news-details
Société

COLLOQUE DU CINQUANTENAIRE DE l’IHERI-ABT ‘’Le centre a aussi numérisé 95% et catalogué 35% de ses manuscrits’’




Dans le cadre des festivités son cinquantenaire, l’institut des hautes études et de recherche islamiques Ahmed Baba, a organisé, un colloque le jeudi 14 janvier 2020, à Tombouctou. Les activités étaient placées sous la présidence du chef de cabinet du ministre du l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Magassouba.

Rappelons que le Centre de Documentation et de Recherche qui porte le nom de Ahmed Baba dont nous célébrons la magnificence a aujourd’hui 50 ans, et le colloque qui se tient à cette occasion est la manifestation du maintien de cette culture du débat scientifique qui a toujours prévalu en ces lieux.

Le Maire de Tombouctou s’est réjoui du choix porté sur sa commune pour abriter les festivités du cinquantenaire, tout en soulignant l’apport de l’Institut Ahmed Baba dans le rayonnement de sa ville. Aussi, il s’est dit convaincu que le public participant, dont le nombre reste limité à cause des restrictions liées à la pandémie du coronavirus, en sortira largement satisfait des communications qui s’y feront.

A l’entame de son propos, le directeur de l’Institut à adresser ses vifs remerciements aux plus hautes autorités de l’Etat pour la tenue de cette cérémonie ; particulièrement à l’endroit du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui

Pour le directeur de l’institut des hautes études et de recherche islamique,Dr Mohamed Diagayetémalgré le contexte difficile, le département de l’enseignement supérieur n’aménagé aucun effort pour apporter son soutien pour l’organisation de l’événement intellectuel. Cela démontre, selon lui, l’intérêt que les autorités portent à cette institut. « La création du centre Ahmed BABA de Tombouctou, de sa création à nos jours, avec des missions très spécifiques. Aux dires du directeur, l’institut a collecté plus de trente-neuf milles manuscrits (39000) et dispose de milliers de documents imprimés dont certains sont rares. Dans le domaine de la conservation, l’institut a pu loger tous ses fonds de manuscrits dans les boitiers de conservation appropriés, confectionnés dans son atelier. Le centre a aussi numérisé 95% et catalogué 35% de ses manuscrits. S’agissant de la recherche et l’enseignement, l’IHERI-ABT a pu relancer la recherche scientifique, suspendue depuis les évènements de 2012 et a publié le résultat de ses travaux. Ainsi, 08 ouvrages ont été publié, auxquels s’ajoutent les articles scientifiques dans sa revue Sankoré », a-t-il dit.

Quant au représentant régional de la MINUSMA, il a mis l’accent sur l’exemplarité de la coopération entre l’UNESCO et l’IHERI-ABT. Cela à travers, l’adoption de la résolution N°3324 en 1966 qui a abouti à la tenue d’une rencontre des experts en 1967 à Abidjan sur l’utilisation des sources écrites de l’histoire africaine. Il a aussi souligné l’appui matériel et financier à l’adresse de l’IHERI-ABT, notamment le don de matériel de vidéo-conférence et de numérisation.

Par ailleurs, il a exprimé des inquiétudes quant à l’avenir de Tombouctou. A l’en croire, le problème de Tombouctou réside dans le fait que les populations ne s’appuient pas fortement sur ces fondements pour résoudre la crise.

Prenant la parole, le chef de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdoulaye Magassouba, a indiqué que le Centre de Documentation et de Recherche qui porte le nom de Ahmed Baba dont nous célébrons la magnificence a aujourd’hui 50 ans. La commémoration du cinquantenaire de l’institut permet de rappeler les efforts du gouvernement malien à travers ses régimes successifs appuyé par ses partenaires pour la sauvegarde de cette richesse culturelle que regorgent cette ville et sa région. Ensuite, il a souhaité que les communications des brillants panelistes posent les bases d’une analyse juste des défis et des perspectives. Enfin, il a dit que le département ne ménagera, pour sa part, aucun effort pour que les manuscrits de Tombouctou continuent d’abreuver les chercheurs et les étudiants. Après la cérémonie d’ouverture, la délégation a visité des infrastructures de l’Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques – Ahmed Baba de Tombouctou.

On notait la présence de Dr Amadou Ouane, Conseiller Technique du MESRS, Colonel Nouhoum N’Diaye, Haut Fonctionnaire de Défense au MESRS.

Ibrahim Sanogo dit Oliver

 



  • TAGS

You can share this post!