news-details
Société

UNFPA Le Mali et l’UNFPA réunissent les acteurs du développement sur « Démographie, Paix et Sécurité au sahel »




L’itinéraire de la paix et les sentiers de la sécurité passent par une connaissance pointue des mutations démographiques. C’est la conviction du Fonds des Nations Unies pour la Population-UNFPA- et des autorités du Mali. Ils ont donc mobilisé le ban et l’arrière-ban des acteurs du développement afin d’explorer les liens entre les trois sujets. La réflexion, tenue le jeudi 19 novembre, a suscité un fort élan autour de la situation des pays du sahel.

Mobilisation exceptionnelle autour du sort des populations du Sahel. Sous la double égide du gouvernement malien et de l’UNFPA, une galaxie de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux, de politiques, d’associatifs, de chercheurs, d’experts, de communicateurs traditionnels ; s’est formée pour illuminer la concertation nationale sur le thème « Démocratie, paix et Sécurité au Sahel. Cas du Mali. »

Les travaux ont débuté par les discours de Arouna Sougané, Directeur Général de l’Institut National de la Statistique-INSTAT- ; de Mme Baranga, Coordinatrice du Système des Nations Unies au Mali ; de Mabingué N’Gom, Directeur régional de l’UNFPA ; et du Secrétaire Général du Ministère de l’Economie et des Finances.

Tous quatre ont tenu des propos qui suivent la même trajectoire. Ils se sont d’abord émus du calvaire enduré par les habitants du nord et du centre du Mali. Ils ont ensuite déploré le chômage et le dénuement qui asphyxient la jeunesse du pays. Ils ont aussi expliqué comment la configuration démographique déterminait l’efficacité des programmes nationaux de développement.Et ils ont vivement souhaité que les rounds de discussions permettent de dessiner des solutions les mieux indiquées.

A la suite de cela, le Dr Maïga, modérateur au verbe soigné, a ouvert la grande porte des contributions en donnant les clés de la parole à deux panels. Le premier constitué du Directeur National du Plan, de celui du Budget, de celui de l’Observatoire National du Dividende Démographique, du Directeur National Adjoint de la Population, et du Coordinateur national du SWEDD. Le second formé de l’Ambassadeur d’Allemagne au Mali, du Directeur de l’Agence Française de Développement-AFD-, et du Représentant de la Banque Mondiale, qui s’est exprimé par visioconférence depuis Dakar.

Rapidement, la science des panélistes et la pertinence de leurs observations ont aiguisé l’intérêt de l’auditoire pour le sujet. De ce fait, le créneau des interventions a été élargi à l’assistance. Un troisième panel a émergé avec un représentant des communicateurs traditionnels du Mali, des déléguées des associations de femmes leaders, un porte-parole des associations pour les droits des handicapés, un spécialiste des droits des enfants, un expert de l’éducation.

Pendant 5H30mins, le thème a donc été étudié avec un télescope de l’intelligence collective plus large que prévu. Ainsi, au fil des communications qui ont affleuré, des idées qui se sont entrecroisées, des analyses qui se sont complétées, des visions qui se sont rapprochées, des constats qui sont apparus, et des certitudes qui se sont forgées.  La session a débouché sur les conclusions-recommandations suivantes : la thématique « Démographie, Paix et Sécurité » est d’une actualité brûlante et d’une importance prééminente pour les Etats du Sahel. Par conséquent, les gouvernements des pays concernés doivent placer le sujet au centre de leurs priorités ; les liens entre la démographie, la paix et la sécurité sont d’une évidence inaltérable. Il convient donc, au niveau de chaque pays du Sahel, de bâtir de solides passerelles entre les structures qui s’occupent des trois dossiers ; plus de moyens financiers et techniques doivent être alloués aux études démographiques relatives aux pays du Sahel. Motif : ces données sont la condition sine qua non de l’amélioration des programmes d’éducation, de santé, de lutte contre le chômage, d’assainissement, et d’offre de services sociaux de base le projet régional réalisé par  l’organisme SWEDD sur « l’Autonomisation de la femme » est un modèle qui prouve comment les données sur la population peuvent être exploitées afin de créer les conditions d’un cadre de développement mieux ciblé et plus efficace. Les acquis de « l’expérience SWEDD » doivent être amplifiés et étendus à toutes les régions du Sahel, ensuite plancher sur « la problématique de la démographique » doit être vu comme une démarche plus globale qui touche à tout ce qui est « changement de comportement », « gouvernance », « droits à l’éducation des enfants », « question relative au Genre », « démocratie et civisme » etc. Il est essentiel, pour cela, de sensibiliser et d’associer les leaders religieux et traditionnels aux initiatives de développement et enfin « les Etats du Sahel doivent améliorer leurs capacités dans la mobilisation fiscale afin d’augmenter la taille de leurs budgets… » c’est-à-dire renforcer leurs services chargés des impôts, taxes et autres prélèvements. Cela permettrait d’affecter des flux de financement plus conséquents aux actions de développement « notamment dans la politique de l’emploi des jeunes. »

Pari de la mobilisation réussi donc pour le gouvernement malien et son partenaire l’UNFPA. La réflexion nationale à large spectre qu’ils ont voulue sur « la démographie » et ses incidences sur « la paix et la sécurité au Sahel » a été l’occasion de faire le bilan de santé du Mali, et d’envisager des remèdes probants.

La prochaine rencontre dédiée au même thème, prévue le 02 décembre à Niamey au Niger, a déjà de quoi s’orienter et se placer sur orbite avec la constellation des contributions émise, le jeudi 19 novembre,dans le ciel de Bamako.

Mohamed Meba TEMBELY

 



  • TAGS

You can share this post!