news-details
Culture

DOSSIER EDUCATION EDUCATION SCOLAIRE AU MALI Un défi à relever !




L’éducation malienne d'aujourd'hui devient de plus en plus une véritable inquiétude pour les élèves et parents d’élèves. Une situation controversée pour certains en raison de l’effritement du niveau des enfants de ce pays. Ils invitent les Maliens à faire face à ce mal qui ronge notre éducation

Dans ces dernières années, l’école malienne est confrontée à de nombreuses difficultés. Or, le Mali était un pays de référence en matière d’éducation dans la sous-région. En 2000, le Mali a élaboré le programme décennal de développement de l'éducation. Il a pour but de garantir à tous les enfants maliens, une éducation de base de qualité d'ici 2020. Aujourd’hui, le constat est amer. La réussite du système scolaire n'est pas garantie par faute des grèves illimitées. Dans le contexte actuel, selon Ezéchiel Mallé, pédagogue, il est difficile de parler d’une bonne éducation au Mali tant la situation scolaire a été perturbée par les grèves incessantes et la pandémie de la COVID-19. Les multiples remous sociaux dûs à la grogne populaire ont également contribués à faire de l’année scolaire un fiasco complet. Il a ajouté que, dernièrement, les accords ont été trouvés visant à sauver ce qui peut l’être.

Au niveau de l’administration scolaire, le système de contrôle des enseignants ne se fait plus dans les règles de l’art à savoir au fondamental et au secondaire. Les inspecteurs ne doivent pas faire 3 à 4 mois sans passer dans les établissements qui sont sous leurs supervisions. Ce qui est pratiquement inexistant, même s’il existe, il est insuffisant. « L’objectif de la supervision est de savoir si les enseignants travaillent normalement, si les programmes sont correctement dispensés » a précisé Issa Traoré. Tout en ajoutant qu’aujourd’hui, les directeurs des Centres d’Animation Pédagogiques (DCAP) sont pratiquement absents dans les écoles. Pour lui, ils se contentent des rapports qu’on leur fournit.

Dans ladite situation, la qualité de la formation des enseignants jouent un rôle incontournable.  Certains pédagogues relatent que la formation dispensée aux enseignants est incomplète au niveau de la formation initiale. Pour eux, il y’a beaucoup d’incohérence entre la formation initiale dispensée dans les écoles de formation et la réalité des enseignements dispensés dans les classes. En plus de cela, il y a aussi l’insuffisance du personnel enseignant formé dans les instituts de formation. Ce qui amplifie la situation. Surtout, de nos jours, le secteur privé représente une partie importante du système éducatif malien. A côté de cela, il y a aussi la question de la formation continue du personnel éducatif. Tout cela met l’enseignant dans une difficulté à dispenser convenablement leur programme. « La formation continue des enseignants manque de consistance et de régularité. Hors, l’enseignement est un domaine où il faut toujours être à jour. Quand on n’est pas à jour surtout par la formation continue, l’enseignant sera dépassé par les programmes éducatifs » a affirmé Issa Traoré, pédagogue.

Pour y remédier à ce fléau, les Maliens doivent s’unir au tour de l’école. En principe, les parents d’élèves doivent s’impliquer pour la réussite scolaire de leurs enfants. Ils doivent lutter contre la corruption et les fraudes lors des examens de fin d’année. L’une des pistes de solution serait de prendre en compte les aspects techniques, pédagogiques et sociaux aux fins d’y apporter des dénouements adéquates. « Il est impérieux de réfléchir ensemble à une solution permettant de circonscrire définitivement des grèves intempestives. Cette réflexion se fera sous la forme de forum regroupant tous les acteurs de l’éducation » a conclu Ezéchiel Mallé, pédagogue.

 



  • TAGS

You can share this post!