news-details
Politique

CONCERTATIONS NATIONALES SUR LA TRANSITION: UNE REUSSITE ! P.5 Les conclusions :




1. Un Président de la transition

2. Un Vice-président de la transition

3. Un Gouvernement de la transition de 25 membres (au plus) avec un Premier ministre

4. Un Conseil de la transition (organe législatif) composé de 121 membres

5. Durée de la transition : 18 mois

 

Un civil ou un militaire pour diriger la transition ?

Les rideaux de la concertation nationale sur la transition sont tombés, samedi 12 septembre 2020. La cérémonie de clôture était placée sous la présidence du Colonel Assimi Goïta, président du comité national pour le salut du peuple.

Environ 500 participants ont pris part à cette concertation nationale. L’objectif global de cette activité était de réunir toutes les forces vives de la nation pour convenir des modalités pratiques de la transition. Il s’agit, spécifiquement de définir les grands axes de la feuille de route de la transition, d’élaborer la charte de la transition à savoir les organes, les attributions, le mode de désignation et la durée. Durant trois jours de travail, les débats ont été parfois houleux et passionnés. Au terme des débats, des observations et des recommandations ont été formulées par les participants. Les participants ont convenu des recommandations suivantes : Sur le projet de feuille de route de la transition, 6 axes ont été retenus. Il s’agit du rétablissement et le renforcement de la défense et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, la promotion de la bonne gouvernance, la refondation d’un système éducatif, les réformes politiques et institutionnelles, l’adoption d’un pacte de stabilité social et l’organisation des élections générales. Sur la charte de la transition dans le préambule, il a été retenu de magnifier le rôle historique joué par le Comité national pour le salut du peuple et le Mouvement du 5 juinRassemblement des forces patriotiques. Les organes retenus sont : le président de la transition, chef de l’Etat, le vice-président, le gouvernement de transition composé de 25 ministres au plus et le Conseil national de transition qui est l’organe législatif de la transition. Ce conseil est composé de 121 membres répartis entre les forces de défense et de sécurité, les représentants du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques, les partis et regroupement politique, les organisations de la société civile, les centrales syndicales, les Maliens établis à l’extérieur, les mouvements signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, les mouvements de l’inclusivité, les groupements des femmes et des jeunes, les personnes vivant avec un handicap, les confessions religieuses, les autorités traditionnelles, les chambres consulaires, les faitières de la presse. Le président, le viceprésident ainsi que les membres du gouvernement de transition ne sont éligibles aux élections présidentielles et législatives qui seront organisées pendant la transition. La durée de la transition est fixée à 18 mois à compter de la date d’investiture du président de transition. Au finish, dans une démarche purement pédagogique, les grands axes ont été définis et validés. Une charte également pour la transition est élaborée et validée. Le maire de la Commune III, a invité les participants à accepter les résolutions de ces assises pour un Mali nouveau. Car, le Mali a besoin de tous ses fils et filles réconciliés. Selon elle, les maliens n’ont plus droit à l’erreur. Le satisfecit du président du cNSp Prenant la parole, le président du Comité national pour le salut du peuple, Assimi Goïta s’est dit satisfait de cette concertation nationale qui jette les bases d’un nouveau Mali. « En effet depuis l’avènement de la démocratie multipartiste, notre pays a connu des difficultés de divers ordres entravant le fonctionnement de l’Etat. A titre de rappel, les journées de concertation étant l’occasion pour les forces vives de la nation de discuter des préoccupations du moment et de l’avenir. Il s’agissait de diagnostiquer sans complaisance les maux qui minent notre société, notre fonctionnement démocratique ou encore notre mode de gouvernance afin d’adopter des mesures urgentes et nécessaires. Il s’agit, aussi de discuter et du format de la transition, de la charte de la transition, de la feuille de route de la transition. L’importance et l’ampleur des sujets débattus, le délai record imparti et le résultat atteint témoigne de votre professionnalisme et de votre engagement patriotique », a-t-il dit, tout en précisant que le Comité national pour le salut du peuple prend l’engagement à mettre en œuvre toutes les conclusions de la concertation nationale |IBRAhIM SANOGO DIT OLIVER



  • TAGS

You can share this post!