news-details
Politique

MISSION D'EVALUATION La Cédéao prône l’inclusivité dans la gestion de la transition




A la fin de ses deux jours de visites au Mali au cours desquels elle a rencontré les principaux acteurs de la Transition, la classe politique et d’autres acteurs du processus électoral, la mission d’évaluation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a animé le mardi 12 janvier une conférence de presse. La délégation de la Cédéao a salué l’installation de tous les organes de la transition et a demandé plus d’inclusivité dans la gestion transition afin que les élections générales transparentes soient réalisées à la fin des 18 mois accordés aux institutions de la Transition.

Il ne reste plus que 14 mois pour l’organisation des élections générales, mais la machine de la transition malienne de 18 mois reste toujours grippée. Les reformes sont énormes, le temps presse et les Maliens peinent à s’entendre sur bon nombre de questions.  Tenter de diligenter les choses afin que le délai accordé par les autorités transitoire soit respecté était l’un des objectifs de la mission d’évaluation de la Cédéao au Mali. « Nous avons insisté sur la nécessité d’avoir rapidement la feuille de route, le plan d’action qui détermine toutes les activités qui doivent être menées et qui vont aboutir à des élections à la fin de cette période », a expliqué Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cédéao et membre de la délégation.

Pour atteindre cet objectif, la mission de l’institution sous-régionale a fait le médiateur entre les forces vives maliennes en les invitant à plus de dialogue. « Cela va permettre d’avoir un processus qui renforce le caractère inclusif de la mise en œuvre de la transition. C’est cela qui va garantir la paix et la stabilité dans le pays », a enchainé Jean-Claude Kassi Brou de la Cédéao.

L’actualité oblige. Au cours de ses échanges avec les autorités de la transition, la mission de la Cédéao s’est aussi renseignée sur la question de la tentative de déstabilisation de la transition qui défraie actuellement la chronique.  « Tout processus doit évidemment suivre les dispositions légales en vigueur au Mali et les conventions internationales. Que les personnes qui ne sont pas reconnues coupables puissent être libérées rapidement. Là également nous avons reçu des assurances», a dit le conférencier.

Lors d’un sommet prévu avant la fin de ce mois, la mission rendra compte de son séjour et des recommandations aux chefs d’Etats de la Cédéao.

Youssouf Z Kéita

 



  • TAGS

You can share this post!