news-details
Régions

SOS AU NOUVEAU GOUVERNEMENT DE TRANSITION: Enlèvement de la sœur Cecilia Gloria depuis le 7 février 2017




Tout en adressant ses vives félicitations au nouveau gouvernement chargé de la transition, l'association MAGNIFICAT des Catholiques Maliens de France, lui réitère son SOS pour la libération de la Sœur Gloria Cecilia, enlevée depuis le 7 février 2017 à Karangasso où elle s'occupait de l'Orphelinat.

En effet le 7 février 2017, Sœur Gloria Cécilia Narváez Argoti a été enlevée, dans la Congrégation franciscaine de Marie Immaculée, dans le village de Karangasso, près de Koutiala. Sœur Gloria Cecilia Narváez Argoti a été privée de sa liberté contre sa volonté. Et bien qu'on nous ait dit qu'elle serait libérée dans deux jours, nous attendons toujours. Sa famille et sa Congrégation ont besoin d'elle. Sans la Sœur Gloria, les œuvres de la communauté à Karangasso, au Mali, sont paralysées: soin des orphelins; enseigner aux femmes adultes à lire et à écrire; distributeur les premiers soins; aider les femmes. Mme Rosa Elvia, la maman de la sœur Cecilia est décédée le lundi 21 septembre 2020 dernier et a été enterrée le lendemain à Pasto dans la maison Générale des Sœurs en Colombie. Prions pour le repos de son âme. Imaginez comment elle réagira en apprenant cette douloureuse nouvelle étant en captivité. La sœur Cecilia Gloria est une femme très engagée, une éducatrice qui sait quels sont les besoins des gens. L'association MAGNIFICAT et la communauté chrétienne remercient le gouvernement malien pour tous les efforts consentis depuis le douloureux événement et prient pour qu'il puisse trouver la solution idoine pour la ramener saine et sauve afin qu'elle puisse continuer l'œuvre de bienfaisance qu «Elle faisait à Sikasso. pour mémoire, le témoignage de Sœur Claudia Natalia Vera espinosa, Fransciscaine de Marie immaculée à Karangasso: «A environ 21h30, Sœur Gloria Cécilia, Sœur Sofia et moi-même nous sommes réunies dans la salle de récréation du couvent. Pendant ce temps, Sœur Adélaïde était dans la chapelle. Quand nous avons entendu les chiens aboyer dans le couloir, je suis allée voir ce qui se passait. Quatre hommes, vêtus de vêtements civils, apparurent. Trois d'entre eux étaient jeunes et portaient des fusils. Le quatrième, la cinquantaine, était armé d'une machette. Le dernier conduisait le groupe, et les chiens voulaient l'attaquer. Mais, il se défendait à la machette contre l'un des chiens. J'ai alors crié: «S'il vous plaît ne nous faites rien!». Les hommes m'ont ramené dans la pièce et m'ont dit de m'asseoir. Juste à ce moment, j'ai entendu une porte claquer. Sœur Sofia avait réussi à s'enfermer dans sa chambre avec une clef. Et, alors que les hommes tentaient d'enfoncer sa porte, elle s'est réfugiée sous le lit en demandant de l'aide. Peu après, j'ai entendu le cri de Sœur Gloria Cécilia. Les hommes ont arrêté et forcée à rentrer dans la pièce. Elle s'est assise et les a prié de ne rien faire aux sœurs en leur déclarant qu'elles s'occupaient des enfants ou desphelins, qu'elles étaient des missionnaires colombiennes et qu'ils n'avaient pas d'argent. Les hommes ont déclaré qu'ils étaient djihadistes, bien que personne n'ait encore revendiqué la responsabilité de l'enlèvement. C'est alors que le dialogue suivant s'est instauré entre le leader djihadiste et sœur Gloria Cecilia: - Le djihadiste: au moins l'une d'entre vous viendra avec moi. - Sœur Gloria Cécilia: moi. Je suis l'aînée. - Le djihadiste: et qui est la chef ou la supérieure? - Sœur Gloria Cécilia: c'est moi. - Le djihadiste: combien vous payez