news-details
Politique

MOUVEMENT DE LA CONTESTATION Dr Oumar Mariko s’adresse au président du HCI




Les membres du M5-RFP étaient en conférence de presse mardi dernier au siège de la CMAS pour faire le point de la situation suite à la manifestation du vendredi 10 juillet et les affrontements qui ont suivi. A l’issue de cette rencontre, Dr Oumar Mariko a invité le président du Haut Conseil Islamique du Mali à abandonner le Chef de l’Etat.

Au cours des débats, les leaders du mouvement de la contestation ont dénoncé les scènes de tueries à Badalabougou. En répondant aux questions des journalistes, l’ex député de Kolondiéba, Dr Oumar Mariko n’est pas allé avec le dos de la cuillère, en demandant au président du HCI, Chérif Ousmane Madani Haïdara, d’abandonner le Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita, en tant que premier responsable de cette institution. Estimant qu’il doit quitter son poste, Dr Mariko a demandé à Chérif Ousmane Madani Haidara, un grand supporteur d’IBK, de le laisser tomber pour le bien-être des Maliens. A cet égard, il a interpelé le Chérif de Bankoni à se rallier à la cause commune qui est le départ d’IBK et son régime. « Allez-y dire à mon grand frère, chérif Madani Haïdara, de ne plus soutenir IBK. Allez lui dire de ma part de laisser tomber IBK. Nous sommes là pour sauver notre pays et non pour faire la guerre entre les religieux », a-t-il précisé.

Par la même occasion, Me Mohamed Ali Bathily, au cours son intervention, a souligné que la lutte se poursuit à travers les actes de la désobéissance civile qui est consignée dans l’article 121 de la Constitution. Il a rappelé que le droit le plus fort au Mali est la souveraineté du peuple qui se traduit par la légitimité de ce que le peuple fait. Donc c’est la légitimité qui permet au peuple d’autoriser l’existence de la légalité, à travers l’organisation du pouvoir.

En ce qui concerne le camp de la majorité, plusieurs partis politiques sont sortis de leur silence pour condamner l’utilisation disproportionnée de la force et des tirs à balles réelles par la FORSAT, ayant occasionné plusieurs victimes et blessés. Une situation tragique qui a suscité le départ de certains partis de la majorité présidentielle notamment l’ADP-Maliba, la CODEM, entre autres qui, en toute franchise, ont déposé leur démission de la majorité.

Mamadou Sangaré



  • TAGS

You can share this post!