news-details
Régions

REVUE DE LA PRESSE A la Une, la dépouille d'ATT




L’avion présidentiel transportant le corps de l’ancien chef de l’État malien, Amadou Toumani Touré, est arrivé, samedi dernier, vers 4h00 du matin à Bamako, en provenance de Turquie où il est décédé. L’appareil a stationné non loin du pavillon présidentiel de l’aéroport de Bamako où attendaient plusieurs centaines de personnes dont des autorités maliennes. Une sobre cérémonie de recueillement a eu lieu, met en ligne sikkatv.info.

La Présidence, enchaîne. C’est le Vice-président, le Colonel Assimi GOITA qui a accueilli la dépouille mortelle du Général Amadou Toumani TOURE ancien président de la République du Mali. Très ému, le Vice-président s'est incliné devant le cercueil de l'illustre disparu. Le Colonel Assimi GOITA avait à ses côtés le Premier ministre M. Moctar OUANE. Rappelons que les obsèques nationales de l'illustre disparu sont prévues à la place d'Armes du Génie militaire le mardi 17 novembre 2020 à 10h sous la présidence de SEM Bah N'DAW, Président de la Transition, Chef de l'État. A elle de communiquer, que le Président de la Transition, Chef de l'Etat, SEM Bah N'DAW décrète un deuil national de trois (3) jours sur l'étendue du territoire national à compter du lundi 16 novembre 2020 à zéro heure, en hommage au défunt Général Amadou Toumani TOURE, ancien Président de la République.

Nouvel Horizon, note. Un deuil national de trois jours est décrété à partir d’aujourd’hui.

Oui, précise l’Essor. Il débute ce lundi à 00 heure jusqu’au mercredi à minuit. Pendant toute la durée du deuil, les drapeaux sont mis en berne sur tous bâtiments et édifices publics. Par ailleurs, le Grand chancelier des ordres nationaux du Mali porte à la connaissance de tout le peuple malien qu’un cortège et une veillée funèbre seront organisés à l’honneur de l’illustre disparu ce lundi.

Issiaka Malien Lamda, rapporte : « la famille d’ATT est catégoriquement opposée à un cortège funèbre consistant à promener la dépouille du défunt. Elle a proposé au pouvoir à ce que la dépouille de l’illustre disparu soit installée à un endroit public connu de tous pour d’éventuels recueillements des Maliens. Refus du pouvoir de Transition. La famille s’en remet à Dieu. »

Yas Coul, s’interroge. Donc les maliens vont se bagarrer à cause de la dépouille d'ATT ? Ayez honte ! Laissez le monsieur se reposer dans la grâce de Dieu !

Moussa Mara Yelema, s'invite. Le Décret 0165 PT RM du 12 novembre 2020 qui instaure un deuil national en hommage au Président ATT ; le Président de transition a signé ce Décret alors qu'il est écrit sur un papier à entête de la Primature ! Il est hautement souhaitable que les services de la Présidence ainsi que les autres services fassent preuve de rigueur à toute épreuve afin que les méprises grossières de la sorte puissent être évitées.

Mamadou Camara, explique. Entre nous ici il n'y a pas à se chauffer les esprits. Dans mes petites expériences, les funérailles nationales, le deuil national sont des décrets du gouvernement et précisément préparés par le secrétariat général du gouvernement. Le décret est signé par le chef de l'Etat. Aucune incorrection dans l'entête et dans la signature. Mais je peux me tromper 1000 fois.

Idrissa Toure, délibère : « un tel décret devrait juste contenir la contresignature du PM sinon il est normalement libellé dans le format incriminé. Il est monté par le secrétariat général du Gouvernement qui relève du PM et ne peut donc porter que l'entête de la primature. Seulement il ne devrait pas porter la seule signature du président mais celle du PM aussi, autrement il aurait été monté par le secrétariat général de la présidence. Puisqu'il est publié sans le contreseign légal, on peut dire qu'il y a effectivement un oubli qui peut s'interpréter en amateurisme, mais bon c'est normal puisqu'il y a eu changement au niveau du service et que le nouveau n'est pas forcément rodé d'abord dans la rédaction des actes administratifs et il a pu être victime peut être de déloyauté. Certains sont capables de fermer délibérément les yeux sur de telles erreurs, juste pour nuire à un nouveau chef dont on ne voudrait pas. Ça fait partie des réalités de l'administration.»

