news-details
Régions

SITUATION SALARIALE Les enseignants de Mopti en état d’alerte !




La synergie des syndicats signataires de l’éducation du 15 octobre 2016 de Mopti organise un sit-in aujourd’hui devant le budget régional pour protester contre la décision de la direction du budget régional de Mopti de faire retourner les états de salaire des enseignants aux collectivités pour traitement.  Au moment où nous mettions sous presse, des centaines d’enseignants attendaient encore leur salaire du mois de décembre 2020. 

La tension est très vive entre les autorités régionales de Mopti et les enseignants au motif que les états de salaire du mois de décembre 2020 seront retournés aux collectivités territoriales pour traitement. Après avoir commencé le payement des salaires des enseignants, la direction régionale du budget a arrêté l’opération. Ayant eu vent de cette nouvelle, les responsables des syndicats de l’éducation de la région de Mopti ont rencontré, mercredi 6 janvier 2020, le chef de cabinet du gouverneur M. Kantara Diawara afin de trouver une solution à cette situation. Cette démarche ayant échouée, il est impossible pour les enseignants d’espérer sur une issue immédiate. Le vin semble déjà tiré.

A en croire certaines indiscrétions, la cacophonie qui prévaut tire sa source de la doléance de certains régisseurs des collectivités territoriales qui souhaitent traités les états de salaire des enseignants. Pour rappel, c’est à suite de la grève des administrateurs civils que les directions régionales de budget ont été sommées de traiter le salaire des enseignants fonctionnaires des collectivités. La grève des administrateurs civils a pris fin depuis le 21 décembre 2020. Pour autant, pendant tout ce temps, les régisseurs des mairies n’ont pas demandé à traiter les états de salaire qui étaient poussiéreux dans les tiroirs du directeur de budget régional de Mopti.

 La question qui taraude l’esprit des enseignants est de savoir, pourquoi les régisseurs des mairies réclament les états en cette période ? Quoi qu’il en soit, il ne serait pas exagéré de dire qu’il y a des non-dits dans cette situation.

Pour certains, ce sont les enseignants fonctionnaires des collectivités qui subissent plus de coups dans notre pays dans le domaine du traitement des salaires. Dans notre parution du 4 janvier 2021, nous avions alerté l’opinion nationale en ces termes : « Après la décentralisation, plusieurs secteurs ont été transférés aux collectivités territoriales parmi lesquels le secteur de l’éducation. La gestion approximative de l’école prouve à suffisance que les collectivités territoriales de notre pays ne sont pas suffisamment préparées. Certes, la politique en elle-même n’est pas remise en cause, mais les acteurs qui sont en charge de l’exécution des décisions semblent constituer les obstacles de la bonne marche de cette politique. Cette situation interpelle les plus hautes autorités du pays ».

La décision de faire retourner les états de salaire aux collectivités territoriales est intervenue au moment où les enseignants de certaines communes de la région ont eu leur salaire du mois de décembre 2020, pendant que le budget était censé offrir un éventail de prestations pour soulager les enseignants du fardeau de la précarité, mais c’est le contraire qui a été offert. Toute chose qui aurait mis les enseignants sur un pied de guerre. Il nous revient de source bien introduite, que les syndicalistes sont en concertation. L’horizon s’assombrit de nouveau sur l’école malienne. Déjà en prélude à un sit-in probable ; des slogans circulent. « Le salaire, c’est la vie ! », « trop c’est trop ! », « assumez votre responsabilité au même titre que les autres budgets régionaux du Mali !», « le budget de Mopti est dernier au Mali en matière de paiement de salaire des fonctionnaires ! », « M. le gouverneur agissez vite avant que la situation ne dégénère ». Il urge de trouver une solution à cette situation avant qu’elle n’impacte la reprise des cours prévue pour le 25 janvier 2021.

 

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 



  • TAGS

You can share this post!