news-details
Société

ONG AVPIP Plaidoyer pour l’interdiction de la vente de produits de Talc au Mali J&J




En conférence de presse au siège de la dite organisation non gouvernementale, la présidente de l’ONG AVPIP ( apui pour la valorisation et la promotion des initiatives privées), Mme Sissoko Goundo Kouyaté, a plaidé jeudi 26 novembre  pour l’interdiction de la vente de produits cosmétiques à base de Talc au Mali.

« Le Mali  devrait aller dans le même  sens également avec l’effort conjugué de nous tous », a-t-elle déclaré.

Mme Sissoko Goundo Kouyaté, s’exprimait ainsi à l’occasion de la conférence de presse, organisée par l’ONG AVPIP et axé sur le retrait de la vente de produits cosmétiques à base de Talc au Mali j&j.

Selon elle, cette  campagne  internationale  est encore une fois l’occasion d’interpeller tous les acteurs engagés à s’investir pour une élimination rapide de ce poison pour le bien des populations maliennes.

« Il y’ a quelques semaines, IPEN (réseau international d’élimination des polluants) ,  un réseau mondial qui travaille pour un monde plus sain où les personnes et l'environnement ne sont plus lésés par la production, l'utilisation et l'élimination de produits chimiques toxiques,  lance la campagne internationale de plaidoyer pour l’interdiction de la gamme de produits cosmétiques Johnson notamment les poudres Johnson Talc pour préserver la population des effets cancérigènes qu’ils seraient à l’origine », renseigne-t-elle.

Elle a appris à la presse que le 19 mai 2020 la société pharmaceutique et de produits d'hygiène Johnson & Johnson  a annoncé qu'il mettrait fin à la vente de sa poudre de talc pour bébé aux États-Unis et au Canada, après que des milliers de femmes ayant utilisé le produit aient développé un cancer de l'ovaire et intenté des poursuites contre la société. En mars 2020, J&J avait 19 400 réclamations en cours liées à la poudre de talc. « Cependant, J&J a annoncé qu'elle continuerait à vendre le produit dans d'autres pays, malgré les préoccupations en matière de sécurité soulevées aux États-Unis et au Canada »n avance la conférencière.

« L'amiante se trouve à proximité des dépôts de talc sous terre et le contamine lorsque le talc est extrait. Le centre international de recherche sur le cancer de l’organisation mondiale de la santé classe le talc contenant de l’amiante comme «cancérogène pour l’homme». De plus, le talc lui-même peut nuire aux nourrissons s'il est inhalé. Les produits à base d'amidon de maïs ou de farine de riz sont des alternatives techniquement réalisables et disponibles aux produits à base de talc. J&J a fait face à un grand nombre de poursuites judiciaires qui accusent l'entreprise de cacher les risques de cancer dans ses produits à base de talc et, «des jurys à travers les États-Unis ont frappé l'entreprise avec des milliards de dollars de dommages réels et punitifs pour la manipulation du produit.»  soutient-elle.

Des documents internes de l'entreprise à l’appuis  montrent que J&J était au courant de la contamination par l'amiante dans sa poudre de talc depuis des décennies, mais a continué à vendre le produit dans le monde entier. J&J a également développé une stratégie pour saper les preuves scientifiques montrant que les mineurs de talc présentaient des taux élevés de maladies pulmonaires et de cancer.

La presse a également appris que le 23 juin 2020, une cour d'appel américaine a confirmé un jugement de 2,1 milliards de dollars contre J&J pour poudre de talc causant le cancer de l'ovaire chez 22 femmes - dont la moitié était déjà décédée. La Cour a statué que J&J et une société affiliée avaient dissimulé pendant des décennies que les produits à base de talc contenaient de l'amiante et «travaillaient sans relâche» pour s'assurer que les protocoles de test ne détecteraient pas l'amiante dans tous les échantillons de talc et ont publié des articles minimisant les risques pour la sécurité du talc. La Cour a déclaré que «les plaignants ont prouvé avec une clarté convaincante que les accusés [J&J] se sont livrés à un comportement scandaleux en raison d’un mauvais mobile ou d’une indifférence téméraire» et que «la conduite des accusés était très répréhensible.»

J&J a également été la cible d'une enquête criminelle fédérale américaine sur la sécurité de ses produits à base de talc, notamment: «… une enquête menée par 41 États sur ses ventes de poudre pour bébé, qu'elle a révélées en avril, et une enquête sur les risques sanitaires de l'amiante dans le talc. -contenant des produits de consommation par un sous-comité du Congrès.

« Le nombre d'entreprises abandonnant des produits cosmétiques à base de talc a augmenté. En juin 2020, Reuters a rapporté que Chanel, Revlon et L'Oréal s'éloignaient des produits. Tous les produits cosmétiques à base de talc doivent être retirés de la vente pour les raisons suivantes: L'amiante se trouve à proximité des dépôts de talc sous terre et le contamine lorsque le talc est extrait. »

 Le Centre international de recherche sur le cancer de l’organisation mondiale de la santé classe le talc contenant de l’amiante comme «cancérogène pour l’homme».

« L'utilisation cosmétique de talc peut provoquer un mésothéliome. Il n'y a pas de niveau sûr d'exposition à l'amiante. L’amiante était lié au cancer de l’ovaire en 1958. • Le talc peut nuire aux nourrissons s'il est inhalé. L'utilisation du talc dans les produits cosmétiques est interdite dans l'Union européenne. », renseigne-t-elle.

A l’en croire, les produits à base d'amidon de maïs ou de farine de riz sont des alternatives aux produits à base de talc techniquement réalisables et disponibles. D'autres fabricants de poudre de talc ont remplacé le talc par de l'amidon de maïs.

L’interdiction des produits à base de talc est pertinente pour l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) notamment les objectifs spécifiques :

ODD3.9: «réduire considérablement le nombre de décès et de maladies dus aux produits chimiques dangereux et à la pollution et à la contamination de l'air, de l'eau et du sol.»

Les Cible de cette campagne sont : les  ONG et autres organisations  d'intérêt public, les ministères concernés,  les  journalistes, les entreprises fabriquant ou vendant des produits, et public.

En effet, de nombreuses politiques au niveau mondial vont dans le sens de bannir les produits à base de talc notamment les produits Johnson &Johson  pour protéger la santé les enfants et les femmes, les couches les plus vulnérables de notre population.

Enfin, avec elle on a appris qu’au Congo, l’association environnement développement  a déjà réussi à faire suspendre l’importation des produits Johnson après seulement  trois semaines après le lancement de cette campagne.

Boubacar Diakité Sarr

                                                   

 



  • TAGS

You can share this post!