news-details
Politique

DEPART RECLAME DES MILITAIRES FRANÇAIS Le président du CNT recadre ses pairs




Dans un communiqué dont notre rédaction s'est procuré une copie, le président du CNT, Malick Diaw, invite ses pairs qui demandent le départ des militaires français à se focaliser sur la mission qui leur est assignée.

Ce communiqué du président du CNT intervient à quelques jours de la mobilisation anti-française organisée par le mouvement "Yèrèwolo debout sur les remparts" qui est chapeauté par Adama Ben Diarra. Ce dernier, dont les propos ont fait réagir Malick  Diaw, est membre du Conseil National de la Transition. Le rappel à l’ordre vise également Animata Fofana, autre membre du CNT et opposante à la présence des militaires français au Mali.

"Le président du Conseil National de la Transition a le regret de constater que, depuis quelques jours, des déclarations émanant de certains mouvement et regroupement au sein desquels militent quelques membres du CNT, tendent à décrier la présence militaire française au Mali", lit-on dans le communiqué.

"Notre pays aspire profondément à la paix et à la stabilité. Le président du CNT informe l'opinion nationale et internationale que lesdites déclarations n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs." Poursuit le communiqué. Le président du CNT a ainsi tenu à réaffirmer le soutien et la disponibilité de son Institution à l'endroit de tous les partenaires qui œuvrent aux côtés du Mali dans la lutte antiterroriste sous toutes ses formes.

"Le président du CNT invite l'ensemble des membres du CNT à se focaliser exclusivement sur la mission qui leur est dévolue dans le cadre de la transition en cours au Mali et d'observer strictement les dispositifs de l'article 92 du règlement intérieur interdisant d'user de leur titre pour d'autres motifs que pour l'exercice de leur mandat", indique encore le communiqué.

Cette mise en garde du président du CNT aura-t-elle pour effet d’émousser l’ardeur des membres de l’organe législatif qui sont très actifs contre la présence française au Mali ? Le ton tranchant de Malick Diaw pourra-t-il inciter ses pairs engagés dans l’organisation de la manifestation prévue pour le 20 janvier 2021 à infléchir leur décision ? Difficile pour l’heure de le prédire. Ce qui est sûr, c’est que cet épisode risque de marquer un début de fissure dans la cohésion jusque-là maintenue au sein du CNT.

Seydou FANÉ

 



  • TAGS

You can share this post!