news-details
Société

OFFICE CENTRAL DES STUPÉFIANTS Plus de 10 tonnes de produits incinérés !




L’Office Central des Stupéfiants, sous la houlette du Substitut du Procureur près du TGI de la Commune VI du district de Bamako, a procédé à l’incinération des produits stupéfiants et psychotropes saisis par ses unités et ceux de la Police, de la Gendarmerie et de la Minusma. Partis en fumée, des tonnes de cannabis, de la cocaïne, des produits pharmaceutiques, des quantités importantes de cigarettes, de l’alcool frelaté…

Prouver à la population que la lutte contre le trafic des stupéfiants est un phénomène banni sur toute l’étendue territoire national. C'est la motivation de l’Office Central de Lutte contre des produits Stupéfiants. Requinqués par le leadership de leur Directeur, le Colonel Adama Tounkara, les agents multiplient les descentes dans les repaires des trafiquants et des revendeurs non agréés. Dans la commune de Dio, cercle de Kati, d'énormes quantités de produits stupéfiants saisis sur le sol malien, ont été détruits. Sous la direction du Parquet spécialisé en matière de lutte contre le terrorisme, le trafic illicite des drogues et la criminalité organisée, les faits se sont déroulés, mercredi 18 novembre 2020, en présence des représentants de la Police, de la Gendarmerie, des services de la douane, du Maire de Dio-gare et des membres de la société civile.

Les produits étaient composés de 6 tonnes de cannabis d’une valeur de plus 400 millions FCFA, de 5 tonnes de produits pharmaceutiques d'une valeur de 1,275 milliard de FCFA. Il y avait aussi 106 doses de crack, 81 doses d'Off, plus de 5 000 comprimés de Tramadol et des quantités importantes de cigarettes et d'alcool avariés (white Bills, Whisky, Éperon et cannettes de bière). Parmi les produits trafiqués, on pouvait aussi compter des boissons alcoolisées et des sachets d'emballage de drogue saisis par la Minusma à Tessalit dans la région de Kidal.

En effet, le Directeur de l'Office Central des Stupéfiants, Col AdamaTounkara a précisé que ces saisies étaient le résultat des efforts combinés de plusieurs structures. De son aveu, excepté le trafic dans la région de Kidal, toutes les autres caches de produits ont été démantelées dans la portion centrale du Mali. « On a fait une intervention au marché de Dabanani la semaine dernière. C'est de là que proviennent l’essentiel des produits pharmaceutiques » a-t-il confié.

 

Au regard

Dans cette dynamique, il s’agit de renforcer les capacités de ces structures et puis solliciter la collaboration de la population afin de freiner ce fléau car, précise une source, « Les quantités saisies ne représentent que la partie émergée de l'iceberg. .

Le Substitut du Procureur de la commune VI, Ibrahim A. Sissoko, a profité de cette opération pour rappeler, conformément à l'autorisation No2367/C/P-R-CVI du 16 novembre 2020, les sanctions prévues contre le transport, le commerce, la consommation et la possession illicites de ces produits. « Nous saisissons les individus, à travers le procès verbal, lorsque ceux-ci sont interpellés en la matière pour une audition de la cause. La justice est intraitable sur la question de la lutte contre les stupéfiants. Mais, il nous faut une synergie d'actions.» a-t-il souligné, avant de confesser que ce fléau était en train de prendre une dimension inquiétante.

Par ailleurs, le président des Organisations de la Société civile, Mamadou Yattassaye a félicité l'Office Central des Stupéfiants pour le travail abattu dans la lutte contre la drogue. Il a constaté que les trafiquants ont des liens connexes avec le terrorisme et la traite des personnes. « Incinérer les produits saisis est une manière de sensibiliser la population sur le danger nocif de ces produits » a-t-il dit.

A cette occasion, le président des OSC a indiqué qu’il faut dissocier des trafiquants des consommateurs des stupéfiants. « Il faut punir sévèrement les premiers et voir les seconds comme des personnes malades qui ont besoin de soins et d’accompagnement » a-t-il conclu.

Mamadou Sangaré



  • TAGS

You can share this post!