news-details
Politique

CONTESTATION POPULAIRE Une nouvelle sortie du M5 en gestation !




Les membres du mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) ont animé un point de presse, vendredi 14 novembre 2020. Il s’agissait pour eux, de clarifier la position du M5 sur les deux décrets portant sur la clé de répartition et les modalités de désignation des membres du conseil national de transition. Le M5-RFP rejette en bloc les deux décrets et invitent les maliens à la résistance.

Visiblement, le mouvement de contestation populaire qui a balayé le régime d’IBK ne veut pas lâcher prise. Ils sont prêts de nouveau à battre le pavé. L’information a été donnée au cours d’un point de presse. A l’entame du point presse, une minute de silence a été observée en la mémoire de l’ancien président Amadou Toumani Toumani.

Le ton de ce point de presse a été donné par Choguel Kokalla Maïga, qui n’est pas allé avec le dos de la cuillère. Dans son intervention, il a fustigé les autorités de la transition.  Pour lui, beaucoup de Maliens de l’intérieur et de l’extérieur, beaucoup d’amis du Mali observent le bateau de la transition, depuis quelques jours, depuis quelques semaines. Lequel bateau est visiblement en train de tanguer. Aussi, dira-t-il, le M5-RFP avait dit plusieurs fois que la transition est son enfant. « Et Donc, ce bateau qui tangue,  nous ne  le laisserons pas couler parce que nous avons une responsabilité historique dans le changement qui a été opéré le 18 aout 2020. C’est pour cela que nous avons tenu notre assemblée générale le 24 octobre 2020. Au cours de laquelle assemblée générale, la haute direction du M5-RFP a décliné sa vision de comment la transition doit être conduite. Qu’est-ce que nous n’accepterons pas ?  Et qu’est-ce que nous soutiendrons ? Aujourd’hui, il s’agit d’informer l’opinion nationale et internationale de la position du M5-RFP par rapport aux deux décrets qui ont été signés le 9 novembre et publiés dans le journal officiel le 10 novembre 2020.  Les deux décrets portent sur le Conseil national de transition et la clé de répartition de ces membres entre les différentes entités de notre pays. Nous avons déjà publié un communiqué officiellement », a-t-il indiqué.

La lecture du communiqué a été faite par Abdel Kader Maïga, membre du comité stratégique du M5-RFP. Selon lui, le M5-RFP a appris à travers les réseaux  sociaux avant d’en avoir la confirmation dans le journal officiel du 10 novembre 2020, l’adoption de ces deux décrets fixant respectivement les modalités de désignation des membres du Conseil national de transition et la clé de répartition du dit organe. C’est dire que le M5-RFP n’a pas été officiellement saisi de cette question vitale pour la bonne marche de la transition. A l’examen, les deux décrets sont purement et simplement inacceptable pour le peuple malien pour diverses raisons notamment :  les très nombreuses irrégularités,  aussi bien dans la forme que dans le fond dans des deux textes. Le M5-RFP profondément attaché à l’Etat de droit ne saurait cautionner aucune violation des textes fondamentaux en occurrence la Constitution et la Charte de la Transition. Le délai de 48 heures imparti aux candidats de déposer leurs dossiers procède d’une méconnaissance totale des réalités du Mali. Que feront en effet, les candidats dont les casiers judicaires doivent être délivrés dans des localités éloignées de Bamako ou situées en zone d’insécurité pour obtenir ce document. Sans lequel leurs dossiers forcement incomplètes seront rejetés. Ce cours délai procède, aussi d’une volonté de favoriser la fraude et le favoritisme politique.

Il appartient dès lors au peuple malien de se mettre débout, de dénoncer la restauration en cours, de se battre contre le maintien du régime de IBK et refuser la manipulation et la forfaire en cours.

En conséquence, le M5-RFP lance un appel à toutes les forces patriotiques, politiques et sociales pour se concerter, rentrer en résistance et faire face pour sauver la démocratie et la république afin de réaliser le changement pour lequel des millions de Maliens se sont battus et dont certains ont consenti le sacrifice suprême.

Le M5-RFP, qui refuse de servir de faire-valoir à un régime militaire déguisé, a unanimement décidé de ne pas participer au Conseil national de transition dans le format proposé. Par conséquent le M5-RFP dénie à quiconque d’y participer en son nom et met en garde les autorités de la transition contre toute manipulation visant à associer son nom à cette mascarade.

L’imam Oumarou Diarra a fait la traduction du contenu du communiqué en langue nationale Bamankan. Selon Mme Sy Kadidiatou Sow, l’objectif n’était pas seulement le départ d’IBK et de son régime, mais que les maliens aspirent à un changement profond. Et pour cela, rien ne saurait distraire les membres du mouvement du 5 rassemblement des forces politiques dans leur noble lutte pour l’instauration d’une bonne gouvernance.

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 



  • TAGS

You can share this post!