news-details
Politique

CRISE MALIENNE Le Mali, ce patrimoine commun qui impose, enfin, la retenue !




Jamais, dans l’histoire de la démocratie malienne, une opposition, soit-elle aussi puissante, n’avait réussi à donner autant de frison à un régime démocratiquement élu comme cela est, actuellement, le cas. Les soupirs du Président IBK, depuis Koulouba, se sont répercutés sur tous les segments clés de la République, notamment au niveau des institutions. Le Premier ministre, Boubou Cissé, a assisté, de son vivant, à la brillante victoire des enseignants en se faisant coiffer au poteau par le président, acculé par la rue ; l’Assemblée nationale est entrée dans une phase de dénonciation contre certains de ses membres ; la Cour constitutionnelle se vide de ses membres ; le Président IBK est isolé et esseulé à la tête du pouvoir, sans aucun pouvoir, avec le ventre rempli de peur et d’angoisse. Le M5-RFP a vécu et s’est imposé comme le seul gardien du temple Mali. Ses actions impacteront à jamais l’avenir démocratique du Mali mais à condition de savoir poser la balle à terre à temps.

Plus rien ne sera comme avant au Mali. Même le Président IBK, peu réceptif à la souffrance des Maliens, ne sera plus comme il l’a été durant les sept ans qu’il a fait à la tête de l’Etat du Mali. Lui et son régime ont bien entendu le message du peuple, à travers le M5-RFP, qui promet désormais de veiller au grain et de ne plus laisser personne compromettre son avenir, y compris un Président démocratiquement élu.

Il a vu la détermination des manifestants, du 5 et 19 juin, qui étaient même prêts à ouvrir un affront contre le diable pour se libérer d’un régime qui a cessé de les faire rêver.

N’eût été la sagesse de l’imam Mahmoud Dicko, le Mali serait aujourd’hui tombé de Charybde en Scylla.

En plus de la difficile situation actuelle du Mali, le pays basculerait dans un vide constitutionnel et après un bain de sang. « Nous ne pouvons détruire notre pays comme ils l’ont fait. Je me dois de vous dire la vérité. Si vous êtes d’accord avec moi, je propose qu’une délégation soit constituée pour aller lui remettre la demande de démission. Je souhaite que la foule reste là pour les attendre», a dit l’imam devant une foule en colère et motivée, tels les soldats tchadiens dans le lac Tchad, à aller remettre au Président de la République la demande de démission à Koulouba.

C’est dire que le Mali, un patrimoine commun, a sauvé le Mali, ce jour du vendredi 19 juin 2020. Le pays a glissé au bord du grand puits du vide constitutionnel avant d’être secouru, à temps, parles mains solides de l’imam Dicko. Maintenant, il faut le ramener loin du puits du vide constitutionnel pour lui éviter prochainement un éventuel glissement entre les mains du puissant imam.

Pour ce faire, les membres du M5-RFP doivent se convaincre d’une chose, à savoir, qu’ils prennent d’énormes risques de perdre un jour le contrôle d’une foule de plus en plus tentée à aller déloger le Président IBK par les muscles. Toute chose qui serait contraire à l’idéologie de ses leaders qui bannissent toute option tendant à faire partir le Président IBK par la force. Il urge alors de remettre la balle à terre et d’emprunter la voie de la concession. Il faut éviter au Mali un autre chaos que celui dans lequel il est plongé actuellement car le maintien d’IBK à la tête est plus pénible à supporter aujourd’hui pour lui-même que son départ. Il ne serait plus qu’un Président démocratiquement élu mais diminué et assisté !

Youssouf Z KEITA



  • TAGS

You can share this post!