news-details
Economie

POUR LE DEVELOPPEMENT DE L’ARTISANAT AU MALI Mali-Folkecenter Nyetaa et APCMM s’engagent




La cérémonie de signature de convention de partenariat entre Mali-Folkecenter Nyetaa et l’Assemblée Permanante des Chambres des Métiers du Mali, APCMM, s’est tenue lundi dernier, 10 août 2020. Cet évènement avait pour objectif de promouvoir la formation des artisans et des jeunes. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre d’un d’échange d’expériences entre les deux structures. Il vise également à promouvoir la recherche des mécanismes de financement pour la réalisation de projets et de programmes conjoints en faveur de la promotion et le développement intégré et durable de l’artisanat.

Cette initiative de l’ONG Mali-Folkecenter Nyetaa, vise à outiller l’Assemblée Permanente des Chambres des Métiers du Mali (APCMM). A travers cette convention de partenariat, Mali-Folkecenter Nyetaa va appuyer l’APCMM dans la mise en place d’un dispositif de financement pour la réalisation d’un institut des métiers. Elle prévoit également un centre d’épuration, des petites unités de transformation des produits agricoles, de petites installations d’énergies renouvelables, notamment le solaire. Ce, en milieu rural, pour le développement des métiers de l’artisanat.

Ibrahim Togola, président de l’ONG Mali-Folkecenter Nyetaa, a rappelé que Mali-Folkecenter est une ONG malienne, spécialisée dans les domaines des énergies renouvelables, changements climatiques et environnement. Elle est aussi spécialisée dans les questions d’emploi vert. Au cours de cette cérémonie, les responsables des deux structures ont précisé que, bien avant ladite signature de convention, Mali-Folkecenter Nyetaa collaborait avec l’APCMM à travers ses artisans dans certaines zones. Pour Ibrahim Togola, cette collaboration vise à transformer les potentialités du pays en opportunité afin de faciliter l’insertion des jeunes. « Il ne peut y avoir d’opportunités plus que les Métiers », a-t-il affirmé. « Nous sommes déjà dans la pratique, mais nous avons effectivement des insuffisances surtout la mise en place de nos artisans. Il s’agit de la formation des maîtres artisans et même l’amélioration des équipements », a déclaré Mamadou Menkoro Traoré, président de l’APCMM.

Pour les deux structures, cette initiative leur permettra de faciliter l’employabilité autour de nos potentialités, surtout à travers le monde digital et le monde de l’emploi vert, sur l’utilisation des énergies renouvelables. « Nous pensons qu’ensemble nous pouvons adapter les technologies, qui existent déjà, au contexte malien, surtout ce qui est la question de foresterie, la dégradation, la destruction des forêts », ont-elles souligné.

Aujourd’hui, il y a des lois forestières adoptées par le gouvernement qui permettent aux privés d’avoir des forêts. Cela pourrait permettre d’éviter la déforestation et il pourrait y avoir des forêts dédiées à l’artisanat. « Nous pensons faire des champs des bois d’œuvre comme le caïlcédrat, le linguet et le bois d’ébène. Ça sera une chaine de valeur avec les exploitants forestiers », a relaté Mamadou Menkoro Traoré, président de l’APCMM. « Nous avons beaucoup d’idées, grâce à ce partenariat nous allons pouvoir les réaliser. Nous avons la technologie et la connaissance, mais eux ils ont les moyens financiers. C’est la complémentarité dans un partenariat public-privé », a-t-il conclu.

Jacques COULIBALY

 



  • TAGS

You can share this post!