news-details
Société

Fête de Tabaski Les tailleurs déplorent la rareté des clients !




La fête de l’Aïd El Adha (Tabaski) sera célébrée ce vendredi 31 août comme dans les autres pays du monde. Fortement sollicité par les clients à cette occasion, les tailleurs déplorent la rareté des clients. Ils estiment que cette situation est l’une des multiples conséquences de la maladie à coronavirus sur notre territoire.

A l’approche des fêtes, les tailleurs sont les plus prisés par les hommes ainsi que par   femmes pour  leurs confectionner  des tenues à cette occasion. Beaucoup de tailleurs sont obligés de travailler le jour comme la nuit pour répondre à la forte demande. Cette année est particulière par rapport aux précédentes, pour cause de la covid19, une maladie qui a affecté l’économie de plusieurs pays particulièrement celle du Mali. Approchés par nos soins, certains tailleurs déplorent la rareté des clients.

Selon Abdramane Touré, responsable d’un atelier de couture situé à Kalaban-Coura, les  clients ne se bousculent pas : «l’année passée,  déjà à moins de 15 jours de la fête mon atelier refusait du monde. Je refusais de prendre les habits des clients au risque de ne pas respecter mon engagement. Cette année J’ai reçu peu de pagnes à confectionner et j’espère que d’ici le jour- j j’aurai d’autres marchés », a-t-il confié.

Dans le même sens, Fatim Couliibaly, dira que cette situation résulte de la crise sanitaire liée à la maladie à Coronavirus, « la situation n’est pas du tout facile, la covid19 a paralysé tous les secteurs, c’est pourquoi, nous recevons peu de clients. Rien ne marche actuellement, tout le monde se plaint. D’habitude, à l’approche de la fête mon atelier refusait du monde. On passait des nuits blanches à coudre, mais actuellement à cause du manque de marché nous sommes obligés de rentrer tôt à la maison », a-t-elle déclaré.

«A cause de cette pandémie, les clients trainent les pieds parce qu’en cette période, une bonne partie de la clientèle est surtout préoccupée par l’achat de mouton à sacrifier pour la fête  », a-t-elle ajouté.

Les tailleurs ne sont pas les seuls à faire les frais de la maladie à Coronavirus, elle a aussi des répercussions sur tous les autres secteurs d’activité.

Maffenin Diarra.

 



  • TAGS

You can share this post!