news-details
Economie

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Une plainte au pôle économique contre Maître Madina Deme Coulibaly et Ismaïla Haïdara




Loin de tomber dans les oubliettes, l’affaire de Pascal Kipré, de nationalité française, contre Ismaïla Haïdara et maître Madina Deme Coulibaly, notaire, est sur la table du pôle économique. En ce moment, un juge a déposé une plainte sur des faits très graves de faux, usages de faux, et de déposassions frauduleuses.

Le contentieux entre la société WAIC et l’administrateur de société cité Somapim concerne des titres fonciers  sur le programme de la mangueraie à Sébénikoro.

Suite aux référés no 134/19 du 22 juillet 2019, le Tribunal de Céans ordonnait à la société WAIC-SA, la remise des copies légalisées des titres fonciers 2470 et 2471, sis à Sébénikoro, à Monsieur Pascal Kipret à compter de la date de la décision. A cela s’ajoute la démission de l’expert comptable.

Il ressort donc d’un document que nous avons obtenu, la liquidation de la société WAIC par jugement  no 773/JGT du 23 décembre 2015, par le tribunal de Commerce de Bamako. On note aussi la démission de l’expert comptable désigné par le Syndic pour conduire la procédure.

Les juge en référés, en statuant publiquement contradictoirement en matière commercial et en référé, ont ordonné : la liquidation provisoire d’astreinte de 34 jours fois 250.000 FCFA soit la somme totale de 8.500.000 FCFA ; condamne la société  West African Investment Company (WAIC-SA)  à payer à Monsieur Pascal Kipret la somme totale de 8.500.000FCFA ; ordonne également l’exécution provisoire du jugement sur minute.

Il s’agissait, à travers cette affaire, au moment ou le Mali vit le pire et sans gouvernement, d’attirer l’attention des plus hautes autorités du pays, de l’opinion nationale et internationale sur la situation actuelle. Occasion de dénoncer l’instrumentalisation de la justice malienne dans l’affaire opposant Pascal Kipret de nationalité française à maître Madina Deme Coulibaly et Ismaïla Haidara dirigeant de la débitrice (WAIC) de l’ex BHM-SA dont le capital était majoritairement détenu par l’Etat du Mali.

Ces éléments très accablants, en notre possession, attestent qu’après l’affaire Diawara et WAIC, dans le cadre du scandale de l’ex BHM-SA, c’est au tour de maître Madina Deme Coulibaly de plonger dans les dérives d’Ismaïla Haïdara.

Dans cette affaire, toujours selon les documents, deux audiences sont attendues cette semaine et dès ce mercredi 22 juillet ; un top départ au Tribunal de la Commune IV,  ensuite le vendredi 27 juillet à la Cour d’appel de Bamako.

Que va-t-il réellement se passer lors des audiences ? Toute la question est là.

Contacté par nos soins, Ismaïla Haïdara, tout comme maître Madina, a réagi.

« Je vous enverrai des documents explicatifs. Pascal a profité d’une situation dans cette histoire, depuis 2007. Il a eu une promesse de vente avec la société WAIC-SA que je présidais. Une promesse de vente dont il souhaite user autrement. Nous sommes en référés pour expulsion contre lui au niveau de la Commune IV », a expliqué Ismaël Haïdara.

Selon maître Madina, « pour un dossier, il faut être en face et le temps actuel n’est pas favorable pour se rendre au bureau. Aussi je ne souhaite pas répondre au téléphone ».

Pour rappel, West African Investment Company (WAIC-SA), une société de droit malien créée en juin 2001 et à capitaux majoritairement détenus par des Maliens et dirigée par Ismaïla Haïdara, a, en 2001, approché la Banque de l’habitat du Mali (BHM) pour la viabilisation des titres fonciers n°1665, 1666 et 1704 acquis par Ifa-Baco sur financement de la BHM.

A suivre donc

Sarr



  • TAGS

You can share this post!