news-details
Politique

PROCUREUR GENERAL DE LA COUR SUPREME L’association des procureurs oppose le niet de Molotov !




C’est un très mauvais départ pour Kassoum Tapo au ministère en charge de la Justice. Le divorce est désormais consommé entre lui et l’association malienne des Procureurs et Poursuivants qui voit déjà dans sa gestion un complot visant uniquement à défendre les intérêts d’un gouvernement et d’un régime  mais aussi la fin de la lutte contre la mal gouvernance entamée par son prédécesseur au cours du mandat d’un président qui avait placé une année entière sous le signe de la lutte contre la corruption.   

Ces soupçons des procureurs et poursuivants du Mali sont fondés sur des faits solides et sur des arguments légitimes et qui crèvent les yeux. « L’association malienne des Procureurs et Poursuivants juge contraire tant au statut de la Magistrature qu’aux lignes directives et règles universelles sus évoquées : l’imposition d’un magistrat non méritant, voire un néophyte du ministère public à la tête du parquet de la Cour suprême, au mépris des observations pertinentes du Conseil supérieur de la Magistrature », dénonce l’association.  

Mieux, l’association malienne des Procureurs et Poursuivants croit aussi mordicus que cette nomination de Boya Dembelé est loin d’être anodine. Elle estime qu’elle a pour seules fins, qu’elle qualifie d’abjectes « d’organiser l’impunité des prédateurs de l’économie, convaincus de malversations financières et de détournement de derniers publics ».

Ainsi au vu de ce qu’elle appelle « cafouillage heurtant l’éthique et la morale n’ayant autre but que d’organiser le dysfonctionnement de la justice pour les besoins d’une cause manifestement illicite et d’une entreprise profondément immorale », l’association malienne des Procureurs et Poursuivants décide de suspendre toute collaboration avec lui et de son cabinet. Et cela jusqu’à nouvel ordre.

Par ailleurs, l’association présidée par Cheick Chérif Koné, met le ministre entrant de la Justice contre toute sorte de menace et le rappelle que nonobstant le pourvoi et le lien hiérarchique que les membres du Parquet de la Cour suprême, de par leur statut et leurs missions, n’ont pas d’instructions à prendre auprès du ministre de la Justice, d’avis à recevoir de lui, ou de compte à lui rendre.  « L’association malienne des Procureurs et Poursuivants désapprouve toute nomination à des postes de responsabilité dans le secteur de la justice fondée sur des considérations autres que celles tenant au mérite, à la compétence, à l’expérience et la qualité professionnelle », s’insurge l’association.

Youssouf Z KEITA  



  • TAGS

You can share this post!