news-details
Culture

INSTITUT DES SCIENCES HUMAINES À la recherche de la qualité dans les formations arabophone et bilingue




L'Institut des Sciences Humaines a organisé du 9 au 10 décembre 2020 un atelier sur la langue arabe et les établissements islamiques dans l'enseignement supérieur au Mali. C'était en partenariat avec l'Institut de Recherche pour le Développement-IRD-, l'Ambassade de France au Mali, et l'Institut des Mondes Africains qui ont, tous trois, assuré le financement de l’activité. L'objectif de cet atelier de deux jours était de faire le point sur les recherches menées depuis plusieurs années par Dr. Tal Tamari, Directeur de Recherche à l'IRD, responsable du projet.

A cette occasion, quatre (4) panels ont été mis en place dans la journée du 09 décembre. Le 1er  a planché sur l'histoire liée à la langue arabe et les défis à relever sur cette langue. Le  2ème panel a travaillé sur la qualité et l'efficacité de l'enseignement supérieur au Mali. Le 3 ème  a porté  sur les programmes et cursus du secteur privé. Le 4ème s’est appesanti sur les manuscrits. Dans la journée du 10 décembre, une table ronde dédiée à la langue arabe et à la production scientifique et littéraire contemporaine a clos les travaux.

Durant ces deux jours d'atelier, les panelistes ont pu évaluer les développements enregistrés ces dernières années dans l'enseignement supérieur arabophone et bilingue. Ils ont aussi fait le diagnostic des principaux défis auxquels le système est confronté, en l'occurrence, le recrutement des enseignants dans les établissements universitaires, l’adaptation des curricula de formation aux exigences du marché du travail, et l'insertion des diplômés dans la vie active.

Dr. Baba Coulibaly, directeur général de l'Institut des sciences humaines, estime qu'il faut chercher à résoudre le défi de la massification des étudiants et dégager des pistes de solutions aux problèmes rencontrés dans les différents secteurs de l'enseignement. Pour lui, l'importance de la langue arabe n'est plus à démontrer  car, argumente-t-il, « On sait que l'évolution de cette de langue est positive. La langue arabe s’est intégrée à notre façon de vivre. Il faut donc voir dans quelle mesure on peut mieux s'en servir. »

 

Seydou FANÉ



  • TAGS

You can share this post!