news-details
Culture

KOULIKORO AG’NA, le rendez-vous du cinéma, de la musique et de l’art




Le samedi 13 février 2021, la conférence de presse pour le lancement du festival international AG’NA  ( Ciné à dos+Festival au désert), a eu lieu au siège de Walaha sis Magnambougou Faso-Kanu en présence notamment  du directeur festival Ciné à dos/AG’NA, Fousseyni Diakité, du président directeur général du festival au désert, Many Ansar, du représentant de l’Union nationale des cinéastes du Mali, Boubacar Gakou, et Boutout Sall de l’organisation  du festival Ciné à Dos. Fort de la réussite de la première édition, AG’NA a su s’imposer comme le rendez-vous annuel De l’ art tout court. L’édition de cette année se tiendra du 25 au 28 février 2021 à Koulikoro avec comme invitée spéciale la Caravane Culturelle pour la paix.

Le festival  de cinéma, Ciné  à Dos, d’Arts numériques et de technologies mobiles, s’est associé en 2020 au festival au désert pour créer un nouvel événement dénommé AG’NA qui fera sa 2è édition cette année à Koulikoro.

Ce festival est, avec l’Université de Vacances, l’un des symboles de l'identité multiculturelle et transfrontalière. Ils sont deux outils performants développés par le groupe Walaha pour ainsi contribuer à cette nouvelle économie numérique et cette révolution technologique dans notre pays.

« L’objectif principal de AG’NA et Ciné à Dos est de contribuer à l’économie créative au Mali à travers les arts numériques », annonce Fousseyni Diakité.

Selon Many Ansar  pour  cette édition, le site du festival change et cette année pas de traversé sur l’autre rive du fleuve. « Chaque endroit à ses avantages et ses inconvénients. Cette année on a mouillé le maillot avec le plateau proposé. Tenez sept pays invités, 60 projections, 90 workshop et plus de 8 millions d’audience », avance le PDG et de rappeler que le festival au désert créé en janvier 2020, est une manifestation culturelle musicale qui se déroulait chaque année à Essakane.

« Le festival garde son caractère itinérant à travers son volet accélérateur  numérique qui est une entité qui se déplace sur les événements culturels, artistiques et médiatiques  au Mali et dans la sous-région », confie le PDG du festival au Désert.

Boutout Sall annonce  plus de 6000 festivaliers autour des projections de films, des concerts, des ateliers de formation. « Cette année l’objectif c’est plus de 100.000 festivaliers physiques et virtuels avec son nouveau format hybride. Notre premier public étant les jeunes, nous avons vite compris qu’il faut rallier les nouvelles technologies à cette quête de mise en place d’actions de développement », a dit Boutout Sall et de préciser que dans ce sens que la devise de la structure s’intitule : « faire en sorte que le futur ait un avenir »

Boubacar Gakou a évoqué  les projections de grands films et des films d’amateurs qui seront projetés.

Pour respecter les mesures barrières, le festival propose des Box et d’autres précautions.

En clair, AG’NA est un festival  (en plus de ses impactes),  pour réunir le nord et le sud de notre pays. La culture comme vecteur de cohésion sociale. C’est le défi que s’est lancé le Meguetan, en organisant le festival Ag’na. La volonté des organisateurs n’est ni plus ni moins que de réunir le nord et le sud du pays autour du cinéma, de la musique et de l'art.

Ces projections gratuites sur les plages baptisées pour la circonstance en plus des actions de sauvegarde du fleuve de Koulikoro, du développement du tourisme, des concerts et spectacles vivants et audiovisuels ( en concerts, danse et contes), font la particularité de ce festival qui se veut accessible à tous et ambitionne de faire vivre la magie du cinéma, de l’art et de la musique au grand public.

AG’NA selon les conférenciers est aussi un festival d’échanges entre producteurs, acteurs, cinéastes et réalisateurs et une plateforme de rencontres riches et enrichissantes.

Sarr



  • TAGS

You can share this post!