news-details
Santé

POST-COVID-19 EN AFRIQUE Plus de 78% des hôtels ont été fermés en Afrique Subsaharienne




Olivier Granet, PDG de Kasada Capital Management, plateforme d’investissement dédiée à l'Afrique, se prononce sur le secteur de l’hôtellerie en Afrique, après la Covid-19. Il indique que ledit secteur en Afrique connaîtra une profonde métamorphose.

La crise de Covid-19 a affecté les secteurs de l'hôtellerie et du tourisme en Afrique. Le manque de financements était déjà l'un des défis pour le secteur avant la crise sanitaire. De nos jours, avec la crise, les lignes de financement traditionnelles seront probablement plus difficiles à obtenir dans les prochains mois. Cette situation s’explique par le fait que les banques du continent tenteront de stabiliser et d'aider à la reprise dans de nombreux secteurs. « Selon les chiffres disponibles, 78% des hôtels ont été fermés en Afrique Subsaharienne. La réouverture de ces hôtels, avec la mise en place des protocoles sanitaires nécessaires, va être extrêmement difficile pour de nombreux propriétaires », a précisé Olivier Granet. Il a ajouté que les investisseurs privés ont leurs propres contraintes de trésorerie et nombre d'entre eux se sont mis en mode de collecte de fonds plutôt que de se concentrer sur le déploiement.

Les contraintes en matière de déplacement des personnes dureront probablement longtemps, tant au niveau national que transfrontalier. Pour le PDG de Kasada Capital Management, il est vital d'avoir une approche coordonnée car la Covid-19 change la façon dont les gens se déplacent et vivent le voyage. « Il faut une uniformisation des règles de l'enregistrement à l'aéroport avec la possibilité d'imposer des tests et l'utilisation de masques faciaux aux normes de sécurité et d'hygiène imposées dans les hôtels », a-t-il suggéré. Cette crise a démontré l’impact du tourisme sur le secteur économique à savoir sur le PIB et les emplois. Dans de nombreuses capitales africaines, les hôtels sont des lieux qui permettent de se retrouver, d'échanger, d'organiser des événements culturels. « Il est indispensable d'aider ce secteur à rebondir pour sauver les emplois correspondants et contribuer à la vie économique et sociale des villes africaines », a-t-il précisé.

Pour la réussite d’une reprise dudit secteur, les gouvernements africains doivent se mettre à travailler avec les grandes institutions de financement du développement. Cela pourrait stimuler le secteur. En outres, les Etats africains doivent également adopter une nouvelle façon d’analyser ladite situation en optant pour une collaboration bien encrée entre gouvernements, banques africaines et secteur privé. « Il faut que tous les spécialistes du secteur se réunissent pour trouver des solutions collectives sur l'ensemble de la chaîne de valeur, actifs physiques, infrastructures, éducation, etc. », a-t-il indiqué, tout en concluant qu’il ne fait aucun doute que le secteur de l'hôtellerie en Afrique se relèvera, mais ressortira de cette crise très différent de ce qu'il était en mars 2020.

Jacques COULIBALY

 



  • TAGS

You can share this post!