pour sa liberté (Il faisait référence à moi, déclare sœur Claudia)? Après un silence tendu, l'homme a ordonné à l'un des autres hommes armés d'accompagner Sœur Gloria Cécilia et de récupérer son passeport. Elle est revenue, quelques instants plus tard, avec son portefeuille. - Le djihadiste: donne-moi l'argent - Sœur Gloria Cécilia: je n'ai que ce qui est dans le portefeuille (30.000 francs CFA, [environ 43 euros]) - Le djihadiste: et où est le coffre-fort? - Sœur Gloria Cécilia: nous n'avons pas d'argent. Puis, le même homme m'a alors ordonné d'aller chercher mon passeport à mon tour. Un autre homme armé m'a escortée dans ma chambre. J'ai pris le portefeuille avec mes documents (passeport, carte de citoyenneté colombienne, carte de vaccination, etc.) et suis retournée à la salle de loisirs. Après m'avoir retiré mes papiers, ils m'ont emmené dans une autre pièce et j'ai été surveillée par un homme armé. De la pièce où j'étais, j'entendais un homme demander à Sœur Gloria Cécilia les clés de la voiture. Puis, j'ai entendu la voiture sortir du garage. A ce moment, l'homme qui donnait les ordres est venu à moi et m'a dit de rester dans cette pièce pendant au moins trois heures. Ils m'ont enfermée. De la chambre, j'ai entendu un grand coup, comme ils avaient enfoncé la porte de l'entrée de la maison. Puis, j'ai entendu des cris, mais je n'ai pas compris ce qu'ils disaient. Quand on m'a délivrée de la pièce où j'étais enfermée, Sœur Gloria Cécilia avait disparue ». Et depuis, la Communauté franciscaine a dû quitter Karangasso et le Mali même, acceptent ces orphelins et ces femmes à leur triste sort. Tant qu'il y'a vie, il y'a espoir. Nous sommes engagés ensemble depuis, dans cette quête de Dieu pour la libération de la sœur Gloria Cécilia. La communauté chrétienne du Mali prie non seulement pour la libération de sœur Cecilia, mais aussi pour toutes les personnes enlevées dans le monde. Nous demandons à tous, chacun dans sa confession et en sa manière d'accompagner la communauté chrétienne dans ces prières. Notre secours est en l'Eternel pour sa libération Voyez sur les photos, tous ces enfants dont elle s'occupait. Ils la réclament, les autres travaux ne savent plus que répondre aux enfants qui ne cessent de poser des questions. Que Dieu, dans sa Miséricorde nous aide à la libération de Soeur Gloria Cécilia. Prions, prions, prions, c'est cette voie de salut que nous avons ensemble. Prions également pour que Dieu ouvre les cœurs de ses ravisseurs. MAGNIFICAT demande aux nouveaux responsables de tout mettre en œuvre pour nous aider à faire libérer la Sœur Cecilia Gloria.

 

CHRONIQUE DE JANVIER 2020, LE 25 SŒUR GLORIA, reviens-nous !

Ma chère sœur, perdue de vue

Depuis belle lurette

Par la faute de fous de Dieu,

Sinistres crapules,

Venus faire prise de ta sainte personne

Au milieu d’enfants abandonnés

d’autrui Que tu as fait tiens dans le Miankala profond,

A Karangasso…

Enfants esseulés,

enfants déboussolés

Femmes éplorées,

hommes désemparés

Nous te réclamons avec ferveur depuis ce 7 février 2017 !

Reviens-nous, saine et sauve,

car nous ne dormons plus Que d’un œil…

Puisse le Seigneur,

dans son infinie bonté,

permettre que De nos quatre yeux,

toi et moi, nous nous retrouvions

Afin de poursuivre l’œuvre immense de charité

avec Les autres sœurs de la congrégation des généreuses franciscaines,

Au bénéfice de ces marmailles qui crient encore :

Reviens-nous, vite, sainte sœur Gloria… !

|? Me ibrahim Berthe Ancien Député Ressortissant de la Commune de Nafanga, Karangasso Koutiala



  • TAGS

You can share this post!