news-details
Santé

Consommation des médicaments de la rue Un réel problème de santé publique




Les médicaments de la rue nuisent gravement à la santé des populations.  En dépit des sensibilisations sur les dangers liés à la consommation de ces médicaments, certains citoyens continuent à s’approvisionner auprès des vendeurs ambulants de médicaments, au risque de leurs vies. 

Les marchés sont inondés par ces médicaments qui n’obéissent à aucune mesure en la matière. Depuis le début des années 1980, la vente des médicaments échappe au contrôle des pouvoirs publics. Des dispositions juridiques sont prises pour interdire la vente illicite des médicaments. Malgré tout, ces médicaments sont vendus au nez et à la barbe de tous sans que personne ne pipe mot.  La consommation des médicaments est un danger pour la santé mais aussi un réel manque de volonté politique d’assainir ce secteur qui fleurit comme du petit pain sur le marché. Les autorités politiques sont fortement interpellées pour endiguer ce fléau.

Aux dires de docteur Wazoun H Bayo, tout médicament, qu’il soit de la rue ou de la pharmacie, une fois ingéré en générale, son métabolisme est fait au niveau du foie. Donc le fait de ne pas prendre de bons médicaments peut engendrer des problèmes au niveau du foie. Ces problèmes peuvent aller d’une simple atteinte jusqu’à la défaillance totale de l’organisme et, généralement, les organes les plus sensibles à ces médicaments sont le foie, le cœur, les reins, les poumons. Et tous ces organes cités sont des organes vitaux ; notre vie est liée à ces organes, prévient-il. 

Certains pensent fondamentalement que c’est à cause de la faiblesse du panier de la ménagère qu’ils préfèrent acheter ces médicaments, surtout en l’absence de textes règlementaires

« Nous venons en aide à beaucoup de personnes en leur vendant ces médicaments parce que ce n’est pas tout le monde qui peut s’acheter des médicaments pharmaceutiques. Nos médicaments sont moins chers et efficaces pour atténuer la douleur du malade. Nous disposons des médicaments qui coutent 25 FCFA », a déclaré Fanta Coulibaly, vendeuse de médicaments traditionnels. Mieux, elle a dit que ce n’est pas eux qui fabriquent ces médicaments de contrefaçon. De passage, elle a appelé les autorités maliennes à interdire l’entrée de ces médicaments sur le marché.

Selon Aminata Traoré, bien vrai que les médecins déconseillent la prise de ces médicaments, ils sont efficaces.  « Je suis tout à fait d’accord avec le fait que les médicaments de la rue ne sont pas de bonne qualité mais, souvent, ils sont efficaces et très rapides. Je prends l’exemple sur ‘’NEGUESONI’ ’un médicament pour les douleurs articulaires mais aussi pour la fatigue qui est très efficace », a-t-elle dit.

Au-delà de leur consommation et des dangers y afférents, il y a un autre problème plus complexe. Il s’agit de l’insouciance ou encore un véritable lavage de cerveau de la plupart de la population qui s’explique très souvent par l’analphabétisme.

 

Aïssata Tindé



  • TAGS

You can share this post!