news-details
Politique

SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO SUR LA CRISE MALIENNE Des décisions fortes, aujourd’hui ?




La semaine dernière, les 5 chefs d’Etat de la Cédéao (les présidents du Niger, du Ghana, de la Côte-d’Ivoire, du Nigeria et du Sénégal) étaient à Bamako pour la résolution de la crise malienne. Malheureusement, les positions n’ont pas bougé d’un iota. Aujourd’hui on rebat les cartes, cette fois-ci des décisions fortes seront prises pour juguler la crise.

Au soir du jeudi passé après la rencontre entre les chefs d’Etat de la Cédéao et le M5-RFP, l’Imam  MahamoudDicko a déclaré à la presse :« Si vraiment c’est à cause de cela qu’ils se sont réunis, je pense que rien n’a été fait ». Effectivement le M5 est resté sur sa position. Mais déjà, cette rencontre avec la trêve observée jusqu’à la fin de ce mois sont une bonne chose pour la suite. Mais, en analysant les propos de l’imam Dicko, on sent de l’amertume, de la tristesse, de l’humiliation, une déception, une injustice…

« Nous sommes un peuple debout, nous ne sommes pas un peuple soumis ou résigné. Je préfère mourir en martyr que de mourir en traître. Les jeunes gens qui ont perdu leur vie ne l’ont pas perdue pour rien » a ajouté l’imam Dicko l’autorité morale de M5-RFP.En claire, il est insatisfait des propositions de la Cédéao. Il souhaite certainement que des décisions fortes soient prises de la part de la Cédéao.

Chose que les Chefs d’Etat tenterons par vidéo conférence ce lundi. A l’issue de la rencontre de Bamako la semaine dernière,le président en exercice de la Cédéao, le chef de l’Etat nigérien Mahamadou Issoufou a montré son optimisme : « Je fonde l’espoir qu’une solution sera trouvée », a-t-il  dit à la presse. Alors attendons de voir quelles seront les décisions fortes pour une solution définitive de cette crise.

Mais, il est préférable que la solution soit malienne. Parce que, elle sera le résultat d’un dialogue, d’un consensus. Ainsi, elle sera plus sûr et non imposée.  

Levy Dougnon



  • TAGS

You can share this post!