news-details
Société

Revue de Presse du lundi 27 juillet 2020 La CEDEAO, à la Une




Après l’échec de ses trois missions dont celle de cinq chefs d’Etat, la CEDEAO convoque aujourd’hui un Sommet extraordinaire consacré à la crise sociopolitique qui prévaut au Mali depuis deux mois. La CEDEAO livrera, à l’issue de cette rencontre de très haut niveau, ses conclusions relatives aux propositions de sortie de crise, annonce l’Indépendant.

RFI, précise. La rencontre d’aujourd’hui doit se dérouler par visioconférence est sera donc consacrée à la situation au Mali. Cinq chefs d'État de l'institution sous-régionale ont séjourné jeudi à Bamako, mais aucune solution n'a pour l'heure été trouvée.

Oui, renchérit Studio Tamani. La rencontre en visioconférence permettra au Chefs d’Etat de prendre des mesures fortes pour une issue favorable à la crise malienne.

Absolument, répond 22 Septembre. L'organisation sous- régionale prévoit des mesures fortes.

Des décisions fortes, aujourd'hui ? hésite les Echos. 

Le Prétoire, espère: " des mesures fortes attendues du sommet de ce lundi"

Attention, piste le Repère. La solution ne viendra pas de la CEDEAO.

Le Focus, charge.  La CEDEAO est le casse-tête malien.

Pour le Rayon, le dialogue est le seul remède à la situation du pays.

Oui, renchérit l’Essor : « les discussions de tous les espoirs.»

Le Focus, enfonce le clou: « le printemps malien est inévitable », prédit Pr Abdoulaye Niang.

Maliweb, met en ligne. La CEDEAO pourra-t-elle résoudre la crise sociopolitique qui secoue actuellement le Mali, sans apparaître comme un pompier pyromane mal inspiré ? L’organisation sous-régionale va-t-elle transcender son rôle de « syndicat des chef d’Etats » qui lui colle à la peau ?

La Sirène, craint quand la CEDEAO tente d’intimider le M5-RFP.

Le Renouveau, reconnait que c’est un Sommet crucial pour le Mali.

Le Pays, prend sa dose de patience : « en attendant le sort final qui sera réservé au Mali. »

Le Zenith- Balé, s’interroge. IBK, peut-il être sauvé ?

Le Prétoire, rapporte: « tout le danger, c'est lorsqu'on sort de la constitution », dixit Me Tapo.

Dr Choguel Maiga réagit: « le peuple malien ne veut plus être gouverné comme par le passé », rapporte le Pays.

Boubou jusqu'au bout ? s’interroge le Focus.

Seydou Oumar Traoré, écarte le doute. Un gouvernement de 6 à 10 membres sera mis en place aujourd’hui avec Boubou Cissé à la tête.

Pourquoi IBK ne veut pas se séparer de Boubou Cissé, obstacle à la sortie de crise ? Dans l’œil du cyclone du M5-RFP, depuis l’assaut meurtrier de la Forsat, Boubou Cissé risque de perdre la Primature, prédit l’Indépendant.

Non, rapporte 22 Septembre: « c'est vraiment malheureux de mêler la FORSAT à des considérations politiciennes », défend le Général Salif Traoré.

 Azaila Express se calme. L’Imam Dicko a scellé définitivement le sort de Boubou.

22 Septembre, revient. L'Imam Dicko réitère son opposition à la démission du Président IBK.

D’accord, mais pour Me Tall, un Gouvernement d’union nationale commence par le choix d’un premier Ministre de consensus, rapporte l’Indépendant.

Ce n’est pas tout. Le président des jeunes Dogons du Mali  l'AJDM, veut porter plainte contre Boubou Cissé et ses complices pour non assistance des personnes en danger. Il a levé les check points et cela a permis aux terroristes de circuler librement. Ils sont en train de massacrer les civiles et chaque jour nous constatons le silence de l'Etat aussi. Le président de l'AJDM affirme avoir eu le soutien de plus de 20 Avocats nationaux et internationaux.

Aboubacar Sidick Fomba propose : « 1-Poursuivre le président de la République pour coup d'État constitutionnel, assassinat prémédité de son peuple et haute trahison.

2-Poursuivre le premier ministre Boubou Cissé pour assassinat prémédité, endettement abusif, faux et usage de faux en écriture et usurpation de titre et de fonction, dilapidation des biens de l'État, privatisation illégale du patrimoine de l'État.

3-Traduire les membres de la cour constitutionnelle devant une juridiction compétente pour parjure et faire un audit des fonds alloués à la cour constitutionnelle pour la prise en charge des délégués.

4-Dissoudre l'Assemblée nationale, le haut conseil des collectivités territoriales, le conseil culturel, social et économique.

5_Attribuer le rôle de la cour constitutionnelle à la cour suprême.

6- Abroger le décret de création de la sécurité d'État.

7-Élaborer une charte de transition politique pour l'avènement de la quatrième République composé des organes de décisions (la présidence ) des organes législatifs ( constituante) les organes d'exécution (le gouvernement et les commissions de travail)et un organe consultatif ( anciens présidents et anciens premiers ministres).

