news-details
Santé

SANTE La vue un espoir pour chacun !




A l’occasion de la cérémonie de célébration de la 22ème Journée mondiale de la vue, édition 2020, et la semaine nationale de lutte contre la cécité, le ministère de la santé et du développement social a organisé une rencontre dans la salle de conférence du CICB. La 22è journée a retenu pour thème « l’espoir en vue ». C’était sous la présidence du représentant du ministre de la santé et du développement social, M. Mohamed Diakité, conseiller technique, et en présence des partenaires techniques et financiers, notamment, le représentant de l’OMS.

Le Centre international de conférence de Bamako a abrité hier la cérémonie de célébration de la 22è Journée mondiale de la vue et la semaine nationale de lutte contre la cécité. Présidée par le représentant du ministre de la Santé et du Développement social, la rencontre a servi de cadre d’échanges sur les enjeux et les perspectives dans la lutte contre la cécité et autres problèmes de vue au Mali.  « Le thème retenu pour l’édition 2020 qui est « L’Espoir en vue » et la célébration simultanée avec la semaine nationale de lutte contre la cécité démontre l’importance accordée à ce grave phénomène », a évoqué le représentant de l’OMS au Mali. Célébrée chaque année, sous la coordination de l’Organisation mondiale de la santé, le deuxième jeudi du mois d’octobre, la Journée mondiale de la vue s’inscrit dans le cadre de « l’initiative vision 2020  ». Elle a pour but l’élimination des cécités évitables et le traitement des cécités curables d’ici 2020. La commémoration est également l’occasion de sensibiliser l’opinion publique aux problèmes relatifs à la cécité et aux déficiences visuelles. « Compte tenue de l’importante de cette lutte, le ministère a créé un programme national de santé oculaire. Nous avons renforcé les dispositifs de prise en charge et aujourd’hui, on est en train d’intégrer la prise en charge de la santé oculaire à travers la décentralisation. Cependant, d’énormes défis restent à relever dans le secteur. Il s’agit des défis du ratio d’ophtalmologues, de techniciens et bien d’autres qui semblent être les obstacles dans la lutte contre le problème de la vue », a expliqué le représentant de la ministre de la Santé et du Développement social, Dr. Mohamed Diakité, conseiller technique. A titre de rappel, le plan d’action mondial 2014-2019 fait suite à l’approbation de l’assemblée mondiale de la santé en 2013. Et une feuille de route a été destinée aux Etats membres, au secrétariat de l’OMS et aux partenaires internationaux, avec pour objectif d’obtenir une réduction mesurable des déficiences visuelles évitables, de 25 % d’ici 2019. En réalité, on estime que sur les 285 millions de personnes qui présentent une déficience visuelle  : 39 millions d’entre elles sont aveugles et 246 millions présentent une baisse de l’acuité visuelle. Selon l’OMS, les 90 % de celles qui présentent une déficience visuelle vivent dans des pays à faible revenu et 82 % des aveugles sont âgés de 50 ans et plus. Pour la plupart des cas, il a été notifié que les défauts de réfraction non corrigés constituent la principale cause de déficience visuelle. Mais dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la cataracte reste la première cause de cécité. Une raison de plus pour une implication rigoureuse des autorités compétentes dans cette lutte.

|ABouBACAr CiSSé



  • TAGS

You can share this post!