news-details
Société

L’HIVERNAGE A BAMAKO Un casse-tête pour la population




Chaque année, pendant l’hivernage la population de la capitale est touchée par une série d’inondation souvent avec des pertes en vies humaines. L’hivernage constitue un calvaire pour les Bamakois. Certains citoyens s’expriment sur le sujet.

 

Makan Djiré Elève à Kalaban : je ne peux pas dire grand-chose, mais les conditions d’assainissement sont déplorables. Il y a trop de moustiques, les rues sont sales, les eaux stagnent un peu partout dans les rues. Dans nos centres de santé, il n’y a pas assez de places pour recevoir et soigner les malades dans de bonnes conditions.

 

Lassine Berthé Elève à Sogoninko : Du point de vue santé, avec l’arrivée de l’hivernage, les maladies se multiplies et font des victimes un peu partout dans la ville. Les mesures à prendre indiquées par les experts sont très importantes pour le bien-être de la population. Il faut savoir que c’est le non-respect des mesures que les autorités sanitaires fixent qui conduit la propagation de ces maladies qui sont, entre-autres : le choléra, le paludisme et la diarrhée.

 

Nouhoum Dicko, Vendeur ambulant : Je pense que pendant l'hivernage, à Bamako, est très inquiétant car les moustiques se multiplient et provoquent une maladie appelée le paludisme. Pour éviter cette maladie, on invite les femmes enceintes et les femmes qui ont des enfants ayant moins de deux ans à dormir sous une moustiquaire pour se protéger contre cette maladie. Pendant cette période, des maladies comme le paludisme la malaria la tuberculose se multiplient et font beaucoup de victimes.

 

Boubacar Doumbia, Etudiant : En ce début d’hivernage, la vie en ville devient de plus en plus difficile. Malgré qu’il n’y ait pas beaucoup d’arbres, il y a trop de moustiques et cela est dû principalement aux attitudes des gens, car quand il pleut, les gens sortent avec leurs déchets et les déversent dans la rue. Ce qui provoque le bouchage des caniveaux et amène les maladies comme le paludisme, le choléra et les maladies provoqués par la pollution. Pour y remédier il faut prendre soin de nos déchets et dormir sous des moustiquaires.

 

Ibrahim Keita Coiffeur : je pense que pendant l’hivernage les efforts fournis sont doublés, en ce qui concerne la santé et l’assainissement dans nos communes. Les élus communaux commencent à mettre des systèmes d’assainissement en place pour garantir une vie saine dans nos communautés. On constate maintenant à Bamako que les gens débouchent les caniveaux un peu partout et que les élus communaux font tout pour assainir Bamako car ils ont pour mission de le faire. Du point de vue santé, je pense que ces actions permettent de lutter contre les maladies comme le paludisme, le choléra, et d’autres maladies liées à l’hivernage. 

Propos recueillis par

Massalou Diallo Diouf

Stagiaire



  • TAGS

You can share this post!