news-details
Société

COMPAGNIE DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE Une unité au service des usagers de la route




La Compagnie de la Circulation Routière (CCR) est une unité de la Police Nationale chargée de la sécurisation des personnes sur la voie publique. A cet effet, elle constate les infractions, sensibiliser, informer et éduquer les usagers par rapport au respect strict des règles du code de la route. Procéder au jalonnement lors du déplacement du président de la République, faire des patrouilles, procéder à la collecte des renseignements généraux et à l’escorte des fonds des engins, sont des panoplies de missions de la compagnie de circulation routière qui rendent dans le cadre de la sécurisation des personnes sur la voie publique.


Selon le Commandant de la CCR, Commissaire divisionnaire Abdoulaye Coulibaly,  il y’a deux types de contrôle. Le premier est un contrôle mené par la police indépendamment de tous services techniques. C’est-à-dire, la police sur la voie publique constate qu’il y’a un usager que ce soit à quatre roues, à deux roues ou à trois roues a commis une infraction, il est interpellé immédiatement. On lui demande les pièces afférentes à la conduite dudit engin. Et là l’usager va montrer son permis, sa carte grise et le policier va vérifier les autres pièces afférentes à la conduite. Ça c’est le premier type de contrôle et personne n’est au-dessus de ce contrôle-là. Tout citoyen qui conduit un engin sur le territoire de la République du Mali est obligé de se soumettre à ce contrôle.

Le deuxième type de contrôle c’est un contrôle que la police mène lorsqu’elle est réquisitionnée par le service des impôts ou de la mairie qui rentre dans le cadre du contrôle exclusif des vignettes. Cela, la police est là à côté. Il y’a des agents soit des impôts ou de la mairie, systématiquement tout usager qui passe qu’il commet une infraction oui ou non on il est interpellé. « On te demande uniquement la vignette rien que la vignette. Si vous en avez tant mieux sinon on saisit l’engin et on procède à la mise en fourrière et vous allez vous acquitter d’abord de la vignette et ensuite vous êtes verbalisés » a déclaré le Commandant CCR. « Mais cela ne voudrait pas dire que la police ne peut pas contrôler la vignette sans les services techniques de la mairie et les impôts » a-t-il dit.

Le Commissaire Divisionnaire Abdoulaye Coulibaly a déclaré qu’en longueur de journée il y’a des agents de police sur le pont qui font exclusivement des contrôles dédiés aux usagers à deux roues et à trois roues qui ne respectent pas soit les horaires de passage sur le Pont à ce qui concerne les tricycles et les engins à deux roues qui ne respectent pas la piste cyclable. « C’est-à-dire il y’a certains usagers à deux roues qui circule sur la chaussée et ça c’est formellement interdit. Il y’a une piste qui leur est dédiée. Donc tout usager qui ne respecte pas cette règle-là, qu’il y’a des services techniques des impôts ou de la mairie ou pas les policiers sont obligés de t'interpeler parce que vous venez de commettre une infraction sur la voie publique » a-t-il martelé.
« Consécutivement à ça on t’interpelle et on te demande les pièces. Et la première des choses à demander c’est la vignette de l’engin à deux ou à trois roues et ensuite l’assurance et la facture d’achat. Vous allez voir les autres usagers qui circulent sur la voie réservée aux engins à deux roues les pistes cyclables ou les bandes cyclables, le service de contrôle ne le concerne pas parce que ils n’ont rien commis comme d’infraction donc ils circulent librement, cela doit être clair » a ajouté le Commandant Coulibaly.

Toujours selon le Commandant  de la CCR indépendamment des agents de la circulation routière, les Commissariats de Sécurité Publique et les Brigades Spécialisées mènent des patrouilles nocturnes. « Donc c’est normal de demander les pièces parce que les gens ne peuvent pas circuler dans un pays comme le nôtre où l’insécurité a atteint une certaine proportion. Je vous avoue que beaucoup de motos ont été retrouvées lors de ces patrouilles-là. Donc la nuit c’est normal que l’équipes de patrouille lorsqu’elle est en doute par rapport à l'identité d’une personne ou par rapport à la détention de la moto de vous demander les pièces. Vouloir dire que cette police n’est pas compétente la nuit pour contrôler les gens. Non je m’inscris en faux. Nous pouvons contrôler en tout temps en tout lieu et en toute circonstance pourvue que ces patrouilles s’inscrivent dans le cadre de la légalité » a précisé le Commandant de la CCR.

La Compagnie de la Circulation Routière déploie environs 300 policiers matin et soir dans les 90 carrefours de Bamako. En plus de cela des superviseurs sont déployés dans 50 carrefours pour faciliter la main mise sur les éléments, d’intervenir lorsqu’il y a un différend entre le policier et un usager pour apporter leur concours d’expertise et d’expérience et inscrire l’infraction dans le cadre de la légalité. Ces superviseurs mènent leur travail avec beaucoup de satisfaction et de fierté.

Le Commissaire divisionnaire Abdoulaye Coulibaly dira que des mesures sont en train d’être prises contre les usagers qui s’adonnent à des vitesses excessives et à la consommation d’alcool et drogue.

Il a enfin salué et remercié ses hommes, surtout à cette période de l’hivernage. « Ce n’est pas facile de travailler mais ils le font avec fierté. Je demande beaucoup de courage, de fermeté sur la voie publique et de respecter à la lettre les consignes données. Je les invite à sensibiliser les usagers à s’arrêter lorsqu’il pleut afin d’attendre la fin de la pluie pour circuler parce que très souvent il y’a beaucoup de cas d’accident enregistrés sous la pluie. Par la même occasion je demande aux usagers à respecter les agents de la circulation et le code de la route. Nous sommes au carrefour pour vous et pour vous satisfaire », a-t-il conclu.

Sarr avec la CCPN

 



  • TAGS

You can share this post!