news-details
Economie

SIGNATURE DU PROTOCOLE D’ACCORD DES ECHANGES COMMERCIAUX Une relation prometteuse !




La chambre de commerce et d’industrie du Mali (CICM) en collaboration avec l’Agence pour la promotion de l’investissement (API) et IMPACT HU, a organisé une cérémonie de signature d’un protocole d’accord d’échange commercial entre le Mali et les partenaires internationaux, mercredi 8 juillet 2020, à Bamako. Cette action favorisera une dynamique d’échange commercial et de partage d’expérience en matière d’investissement.

L’objectif de cette signature est d’intensifier davantage la relation d’échange commercial entre le Mali et le Royaume de Pays-Bas. Cette coopération vise également à stimuler le commerce et les investissements entre le Mali, le Niger, le Burkina Faso et le Pays-Bas.

En outre, par cet accord, le CICM et les parties signataires au Mali sont fermement convaincues, à travers une coopération bilatérale et multilatérale, de l’importance stratégique de la promotion de l’intégration régionale. Il est possible que dans la mesure où le présent accord de coopération ne porte pas atteinte à l’obligation internationale et aux intérêts commerciaux au niveau national de chacune des parties.

Dans son ambition de développer un partenaire fécond, Moussa Ismaïla Touré, Directeur général d’API, a souligné que ce protocole renforcera la promotion et la facilitation des échanges commerciaux, d’échanges d’expériences et d’informations. Elle permettra aussi de booster une assistance mutuelle pour le renforcement des capacités et la formation du personnel. Il s’agit de la stratégie de développement des échanges commerciaux et des investissements sur les territoires respectifs, ainsi que le développement d’une coopération réciproque. « Dans cet esprit de pleine collaboration, de convivialité, d’égalité et d’avantage mutuel, on a décidé de conclure le présent accord de coopération », a-t-il clarifié.

Cheick Oumar Camara, secrétaire générale de la CICM, a expliqué que, dans le but de renforcer le cadre d’échange et de coopération entre lesdits partenaires, un protocole d’action a été établi mutuellement par les parties pour le développement des relations d’affaires.  Ces modalités s’inscrivent dans la droite ligne du développement des investissements, de la relation commerciale, du renforcement des relations institutionnelles et des capacités.

En ces termes, Moussa Ismaïla Touré a précisé que le présent accord, en effet, s’articule autour de quelques points essentiels pour la consolidation des relations bilatérales et multilatérales des parties prenantes. Ils sont, entre autres : l’organisation de missions commerciales, les parties s’engagent à encourager et soutenir les opérations d’investissement. Par la suite, elles s’impliquent dans l’échange des délégations d’affaires ou des missions d’investissements portant sur différents secteurs économiques.

Les modalités du partenariat mises en exergue !

Au niveau de l’organisation des événements, chaque partie s’engage, dans le cadre de son mandat, à aider et assister l’autre dans l’organisation conjointe d’événements ; ceux qui sont liés à la promotion commerciale, à l’investissement, à la proposition et aux services de réseautage de façon bilatérale ou multilatérale. Ensuite, il a poursuivi, dans le cadre de la facilitation de l’investissement, que les parties doivent s’appliquer à respecter la politique d’investissement étranger et ses conditions de travail. Les parties échangeront régulièrement les informations sur les politiques du commerce, d’investissement, les règles, les règlements, les procédures, les perspectives, en vue de rendre accessibles aux opérateurs économiques et institutionnels des parties prenantes.

En plus de cela, il a ajouté que par une collaboration et un programme d’échanges, les parties entendent améliorer le climat des affaires dans leurs pays respectifs ainsi que l’efficacité de leurs organisations, tout en encourageant et en soutenant les échanges d’expertise technique et les possibilités de formation entre leurs membres respectifs. Cette formation se ferait dans les domaines de la promotion de l’investissement, de la facilitation de l’investissement, du suivi des investisseurs et de la promotion des politiques.

Pour le règlement des différends, chaque partie s’efforcera de résoudre, par consultation ou négociation, tout différend survenant dans le pays d’origine par rapport aux initiatives de commerce et d’investissement des autres parties contractantes.

Quant à la confidentialité des documents, dans une situation divulgatrice, l’essentiel est la préservation des intérêts commerciaux légitimes d’une entreprise publique ou privée. Pour les coûts et les dépenses, chaque partie assumera les frais et les dépenses de sa participation aux activités communes en vertu du présent accord, sauf à un accord contraire écrit. Enfin, à travers un plan d’action, les parties constitueront un groupe de travail, avec un membre désigné par chaque partie, pour maintenir un contact actif.

La cérémonie a pris fin par une séance de signature de l’accord qui marque enfin le début du partenariat. Elle aura une durée de validation de 5 ans, de 2020 à 2025, renouvelable. Par ailleurs, On notait la présence de plusieurs opérateurs économiques venus pour la circonstance.

 

Lassina Sidibé

(Stagiaire)

 



  • TAGS

You can share this post!