news-details
Politique

Réaction à l’article de Mr Said Penda intitulé : « Le Mali est une escroquerie démocratique »




De  quel coté se situe  vraiment l’escroquerie ?   

Une telle liberté de ton ( pour ne pas en dire en plus)montre à quel point notre pays est tombé bien bas, déconsidéré qu’il est depuis un certain temps, y compris dans le regard de certains de ses « familiers », ceux là mêmes qui en ont servi longtemps de par le monde  à travers leurs propos et écrits une « image généreuse » voire même trop flatteuse par moments . Comme c’est sidérant de constater ainsi que notre pays a cessé de mériter aux yeux de certains de nos frères et sœurs africains et autres hôtes qui ont choisi d’y vivre, le respect de l’obligation de réserve et l’exigence du minimum de respect qu’appellent partout les règles de l’ hospitalité . Signe des temps me diriez vous ! Je ne sais pas ce qui arrive à notre frère Mr Said Penda que j’a connu bien plus avenant et positif dans une précédente vie. Désolé, mais je n’ai pu me retenir de réagir à son propos aussi péremptoire que discourtois à l’endroit de notre pays !

 Telle  a été ma réaction le 13 juin dernier à la lecture de l’un des « morceaux choisis » par  Mr Said Penda lui-même de son article intitulé « Le Mali est une escroquerie démocratique »  et qui  nous était servi par lui même toujours (via un groupe de discussion)  pour en annoncer  la publication sur le site de Médiapart dans sons espace dit « le Club ».

 Quelques remarques que m’inspire la lecture de la totalité de l’article ;

 Dans l’annonce tonitruante de la publication de son article à sensation l’auteur  s’attribue  les titres ronflants de « journaliste  d’investigation » et d’ « analyste politique » alors que  sur le Web  il est présenté tour à tour  dans sa « biographie express » comme journaliste, communicant, et enfin journaliste réalisateur ; Cela fait beaucoup pour une seule tète et la qualité de l’article souffre sans dote des effets de cette boulimie ; Sans vraiment m’attarder sur le fond de cet article sil en avait un (et l’espace ne s’y prête pas) je voudrais m’indigner (comme nous avons cessé de le faire quand il le faut dans ce pays) contre cette véritable  insulte qui  a été faite à notre pays , a son histoire récente et aussi à son avenir sous le prétexte fallacieux de vouloir mener « une analyse sans concession de la situation du pays »

 En fait d’analyse ce « brulot » n’en présente aucun indice. L’insulte et l’irrévérence qu’il distille sont consacrées par le titre lui-même ; Vraiment  quelle utilité pour une’ « analyse sans concession de la situation actuelle du Mali » que de qualifier déjà  dans le  titre de l’article notre pays le Mali « d’escroquerie démocratique » en raison de l’incurie de sa classe politique ; Et ce « pseudo analyste politique,  soit disant journaliste  d’investigation » qui est censé avoir traversé le continent de part en part, qui a été des années durant correspondant en Afrique de l’ouest d’une grande chaine internationale, considère le plus sérieusement du monde que les pratiques condamnables et autres dérives qu’il énumère et qui sont effectivement  celles des politiciens maliens( telles les alliances contre nature entre partis de la majorité et ceux de l’opposition lors des élections …) sont propres à notre pays et donc constitutifs de ce délit d’« escroquerie démocratique typiquement malienne » dixit ; Et dans son élan missionnaire pour la cause de la « vraie démocratie »  il va expliquer dans son article  à ses compatriotes camerounais ,aux ivoiriens , guinéens qu’il prend à témoins( il aurait pu y ajouter les comoriens et d’autres encore ! ) « l’incongruité démocratique malienne » dixit, en comparaison sans doute à l’ « orthodoxie démocratique » qui serait de mise dans ces différents pays ! Pareil pour toutes les autres récriminations: Mais  n’étant jamais à une contradiction près dans  son article, il estime que l’enrichissement indu et  insolent qui est reproché au Mali à certaines personnes par l’opinion publique nationale n’a rien de singulier en Afrique ; Mais il pointe aussitôt après l’enrichissement des hommes de religion au Mali qu’il présente comme une exclusivité malienne ; C’est à a se demander si Monsieur Said  est  retourné souvent dans  son Cameroun natal et s’il est  vraiment au courant de ce qui s’y  passe dans la sphère religieuse et en Afrique centrale de façon  générale avec la prolifération vertigineuse des églises du réveil et de nombreuses autres sectes chrétiennes évolution qui s’accompagne de l’enrichissement personnel criard de nombreux hommes d’église ( pasteurs évangélistes et prêtres) sur le dos de nombreux  pauvres fidèles désabusés

