Après la victoire en France, Mlejnková est allé en Turquie, le rêve de l’Italie et des Jeux Olympiques

Elle a connu une excellente saison, Michaela Mlejnková a remporté pour la cinquième fois consécutive le sondage du volleyeur de l’année. Mais surtout avec le club français Volero Le Cannet, il remporte le championnat, sa première carrière.

« Tout a fonctionné, c’était génial. L’entraîneur a parfaitement constitué l’équipe », a déclaré le smash de 25 ans lors de la réunion de l’équipe nationale avant le choc de la Ligue Europa de samedi avec la Slovaquie à Karlovy Vary, retour au succès du club.

L’équipe nationale tchèque a un peu brisé la malédiction, car auparavant, elle ne pouvait être fière que de neuf médailles d’argent dans trois compétitions différentes. Quatre fois dans l’extraligue tchèque avec Olympus Prague, où le natif de Jilemnice travaille depuis l’âge de 16 ans, il a accumulé le même nombre de deuxièmes places que l’Allemand de Stuttgart et une fois il a été co-champion avec le Polonais Rzesów.

Ce n’est que cette année qu’il a atteint le sommet au Cannet, en France, et a ajouté une victoire en coupe nationale. « C’était une belle victoire », a ajouté Michaela Mlejnková.

Mais maintenant, vous remplissez vos fonctions de représentant et jusqu’à présent, vous vous débrouillez très bien. Vous avez remporté les matches d’ouverture de la Ligue Europa en Croatie (3:0) et en Slovaquie (3:1) et êtes en tête du tableau de groupe. Que puis-je dire ?

Il faut être satisfait, surtout du résultat. Nous avons beaucoup de jeunes joueurs ici qui viennent de rejoindre l’équipe, donc le jeu aurait pu être meilleur, mais nous l’aimons à cause des six points dans le tableau. Bien que nous ayons une marge de progression samedi.

Que pensez-vous du projet de Ligue Europa ?

Il sert de préparation aux éliminatoires des championnats d’Europe et surtout aux championnats du monde d’automne. L’entraîneur peut essayer un nouveau visage qu’il pourra utiliser à la fin de la saison. De plus, certains des joueurs les plus âgés ont besoin de se reposer après une saison physiquement exigeante, ils bénéficient donc de congés.

Vous avez également eu une saison difficile, mais vous êtes ici et vous jouez…

Pas assez mal pour rester dans un rythme de lutte. Même si nous passons au Final Four, je prolongerai la saison d’un mois maximum. Même ainsi, il y aura trois ou quatre semaines de congé. Cela suffit pour se reposer et recommencer à se préparer.

En plus, tu viens poussé à remporter le titre français. Soutiendra-t-il le goût du volley ?

Bien sûr, à chaque fois que vous gagnez, vous vous régénérez mieux et vous êtes de bonne humeur. (sourit) Vous voyez tout en rose, c’est un plus pour moi. Si j’avais eu une moins bonne saison, ça aurait été beaucoup plus difficile.

Pourtant, malgré le titre et la Coupe de France, vous avez quitté Le Cannet. N’est-ce pas un peu surprenant ?

L’entraîneur s’est arrêté là, presque tous les joueurs ont quitté le club. Un nouveau projet est en train de se mettre en place là-bas… On dirait que je vais rester un moment, mais quand j’ai découvert leurs projets, je me suis intéressé à un autre engagement possible. Et je ne veux pas vivre en France. Je voulais essayer un autre pays, j’ai décidé entre l’Italie et la Turquie, où il y a une très bonne compétition de championnat.

Enfin, tu vas au club Sigorta Shop à Ankara, qui pèse la balance côté turc ?

Il y a plus d’offres, de petites choses sont décidées. Au final, les conditions financières sont plus attractives. Je ne pense pas être assez vieux pour retourner en Italie. (sourit) C’est mon rêve depuis l’enfance d’y jouer.

Michaela Mlejnková

Il est né le 26 juillet 1996 à Jilemnice et a commencé à jouer au volleyball sous la direction de son père à Turnov. Elle a jeté un coup d’œil dans la ligue supplémentaire féminine pour la première fois à l’âge de 13 ans dans un maillot Liberec. Mais déjà en 2012, le célèbre entraîneur Stanislav Mitáč l’a amené à l’Olympus Prague.

