news-details
Sports

CIO Pour Thomas Bach, huit et quatre feront douze




La concurrence est prévenue : il faudra attendre l’année 2025 pour voir le CIO changer de présidence. Thomas Bach, le titulaire du poste depuis le mois de septembre 2013, l’a annoncé lui-même vendredi 17 juillet, pendant la 136ème session de l’instance olympique : il est candidat à sa réélection. Une annonce qui, sauf improbable dérapage de l’histoire, étouffe déjà tout suspense.

Désormais candidat officiellement déclaré, Thomas Bach sera réélu l’an prochain pour un second mandat. Le premier l’a placé sur le trône olympique pour une durée de huit ans. Selon les textes de la charte, le deuxième ne pourra pas excéder quatre ans.

Pour succéder à Jacques Rogge en 2013, le dirigeant allemand avait dû écarter une solide concurrence. Cette fois, sa réélection s’annonce nettement plus confortable. Tout laisse croire en effet que Thomas Bach sera seul en lice au printemps 2021.

« Si vous, membres du CIO, vous le voulez, je suis prêt pour un deuxième mandat de président du CIO afin de continuer de vous servir vous et le mouvement olympique que nous aimons tant quatre ans de plus », a très humblement annoncé Thomas Bach vendredi 17 juillet en début de session.

A en croire la suite des événements, la messe est déjà dite. Pendant près d’une heure, les membres de l’institution se sont succédé en mode virtuel pour tresser des louanges à Thomas Bach, à sa vision et à son leadership. Ils l’ont remercié de solliciter dès maintenant un deuxième mandat. Le dirigeant allemand s’est déclaré ému et touché par une telle litanie de marques de confiance. Mais il n’en attendait sans doute pas moins.

Entré au CIO à l’âge de 27 ans, au sein de la commission des athlètes, Thomas Bach a attendu dix ans de plus pour s’y installer à demeure. Depuis, il a grimpé un à un tous les échelons, jusqu’au dernier, la présidence.

Depuis son élection, en septembre 2013 à Buenos Aires, son parcours présidentiel n’a pas vraiment été un long fleuve tranquille. Il a dû gérer l’affaire du dopage russe après les Jeux de Sotchi, composer avec la baisse du nombre de candidatures, soutenir les organisateurs des Jeux de Rio 2016 confrontés à la crise économique, puis plus récemment encaisser la pandémie de coronavirus et le report des Jeux de Tokyo.

Face à une telle succession de tempêtes, le bateau olympique aurait pu tanguer, voire prendre l’eau. Thomas Bach l’a maintenu à flots, à sa façon très autocratique, imposant son pouvoir à une commission exécutive peu disposée à lui contester. Le mouvement olympique lui doit l’idée du double vote Paris-Los Angeles pour les Jeux de 2024 et 2028. Il lui doit aussi un programme TOP toujours aussi solide et des droits de télévision en hausse constante.

L’olympisme souffre, mais le CIO se porte comme un charme. Thomas Bach peut continuer.

Francs-Jeux.Com

Encadré

Deux sessions en 2021

L’année 2021 s’annonçait calme pour le CIO. Elle ne le sera pas. En plus des Jeux de Tokyo, l’instance olympique devra tenir en quelques mois deux sessions successives. La première, dont les dates ne sont pas encore connues, se déroulera au printemps à Athènes. Elle sera la 137ème du nom et sera dominée par l’élection du président du CIO. La seconde aura pour cadre les Jeux de Tokyo. Elle déroulera son décor et son protocole au cours des derniers jours précédant la cérémonie d’ouverture.

COVID-19

Où en sont les championnats nationaux en Afrique?

Où en sont les championnats nationaux de football en Afrique, quatre mois après l’interruption quasi-totale de toutes les compétitions sur le continent à cause du coronavirus ? Seules cinq ligues ont repris, tandis que la moitié des pays a décidé d’arrêter définitivement ou d’annuler la saison 2019-2020. Tour d’horizon.

La saison est allée à son terme

Au Burundi, le Championnat et la Coupe nationale sont allés à leurs termes. Les dirigeants du foot burundais ont toujours affiché leur différence, refusant de stopper la Primus Ligue (remportée par le Messager de Ngozi) et la Coupe du président de la République (victoire de Musongati FC), à cause de la Covid-19. Les Burundais ont donc été les premiers à mener leurs compétitions jusqu’au bout, malgré le contexte sanitaire.

La saison a repris

La Tanzanie est le premier championnat national stoppé à cause de la Covid-19 à avoir repris, le 13 juin. Il est censé s’achever le 23 juillet. Très largement en avance en tête du classement, le Simba SC est déjà champion.

Le Championnat de Zanzibar a aussi repris les affaires, le 1er juillet.

L’Afrique de l’Est est décidément la sous-région la plus velléitaire puisque la Somalie a ensuite relancé son championnat, le 18 juin.

Les compétitions ont également redémarré aux Seychelles, début juillet et à huis-clos.

