes avec le chancelier Olaf Scholz est considéré comme peu probable. Les deux ont récemment célébré une percée dans la négociation de taux d’intérêt minimum mondiaux pour les entreprises opérant à l’échelle internationale, ce qui a été considéré comme un succès retentissant.

Pologne : « FDP – Bonne nouvelle »

Le gouvernement PiS a surtout bénéficié des bons résultats électoraux des libéraux du FDP. « Le FDP est désormais une langue importante en Allemagne, ce qui est une excellente nouvelle pour nous », a déclaré l’ambassadeur de Pologne à Berlin, Andrzej Przyłębski. Les ministres allemands des Affaires étrangères du FDP, comme Hans-Dietrich Genscher, se sont toujours avérés être de bons choix pour la Pologne. Que le nouveau gouvernement soit dirigé par le SPD ou la CDU ne change pas grand-chose pour Varsovie de ce point de vue.

« En ce qui concerne le SPD, nous avons peur de montrer trop d’empathie pour la Russie, mais cela s’applique à la direction de ce parti plutôt qu’à Olaf Scholz lui-même », a déclaré Andrzej Przyłębski. Il a ajouté que les Verts sont un peu plus prudents vis-à-vis de la Russie, ce qui est un phénomène positif pour la Pologne.

Ambassadeur de la République de Pologne en Allemagne, Andrzej Przyłębski

Chine : « Nous attendons une politique équilibrée »

« Nous espérons et attendons du nouveau gouvernement allemand qu’il poursuive sa politique pragmatique et équilibrée envers la Chine » – c’est ainsi que les autorités de Pékin ont réagi aux résultats des élections d’hier au Bundestag, sans adresser de félicitations directes à l’une ou l’autre des parties. La déclaration du ministère chinois des Affaires étrangères souligne clairement la contribution significative de la chancelière Angela Merkel au développement des relations amicales entre l’Allemagne et la Chine. « La Chine apprécie cela », a déclaré la porte-parole Hua Chunying.

Avant les élections, les observateurs politiques chinois craignaient que sous le nouveau gouvernement de Berlin, les relations de l’Allemagne avec la Chine ne se détériorent et que l’Allemagne préfère s’orienter vers les États-Unis, qui cherchent à former une coalition internationale contre Pékin.

UE : « Inquiète de la longueur des négociations de coalition »

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a longtemps été saluée comme le successeur de la chancelière Angela Merkel. Von der Leyen lui-même n’a pas commenté publiquement aujourd’hui les résultats des élections en Allemagne, mais la Commission européenne et les représentants des États membres de l’UE à Bruxelles ont reçu les mêmes résultats avec inquiétude. Des inquiétudes subsistent quant au fait que, jusqu’à ce qu’un nouveau gouvernement soit formé à Berlin, aucune décision majeure ne puisse être prise au niveau de l’UE. Entre autres, en ce qui concerne le projet de loi récemment présenté portant sur les objectifs de la politique climatique de l’UE.

France : « A besoin d’un partenaire fort dans l’UE »

Comme Ursula von der Leyen, le président français Emmanuel Macron n’a pas immédiatement réagi aux résultats des élections en Allemagne. Il y avait aussi l’espoir à l’Elysée que les pourparlers de coalition à Berlin ne se prolongent pas trop longtemps. La France devenant présidente de l’Union européenne en janvier prochain, elle aura besoin de partenaires forts pour des projets communs, par exemple dans les domaines de la défense et de l’économie. La France n’a pas officiellement exprimé ses vœux sur la composition d’un futur gouvernement de coalition en Allemagne. Cependant, avant les élections législatives en France, l’attention a été attirée sur le rôle du FDP dans sa formation.

Élections en Allemagne 2021

Le président français Emmanuel Macron avec la chancelière Angela Merkel

Espagne : « Score incroyable »

Le Premier ministre socialiste du pays, Pedro Sánchez, a félicité Olaf Scholz pour avoir obtenu « d’excellents résultats » lors des élections. Il a souligné que l’Espagne et l’Allemagne continueraient à œuvrer pour une Europe forte et une reconstruction « juste et verte » après la crise du coronavirus. En Espagne, comme dans le reste de l’Union européenne, la position du futur gouvernement de Berlin sur la dette commune dans l’UE et le renforcement de la discipline budgétaire sera surveillée de près.

Grande-Bretagne : « Campagne d’inspiration »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson n’a montré aucune réaction aux résultats des élections en Allemagne. Pour cela, le chef du Parti travailliste britannique, Keir Starmer, a félicité Olaf Scholz pour son succès, évoquant sa « campagne électorale inspirante ».

Norvège : «                                                                                                             !

La victoire électorale des sociaux-démocrates en Norvège il y a deux semaines s’est avérée être un pronostic encourageant pour le SPD allemand. Olaf Scholz a ensuite félicité Jonas Gahr Støre, et le futur Premier ministre norvégien, vraisemblablement, lui a répondu dimanche soir avec une entrée sur Twitter : « Félicitations de la Norvège ! Le politicien norvégien a cité « des résultats impressionnants après une campagne électorale inspirante » et a ajouté qu’il « se réjouit de travailler en étroite collaboration » avec Scholz à l’avenir.

Russie : « Nous observons avec une grande attention »

La Russie entend « reprendre » ses relations avec Berlin. Ils souhaitent également « le développer davantage », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, aux journalistes à Moscou. Il existe des « différences » entre les deux pays, a-t-il reconnu, mais les deux parties conviennent qu’elles peuvent et doivent être atténuées par le dialogue.

« Les élections dans le plus grand pays d’Europe sont un processus, un événement observé presque partout dans le monde. Nous suivons également de près les développements et ce qui va se passer », a ajouté Dmitry Peskov. Moscou estime qu’il faudra beaucoup de temps avant qu’un gouvernement ne soit formé à Berlin.

Les relations germano-russes sont actuellement très tendues. Les principaux sujets de discorde entre Moscou et Berlin sont les actions de la Russie contre le militant de l’opposition emprisonné Alexei Navalny, qui a à peine survécu à l’attaque au poison de l’année dernière, au conflit en Ukraine et aux cyberattaques d’agents russes présumés contre les autorités occidentales. D’autre part, le projet de gazoduc germano-russe Nord Stream 2 suscite des différends entre l’Allemagne et ses partenaires européens.

(DPA, AFP/jak)

Aimeriez-vous faire des commentaires sur cet article? Faites-le sur Facebook ! >>

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.