 S’agissant de la lecture que Mr Said fait de  l’histoire politique  récente du Mali et de l’appréciation sentencieuse qu’il fait des dirigeants politiques qui se sont succédés à la tète pays depuis 1991, la cause est entendue. Je retiens simplement que le « journaliste investigateur » nous laisse sur notre faim ; on se serait attendu  à la production d’éléments de preuves probants pour étayer les différentes allégations qui sont faites à propos de différents sujets très importants de la vie de la nation et surtout les graves accusations portées contre d’éminentes personnalités de ce pays dont des « icones » que ses propos désobligeants et haineux  ne parviendront jamais à atteindre heureusement , au regard de  l’altitude ou ils se situent ; Et pourtant nous avons vu  au fil des mandats successifs de  ces trente dernières années, beaucoup de journalistes de cette espèce « jouer des coudes » pour être dans la proximité de tous ces dirigeants politiques qu’ils vouent aujourd’hui aux gémonies

Au lieu de proposer au lecteur une intelligibilité des événements et faits  qui sont rapportés et des enjeux qui les entourent, celle aussi des différents défis auxquels le pays est confronté et faire des propositions pour avancer Mr Said colporte beaucoup de« rumeurs » et    de calomnies» celles distillées dans les   salons feutrés  les « grins « et relayés par les réseaux sociaux et donc bien connus pour cela de tous les maliens ;

 En fin cet article  m’indigne d’autant qu’il se situe dans la longue  généalogie de toutes   ces analyses approximatives et tendancieuses des réalités maliennes qui nous ont été servies depuis 1991 par des soit disant experts, amis supposés du Mali et qui n’avaient souvent en fait qu’une seule  finalité celle de nourrir au sens propre du terme  leurs auteurs  et d’ d’assurer au mieux leur visibilité ; Cela s’apparente aussi à une véritable escroquerie . Il n’est plus acceptable que notre pays soit le réceptacle d’autant de faux experts récusés pour certains  dans de nombreux pays pour leur incompétence, ces donneurs de leçons et autres flagorneurs qui ont contribué largement à la construction du « mythe » de l’émergence d’un « modèle  malien de démocratie » incarné notamment par la formule du « consensus  réinventé » .Ce sont les mêmes qui au lendemain du coup d’état de mars 2012 (avec ses conséquences  bien connues) qui se sont mus en pourfendeurs de cette expérience démocratique malienne reniant toutes  responsabilités dans la faillite du système ;

 Au moment ou le Mali traverse une grave crise politico sociale qui requiert de tous et de chacun un effort  d’ introspection  afin de trouver  les moyens de relever ensemble notre pays il est important que nous veillions à ne pas nous laisser distraire par des discours spécieux qui relèvent d’avantage de la communication politicienne ( peu subtile) que de l’analyse politique qui pourrait nous aider à avancer ; Aussi puissions nous espérer qu’a défaut de « reconnaissance du ventre » Mr Said Penda pourrait s’abstenir par décence d’insulter le Mali qui ne saurait aucunement être confondu avec les politiciens du pays et les pires travers qui peuvent leur être attribués à tord ou à raison.

                                                                                                 Bamako le 23 juin 2020

 

 Doulaye Konaté Professeur d’Histoire

 Emérte, Université de Bamako   

        

 

  



  • TAGS

You can share this post!