Moussa Béma Sidibé, examine. Moi je ne crois pas à ce décret n°0165 car le dernier décret est de n°0143 du 09 novembre 2020 et du 12 novembre alors 22 décrets présidentiels n'ont pas été signés entre le 09 et le 12 novembre 2020.

Pour Abdoulaye Kone, quand les administrateurs civils sont en grève illimitée, ça donne ça : comparez les deux décrets et vous comprendrez.

Arc-en-ciel, témoigne. Les Administrateurs civils restent imperturbables et déterminés pour la satisfaction de leurs doléances.

Le Repère, constate dans la grève illimitée des Administrateurs civils les désaccords et les incompréhensions.

Les Echos, revient : « un adieu douloureux, le Mali te pleure ATT. »

[email protected], renchérit. Le Mali tout entier pleure ATT, l'un de ses dignes fils.

22 Septembre, annonce. Tombouctou compatit au décès d'ATT. Une lecture de « Cala » est prévue demain mardi dans la grande mosquée de Djingareyber.

Nouhoum Togo, rédige : « ATT n'est pas mort le 10 Novembre 2020, ce jour là il a rendu l'âme, il est bien mort en 2012 et nos tentatives vaines de rendre hommage à l'homme cachent mal notre manque de reconnaissance réelle vis à vis de l'homme de son vivant. On meurt quand ceux qui nous aiment se taisent pour laisser ceux qui nous n’aiment pas nous pousser à l'exil. On meurt quand ceux à qui nous avons confié la tâche de nous aider sont tous absents quand il faut défendre nos actions. On meurt quand on est montré comme le seul coupable de la déliquescence d'un pays pour lequel on a tout sacrifié. On meurt quand malgré les milliards investis dans les armes, aucune arme n'est visible quand l'ennemi nous attaque. On meurt quand ceux qui sont nos amis rejoignent ceux qui nous traitent d'avoir trahi le pays qu'on aime. On meurt quand dans le parti crée en notre nom avec 52 vice présidents n'a aucune personne pour nous soutenir. Challenge c'est bien, nous n'avons aucune action datant d'après le 22 mars 2012 à citer, nous avons eu 08 ans pour sauver ce qui restait de l'âme du guerrier tombé. Nous avons eu ses 70 ans en 2018 pour signifier que nous l'aimons ou que nous lui sommes reconnaissants. A quoi bon les honneurs, après la mort, car de toute façon, bon comme mauvais, notre tradition ne critique pas les morts. ATT est bien mort en 2012, il a juste attendu 2020 pour que son cœur ayant autant souffert de la trahison de ceux qui "l'aimaient" lâche enfin.»

Aboubacar Bany Zon, observe. Quand je vois les anciens collaborateurs traîtres chez feu ATT, avec mine serrée, je me résigne face à la dangerosité de l'humain.

 

La composition du CNT !

Le CNSP face à la colère de la classe politique ! s'exclame le Pays.

Les Echos, prévient : « une nouvelle sortie du M5 en gestation ! »

Oui, renchérit, Nouvel Horizon. Le M5-RFP prépare une nouvelle descente dans les rues de Bamako.

Le Repère, relate. Le M5- RFP refuse de servir de faire- valoir à un régime militaire déguisé à travers le Conseil National de la transition.

L’Indépendant, rapporte : « le M5-RFP ne peut pas se rendre complice de l’installation d’un régime militaire. Cela ne rend service ni au Mali ni à la démocratie ni à notre Armée », selon le Comité Stratégique du M5-RFP.

La classe politique craint, selon le Flambeau une militarisation de l’Institution.

Le Zénith- Balé, appelle cela la caporalisation de la transition. Attention aux revers de la médaille ! prévient- il.

22 Septembre, tacle: « du statut sauveur (les putschistes) à celui de fossoyeur de la démocratie ! »

Le Challenger, constate qu'il y a du souci à se faire...

Notre Voie, s'exclame: « la transition dans un cul-de-sac ! »

Arc-en-ciel, observe. Bah N'DAW est sur une pente glissante. Pour Dr Brahima Fomba, Bah N'DAW est incompétent pour fixer les modalités de désignation des membres du CNT, rapporte la source.

Nouvel Horizon, rapporte : « pour atteindre le Mali que vous désirez, les 18 mois de transition ne suffiront pas… », dixit Mme Amina Mohamed Vice- Secrétaire Général de l’ONU.