Déjà à l’âge de 18 ans, il est entré dans le monde du volley-ball, a joué pour Allianz MTV Stuttgart, Rzesów, Pologne, a remporté le championnat avec le Français Volero Le Cannet et a été transféré à Ankara cette année.

En équipe nationale, où il évolue depuis 2013, il a également joué au club en tant que passeur.

Vous avez travaillé en Allemagne, en Pologne, en France et maintenant vous partez en Turquie. Avez-vous toujours pensé à cela comme un changement de carrière?

Tu peux dire ça. Je suis passé de l’Allemagne à la Pologne, où le championnat est de meilleure qualité. Après avoir déménagé en France, je ne pensais pas que le niveau serait là, mais la ligue française a beaucoup bougé ces derniers temps, ce n’est certainement pas un pas en arrière. De plus, j’ai un rôle important dans l’équipe, je dois être le type de leader. J’ai une grande responsabilité et cela me touche.

Le Cannet est situé près de la célèbre station balnéaire de Cannes, ce pourrait donc être un bon endroit où séjourner ?

Bien sûr, il y fait beau et vous vous habituerez rapidement à un tel environnement. Tout était super, nous nous sommes assis avec les filles. Nous passons beaucoup de temps ensemble en dehors du volley, nous sortons manger ou discuter quelque part.

Comment un sportif de haut niveau qui a changé de pays a-t-il pu avoir une vraie maison ?

C’est dur, tu ne rentres presque jamais à la maison. Surtout en équipe nationale. Mais ensuite, je chéris chaque instant que j’ai passé en République tchèque. Je suis content d’être de retour. Mais encore une fois, c’est une bonne expérience d’apprendre à connaître un autre pays, une autre culture.

Pouvez-vous imaginer vous installer définitivement dans l’un des pays où vous travaillez ?

Je ne sais pas. Peut-être seulement en France.

Une vie aussi nomade durerait-elle longtemps ?

Peut-être que tout le monde l’a différemment. Lorsque vient le moment où vous êtes en tenue de voyage complète et que vous ne voulez pas changer votre engagement tout le temps, il est temps de vous installer définitivement.

Ce n’est peut-être pas encore à votre agenda, car je vous écoute vraiment…

Je veux vivre à l’étranger encore quelques années. Cependant, je prévois de revenir un jour dans la ligue supplémentaire tchèque, mais peut-être pas de sitôt.

Mais revenons à l’équipe nationale, samedi vous jouez la revanche avec la Slovaquie à Karlovy Vary, un autre match de Ligue Europa. Qu’est-ce qu’on attend de lui ?

J’ai vraiment hâte d’y être, après un long moment, nous jouerons devant un public local. L’année dernière, je n’ai pas joué l’Europa League à Prague à cause d’une blessure, alors maintenant je vais me présenter en République tchèque après plus d’un an… J’espère que beaucoup de gens viendront nous soutenir.

A part l’envie de jouer en Italie, as-tu d’autres rêves de jouer au volley ? Par exemple, le championnat du monde d’automne, où vous êtes-vous qualifié ?

La Coupe du monde a été un énorme succès, mais j’ai construit les Jeux olympiques encore plus haut. Il va conduire notre sport. Le sport collectif féminin est nécessaire pour les Olympiques, comme l’ont fait les joueuses de hockey cet hiver. Il est bon que des fonds soient dépensés dans cette direction maintenant. Non seulement pour les joueuses de volley-ball, mais aussi pour le handball, le basket-ball et d’autres sports d’équipe féminins.

Ligue Europa

Il n’a été joué que depuis 2009, trois ans plus tard, ils ont accueilli la finale de Karlovy Vary et les volleyeurs tchèques ont remporté tout le tournoi. En 2018, la médaille de bronze a pris fin, un an plus tard, ils étaient à nouveau premiers et l’année dernière, ils n’ont pas réussi à se battre pour la troisième place. Cette année, ils ont remporté des victoires en Croatie (3:0) et en Slovaquie (3:1), maintenant ils doivent prendre leur revanche à domicile les 4 et 11 juin. Le quatrième participant du groupe biélorusse a été expulsé à l’appui de l’invasion russe de l’Ukraine. Le Final Four aura lieu les 18 et 19 juin.

Raimund Michel

"Tombe beaucoup. Passionné de télévision généraliste. Fan de zombies incurable. Solveur de problèmes subtilement charmant. Explorateur amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.