news-details
Politique

PROPOSITION DU SENAT AUX VICTIMES DE MANASSA IBK confirme, enfin, le crime électoral !




Le débat sur la légitimité de la revendication des membres du collectif des victimes de Manassa Danioko afin qu’on les restitue leurs victimes lors des dernières élections législatives est clos. En recevant à Koulouba les membres de ce collectif le mardi 7 juillet 2020 et en leur proposant des postes dans le futur sénat dont l’accouchement connait déjà des complications, le président IBK reconnait d’emblée le crime électoral commis par la Cour constitutionnelle qu’il veut, aujourd’hui, réparer. 

Face à la ténacité des membres du collectif des victimes de Manassa Danioko lors des législatives passées soutenue par la pression du M5 et de la Cedeao, le président IBK semble se résigner, aujourd’hui, à voir la réalité en face. De façon assez claire, il a reconnu la faute grave commise par les neuf sages de la Cour constitutionnelle avec comme capitaine Manassa Danioko. Le contenu de sa proposition faite aux membres du collectif en dit long sur cette tardive posture du président de la République qui avait feint de ne rien voir au début de la crise électorale. En effet, en suppliant les candidats spoliés de leur victoire lors des législatives passées d’acceptant un poste dans le futur sénat, le président IBK reconnait qu’il y a une injustice qui leur a été causée par les juges constitutionnels.  Du coup, il vide le débat sur le bien fondé ou non de la revendication du collectif qui veut, coûte que coûte, que leurs victoires soient restituées.

La faute est reconnue, mais comment la réparer ? 

Visiblement toutes les propositions de sortie crise faites par la Cedeao et le M5 n’ont pas eu bons échos auprès du président de la République. Et IBK, considéré comme pris en otage lui-même par son fils et ses amis, n’est nullement dans la dynamique de dissoudre l’Assemblée nationale et d’organiser de nouvelles élections législatives à défaut d’organiser des élections partielles dans les circonscriptions électorales où les résultats des dernières législatives ont été contestés. La pression du filston et de son clan semble peser plus forte sur lui que celle de la Cedeao et du M5. Sa proposition de faire siéger les membres du collectif des victimes de Manassa dans le futur sénat démontre clairement cela. Et cela est d’autant plus clair que le président de la République veut que ce soit les innocents de la crise électorale qui se sacrifient à la place des coupables.  Pourquoi n’a-t-il proposé le sénat aux députés mal élus ? Pourquoi IBK a-t-il si peur de Moussa Timbiné dont on être le seul blocage à la dissolution de l’Assemblée nationale ?  

En tout cas, s’il reconnait enfin le bien fondé de la revendication du collectif des victimes de Manassa, le président de la République a aujourd’hui beaucoup de peines à juguler cette crise. Le collectif, refusant toute proposition autre que la place chèrement acquise par ses membres à l’Assemblée nationale.

Youssouf Z KEITA      

 



  • TAGS

You can share this post!