Le travail de la transition sera focalisé sur la refondation du Mali.

Les anciens ministres vont travailler dans les commissions de travail pour produire les documents nécessaires.

Les ministres de la transition politique seront des personnes nouvelles qui vont mettre en application la feuille de route.

8-organiser une conférence nationale inclusive des hameaux aux villages jusqu'au niveau national.

9-organisation d'un dialogue social sur la base des recommandations de l'OIT et la convergence de la CEDEAO.

10- la mise en application de la loi 04_051 du 23 novembre 2004 portant organisation de la défense nationale (création d'un comité interministériel, un conseil supérieur de défense, la défense opérationnelle du territoire ou DOT et la réquisition des biens pour financer la guerre au Mali).

11-Évaluer, relire et mettre en application l'accord d'Alger dans un contexte de décentralisation uniforme pour toutes les régions du Mali.

12-faire l'audit des dettes, du patrimoine de l'État et de l'or du Mali.

13- faire l'audit des armements militaires et des processus d'achat d'avions et autres matériels.

14- faire l'audit des logements sociaux et des crédits de l'Office Malienne de l'habitat qui s'élève aujourd'hui à 300 milliards.

15-Ouvrir l', enquête sur l'utilisation des milices dans la région de Mopti et situer les responsabilités afin de prendre la sanction qui s'impose.

16-Évaluer les accords signés et voir leur pertinence. »

L’insécurité  et le terrorisme galopants…

Le corps sans vie du Maire de Garba- Koïra dans le cercle de Djiré a été retrouvé près de deux semaines après son enlèvement chez lui. Il a été enlevé à son domicile par des hommes armés non identifiés dans la nuit du 13 juillet dernier, halète l’Indépendant.

Oui, certifie l’Indicateur. C’est le corps de l’édile Garba- Koïra, Abdoulaue Alpha Cissé, retrouvé sans vie.

Studio Tamani, rapporte : « les propos circulants sur les réseaux sociaux parlant de la libération de soumaila Cissé avant la fête de Tasbaki sont faux ils ne sont pas de moi » affirme Ousmane Youssoufi Maiga, le président de la commission de médiation dans les négociations pour la libération du chef de file de l'opposition. Il précise par ailleurs que les négociations avancent pour sa libération.

Le Pays, pleure. La gendarmerie de Massigui (Dioila), a été attaquée samedi dernier. Un gendarme (Simbo T Doumbia) a été tué et le planton Siaka Togola grièvement blessé. Des dégâts matériels ont également été enregistrés. Selon le commissaire divisionnaire de Dioila, Ismaïla Traoré, les assaillants étaient près de cinq personnes. Ils sont arrivés sur trois motos. Après avoir commis le forfait, ils se sont retirés.

Diarrassouba, député élu à Massigui, poste: « je condamne avec la dernière rigueur l’attaque de la Brigade territoriale de la Gendarmerie de Massigui ce samedi 25 juillet 2020, aux environs de 21 h par des individus sans foi et barbare. Mes condoléances les plus émues à la famille du gendarme tué lors de l’attaque et à la nation malienne, prompte rétablissement aux blessés. »

Jack Douk, prévient. Dite à Serge Daniel que Timbine a été élu avec la plus belle manière du jamais vu au Mali avec 134 voix sur 147deputes le problème ne se situe pas à la légitimité de l’honorable au sein de l’assemblée nationale. Je ne suis pas contre la personne de l’honorable Diarassouba mais c’est des gens qui risqueraient de détruire le bon vivre entre les piliers d’une même corporation.

Diallo Sema, recadre. Si les journalistes alimentaires du Mali ne peuvent pas dire la vérité,  Serge  Daniel la dira.

Bamako sous l’emprise des gangs ! s’exclame l'Aube. La ville devient de plus en plus un Far-West où règne quotidiennement le flot de sang des règlements de compte et des crimes violents.

Le Phileingora, rapporte. La quincaillerie Zoulca-Ada à Kabala est victime de braquage. Les bandits, au nombre de cinq personnes, ont embarqué dans cette quincaillerie de référence dans cet endroit. Ils ont pointé leur arme sur les employés et les ont demandés de se mettre plat ventre. C’est alors que les braqueurs ont emporté tout ce qu’il y avait comme argent liquide dans ce grand magasin. Ils ont emporté près de deux millions de FCFA.

Bamada.net, s’inquiète. La route Bamako-Kayes est bloquée par la population mécontente suite au refus des transporteurs à faire baisser le prix du transport Bamako-Kita de 3000 à 2000 FCFA. Pour rappel, le transport entre Bamako et Kita comptait 2500 FCFA avant 2014 et à défaut des 2000 FCFA, les voyageurs voudraient revenir, au moins à l’ancien prix.

On termine avec la Covid-19. Les frontières aériennes sont rouvertes, mais  Bamako- Sénou maintient la garde haute contre le coronavirus, témoigne l’Essor. A lui de préciser qu’à la date d’aujourd’hui il y a eu 1.911 guéris, 123 décès sur 2.510 cas confirmés.

Garibou PEROU, Journaliste



  • TAGS

You can share this post!