Djata Info 24, mémorise. L’ORTM 1 et 2 doivent mentionner sur leurs écrans le degré de consommation du délai de la transition de 18 mois. 3 mois déjà épuisés.

 

Kassim Traoré, enregistre. Cette transition servira de leçon à la classe politique malienne.

Devoir de Vérité, s'exclame. L'Etat de grâce c'est fini !

 

La peine capitale !

Selon Maliweb, 15 djihadistes, dont un chef d’Ansare Dine, sont condamnés à mort. Les 15 terroristes sont accusés d’avoir mené des attaques près des frontières burkinabè et ivoirienne, dans le sud du Mali. Sur les 15 accusés, seuls trois étaient présents à l’audience, dont Souleymane Keita, un des chefs du groupe armé Ansare Dine, a précisé le média, rappelant que l’intéressé avait été arrêté en 2016.

L'Essor, certifie. Souleymane Keita, chef jihadiste du sud et 14 autres sont condamnés à mort.

Nouvel Horizon, relaie. La France confirme la mort du djihadiste Bah Ag Mossa.

Les Echos, s'inquiète. Les terroristes menacent Niéna dans le Ganadougou.

Le Pays, annonce. Pour réclamer la sécurité, les populations de Fakala bloquent la RN6 au niveau de Sofara.

Le Soir de Bamako, pointe. Après l’assassinat spectaculaire de trois personnes par les Dozos, les jeunes de Sofara bouclent tout accès qui mène au nord durant des heures.

Le Forum de Niono, un mirage ? s’interroge le Flambeau.

Le Soir de Bamako, certifie que c’est le statu quo à Farabougou. La source appelle le Colonel à agir car le peuple l’observe.

Le Flambeau, alerte. Le problème de terre perdure pour les déplacés de Mambry.

On termine par cette triste nouvelle. 4 frères morts lors d’un accident près de Bamako. C’était samedi dernier à l’entrée de Bamako dans la forêt classée de la Faya. Il s’agit de 4 enfants du célèbre Basseydou Sylla, soupire l’Essor.

Le Soir de Bamako, comptabilise : « 9 morts et 10 blessés graves dans une collision de voitures sur la RN6. »

 

Source: www.revuedepresse.ml

Garibou PEROU, Chargé de Mission au (MSDS)

 

REVUE DE LA PRESSE

A la Une, la dépouille d'ATT

L’avion présidentiel transportant le corps de l’ancien chef de l’État malien, Amadou Toumani Touré, est arrivé, samedi dernier, vers 4h00 du matin à Bamako, en provenance de Turquie où il est décédé. L’appareil a stationné non loin du pavillon présidentiel de l’aéroport de Bamako où attendaient plusieurs centaines de personnes dont des autorités maliennes. Une sobre cérémonie de recueillement a eu lieu, met en ligne sikkatv.info.

La Présidence, enchaîne. C’est le Vice-président, le Colonel Assimi GOITA qui a accueilli la dépouille mortelle du Général Amadou Toumani TOURE ancien président de la République du Mali. Très ému, le Vice-président s'est incliné devant le cercueil de l'illustre disparu. Le Colonel Assimi GOITA avait à ses côtés le Premier ministre M. Moctar OUANE. Rappelons que les obsèques nationales de l'illustre disparu sont prévues à la place d'Armes du Génie militaire le mardi 17 novembre 2020 à 10h sous la présidence de SEM Bah N'DAW, Président de la Transition, Chef de l'État. A elle de communiquer, que le Président de la Transition, Chef de l'Etat, SEM Bah N'DAW décrète un deuil national de trois (3) jours sur l'étendue du territoire national à compter du lundi 16 novembre 2020 à zéro heure, en hommage au défunt Général Amadou Toumani TOURE, ancien Président de la République.

Nouvel Horizon, note. Un deuil national de trois jours est décrété à partir d’aujourd’hui.

Oui, précise l’Essor. Il débute ce lundi à 00 heure jusqu’au mercredi à minuit. Pendant toute la durée du deuil, les drapeaux sont mis en berne sur tous bâtiments et édifices publics. Par ailleurs, le Grand chancelier des ordres nationaux du Mali porte à la connaissance de tout le peuple malien qu’un cortège et une veillée funèbre seront organisés à l’honneur de l’illustre disparu ce lundi.