La saison est définitivement arrêtée

Le Cameroun a décidé de tout arrêter, ce qui a fait le bonheur du PWD Bamenda champion national pour la première fois de son histoire.

Au Congo-Brazzaville, l’AS Otoho a été sacrée, profitant d’un classement figé.

Au Congo-Kinshasa, même situation où c’est Mazembe qui a vu son nom inscrit au palmarès.

En Côte d’Ivoire, la Fédération en pleine crise a pris son temps pour décerner le titre au Racing Club Abidjan et arrêter la saison de Ligue 1, interrompue après 20 journées.

Au Rwanda, l’APR est champion. Heroes FC and Gicumbi FC sont relégués.

Autres pays

Botswana, Ouganda, Togo

La saison est annulée

En Angola, on a décidé dès le 30 avril de l’annulation de la Girabola. Petro atletico n’est pas sacrée champion mais représentera son pays en Ligue des champions, avec le Primeiro de Agosto.

Le Burkina Faso a emboîté le pas, quelques jours plus tard. Pas de champion pour l’exercice 2019-2020.

Le Bénin a pris son temps, avant de trancher, le 29 juin.

En Centrafrique, tout a été annulé alors que la saison était pourtant quasiment arrivée à son terme.

Au Gabon, les décideurs ont longtemps hésité, penchant en faveur d’une reprise. Avant de jeter l’éponge le 9 juillet dernier.

La Guinée a décidé de tout figer : ni montées, ni relégations.

Le Niger a également opté pour une saison blanche.

Le Nigeria a préféré stopper les frais et miser sur le début de la saison 2020-2021 en septembre ou octobre prochain.

Au Sénégal, on a travaillé en vue d’une reprise au mois de novembre, avant de faire un virage à 180 degrés, la situation restant incertaine. Teungueth, FC leader avant la suspension de la saison, représentera le pays en Ligue des champions.

Autres pays

Cap-Vert, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée équatoriale, Liberia, Maurice, Sierra Leone, Soudan du Sud

La fin de saison est reportée

En Afrique du Sud, les 57 derniers matches de la saison du championnat sud-africain de football vont pouvoir avoir lieu dans la province du Gauteng, bien que la région soit l'épicentre de la pandémie de coronavirus dans le pays. Toutes les rencontres se dérouleront à huis clos et la plupart seront retransmises en direct. Mais la date de reprise exacte n'a pas été communiquée.

Pour Djibouti, le retour du football est fixé au 30 juillet.

En Égypte, malgré un des bilans les plus élevés du continent (près de 4.000 morts), les autorités ont donné leur accord à une reprise des de la Premier League désormais fixée au 6 août.

À Madagascar, la tendance est toujours à une reprise de l’Orange Pro League, mais sans doute sous la forme d’un mini-tournoi avec les 8 meilleures équipes du championnat. Le feu vert de la Fédération et du ministère de la Jeunesse et des sports sont espérés.

Au Mali, on est toujours décidé à reprendre. Le comité scientifique référent a d’ailleurs enfin donné son aval, fin juin. Reste à savoir quand est-ce que la Ligue 1 repartira. Une certitude : les rencontres se disputeront à huis-clos.

Au Maroc, la Botola va reprendre le 24 juillet, a annoncé le ministre de la Culture et des sports Othmane El Ferdaous.

En Mauritanie, un plan a été mis sur pied avec pour objectifs de finir le championnat en septembre avant d’attaquer l’exercice 2020-2021 dès octobre.

Au Soudan, le ballon rond est censé recommencer à rouler à la mi-août.

En Tunisie, on connaît la date de retour de la Ligue 1 (à huis-clos) : le 2 août. En attendant, les play-offs d’accession en première division ont déjà eu lieu.

Autres pays

Eswatini, Malawi, Zambie, Zimbabwe*

Pas encore de décisions définitives

En Algérie, la Fédération est toujours favorable à une reprise mais se heurte au veto du ministère de la Jeunesse et des sports. Les clubs, eux, sont divisés sur la suite à donner à la Ligue 1 2019-2020. La FAF a décidé de convoquer une Assemblée générale extraordinaire pour clore ce périlleux débat.

Aux Comores, l’espoir reste de mise, la saison étant déjà proche de son terme.

Au Kenya, la situation reste toujours très complexe. Le président de la Fédération a décrété la fin prématurée du Championnat et le sacre de Gor Mahia sans l’aval de la Ligue. Les deux instances sont en conflit depuis plusieurs semaines.

Autres pays

Lesotho, Libye, Mozambique, Namibie, Sao Tomé et Principe,Tchad

En Libye, au Mozambique, en Namibie, à Sao Tomé et Principe, et au Zimbabwe, le championnat n’avait pas repris avant la crise du coronavirus.
Informations non-communiquées concernant l'Érythrée et la Guinée-Bissau

David Kalfa (RFI)

 

 

 



  • TAGS

You can share this post!