Issiaka Malien Lamda, rapporte : « la famille d’ATT est catégoriquement opposée à un cortège funèbre consistant à promener la dépouille du défunt. Elle a proposé au pouvoir à ce que la dépouille de l’illustre disparu soit installée à un endroit public connu de tous pour d’éventuels recueillements des Maliens. Refus du pouvoir de Transition. La famille s’en remet à Dieu. »

Yas Coul, s’interroge. Donc les maliens vont se bagarrer à cause de la dépouille d'ATT ? Ayez honte ! Laissez le monsieur se reposer dans la grâce de Dieu !

Moussa Mara Yelema, s'invite. Le Décret 0165 PT RM du 12 novembre 2020 qui instaure un deuil national en hommage au Président ATT ; le Président de transition a signé ce Décret alors qu'il est écrit sur un papier à entête de la Primature ! Il est hautement souhaitable que les services de la Présidence ainsi que les autres services fassent preuve de rigueur à toute épreuve afin que les méprises grossières de la sorte puissent être évitées.

Mamadou Camara, explique. Entre nous ici il n'y a pas à se chauffer les esprits. Dans mes petites expériences, les funérailles nationales, le deuil national sont des décrets du gouvernement et précisément préparés par le secrétariat général du gouvernement. Le décret est signé par le chef de l'Etat. Aucune incorrection dans l'entête et dans la signature. Mais je peux me tromper 1000 fois.

Idrissa Toure, délibère : « un tel décret devrait juste contenir la contresignature du PM sinon il est normalement libellé dans le format incriminé. Il est monté par le secrétariat général du Gouvernement qui relève du PM et ne peut donc porter que l'entête de la primature. Seulement il ne devrait pas porter la seule signature du président mais celle du PM aussi, autrement il aurait été monté par le secrétariat général de la présidence. Puisqu'il est publié sans le contreseign légal, on peut dire qu'il y a effectivement un oubli qui peut s'interpréter en amateurisme, mais bon c'est normal puisqu'il y a eu changement au niveau du service et que le nouveau n'est pas forcément rodé d'abord dans la rédaction des actes administratifs et il a pu être victime peut être de déloyauté. Certains sont capables de fermer délibérément les yeux sur de telles erreurs, juste pour nuire à un nouveau chef dont on ne voudrait pas. Ça fait partie des réalités de l'administration.»

Moussa Béma Sidibé, examine. Moi je ne crois pas à ce décret n°0165 car le dernier décret est de n°0143 du 09 novembre 2020 et du 12 novembre alors 22 décrets présidentiels n'ont pas été signés entre le 09 et le 12 novembre 2020.

Pour Abdoulaye Kone, quand les administrateurs civils sont en grève illimitée, ça donne ça : comparez les deux décrets et vous comprendrez.

Arc-en-ciel, témoigne. Les Administrateurs civils restent imperturbables et déterminés pour la satisfaction de leurs doléances.

Le Repère, constate dans la grève illimitée des Administrateurs civils les désaccords et les incompréhensions.

Les Echos, revient : « un adieu douloureux, le Mali te pleure ATT. »

[email protected], renchérit. Le Mali tout entier pleure ATT, l'un de ses dignes fils.

22 Septembre, annonce. Tombouctou compatit au décès d'ATT. Une lecture de « Cala » est prévue demain mardi dans la grande mosquée de Djingareyber.

Nouhoum Togo, rédige : « ATT n'est pas mort le 10 Novembre 2020, ce jour là il a rendu l'âme, il est bien mort en 2012 et nos tentatives vaines de rendre hommage à l'homme cachent mal notre manque de reconnaissance réelle vis à vis de l'homme de son vivant. On meurt quand ceux qui nous aiment se taisent pour laisser ceux qui nous n’aiment pas nous pousser à l'exil. On meurt quand ceux à qui nous avons confié la tâche de nous aider sont tous absents quand il faut défendre nos actions. On meurt quand on est montré comme le seul coupable de la déliquescence d'un pays pour lequel on a tout sacrifié. On meurt quand malgré les milliards investis dans les armes, aucune arme n'est visible quand l'ennemi nous attaque. On meurt quand ceux qui sont nos amis rejoignent ceux qui nous traitent d'avoir trahi le pays qu'on aime. On meurt quand dans le parti crée en notre nom avec 52 vice présidents n'a aucune personne pour nous soutenir. Challenge c'est bien, nous n'avons aucune action datant d'après le 22 mars 2012 à citer, nous avons eu 08 ans pour sauver ce qui restait de l'âme du guerrier tombé. Nous avons eu ses 70 ans en 2018 pour signifier que nous l'aimons ou que nous lui sommes reconnaissants. A quoi bon les honneurs, après la mort, car de toute façon, bon comme mauvais, notre tradition ne critique pas les morts. ATT est bien mort en 2012, il a juste attendu 2020 pour que son cœur ayant autant souffert de la trahison de ceux qui "l'aimaient" lâche enfin.»

Aboubacar Bany Zon, observe. Quand je vois les anciens collaborateurs traîtres chez feu ATT, avec mine serrée, je me résigne face à la dangerosité de l'humain.

 

La composition du CNT !

Le CNSP face à la colère de la classe politique ! s'exclame le Pays.

Les Echos, prévient : « une nouvelle sortie du M5 en gestation ! »

Oui, renchérit, Nouvel Horizon. Le M5-RFP prépare une nouvelle descente dans les rues de Bamako.

Le Repère, relate. Le M5- RFP refuse de servir de faire- valoir à un régime militaire déguisé à travers le Conseil National de la transition.

L’Indépendant, rapporte : « le M5-RFP ne peut pas se rendre complice de l’installation d’un régime militaire. Cela ne rend service ni au Mali ni à la démocratie ni à notre Armée », selon le Comité Stratégique du M5-RFP.

La classe politique craint, selon le Flambeau une militarisation de l’Institution.

Le Zénith- Balé, appelle cela la caporalisation de la transition. Attention aux revers de la médaille ! prévient- il.

22 Septembre, tacle: « du statut sauveur (les putschistes) à celui de fossoyeur de la démocratie ! »

Le Challenger, constate qu'il y a du souci à se faire...

Notre Voie, s'exclame: « la transition dans un cul-de-sac ! »

Arc-en-ciel, observe. Bah N'DAW est sur une pente glissante. Pour Dr Brahima Fomba, Bah N'DAW est incompétent pour fixer les modalités de désignation des membres du CNT, rapporte la source.

Nouvel Horizon, rapporte : « pour atteindre le Mali que vous désirez, les 18 mois de transition ne suffiront pas… », dixit Mme Amina Mohamed Vice- Secrétaire Général de l’ONU.

Djata Info 24, mémorise. L’ORTM 1 et 2 doivent mentionner sur leurs écrans le degré de consommation du délai de la transition de 18 mois. 3 mois déjà épuisés.

 

Kassim Traoré, enregistre. Cette transition servira de leçon à la classe politique malienne.

Devoir de Vérité, s'exclame. L'Etat de grâce c'est fini !

 

La peine capitale !

Selon Maliweb, 15 djihadistes, dont un chef d’Ansare Dine, sont condamnés à mort. Les 15 terroristes sont accusés d’avoir mené des attaques près des frontières burkinabè et ivoirienne, dans le sud du Mali. Sur les 15 accusés, seuls trois étaient présents à l’audience, dont Souleymane Keita, un des chefs du groupe armé Ansare Dine, a précisé le média, rappelant que l’intéressé avait été arrêté en 2016.

L'Essor, certifie. Souleymane Keita, chef jihadiste du sud et 14 autres sont condamnés à mort.

Nouvel Horizon, relaie. La France confirme la mort du djihadiste Bah Ag Mossa.

Les Echos, s'inquiète. Les terroristes menacent Niéna dans le Ganadougou.

Le Pays, annonce. Pour réclamer la sécurité, les populations de Fakala bloquent la RN6 au niveau de Sofara.

Le Soir de Bamako, pointe. Après l’assassinat spectaculaire de trois personnes par les Dozos, les jeunes de Sofara bouclent tout accès qui mène au nord durant des heures.

Le Forum de Niono, un mirage ? s’interroge le Flambeau.

Le Soir de Bamako, certifie que c’est le statu quo à Farabougou. La source appelle le Colonel à agir car le peuple l’observe.

Le Flambeau, alerte. Le problème de terre perdure pour les déplacés de Mambry.

On termine par cette triste nouvelle. 4 frères morts lors d’un accident près de Bamako. C’était samedi dernier à l’entrée de Bamako dans la forêt classée de la Faya. Il s’agit de 4 enfants du célèbre Basseydou Sylla, soupire l’Essor.

Le Soir de Bamako, comptabilise : « 9 morts et 10 blessés graves dans une collision de voitures sur la RN6. »

 

Source: www.revuedepresse.ml

Garibou PEROU, Chargé de Mission au (MSDS)

 

 



  • TAGS

You can share this post!