news-details
Politique

ARRET DU 30 AVRIL DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE L’AMDH appelle à remettre les candidats lésés dans leurs droits




Suite à la situation sociopolitique qui prévaut au Mali, l’Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH) a donné le ton, dans un communiqué en date du 25 Jun 2020. Dans ce document rendu public, l’Association fait connaitre à l’opinion nationale et internationale ses solutions à la crise et appelle les parties opposées à privilégier le dialogue.

Pour décrisper les tensions sociopolitiques qui flambent actuellement au Mali, l’Association Malienne des Droits de l’Homme a ses idées qui sont le fruit d’une analyse approfondie des causes qui sous-tendent la crise. Il s’agit de la paralysie du secteur de l’éducation pendant une longue période, l’insécurité et la proclamation, par la Cour constitutionnelle, des résultats définitifs du second tour des élections législatives du 29 mars et 19 avril 2020.

Reconnaissant que le droit de manifester est une liberté fondamentale reconnue par la Constitution malienne et les instruments juridiques internationaux, l’AMDH appelle le Président de la République et les responsables du Mouvement du 5 juin-Rassemblements des Forces Patriotiques (M5-RFP) à privilégier le dialogue pour résoudre la crise.

L’association exhorte l’ensemble des parties prenantes à trouver un compromis dynamique à même de résorber la crise post-électorale née de la proclamation, par la Cour constitutionnelle, des résultats du second tour des législatives du 29 mars. En effet, l’AMDH estime que l’une des solutions pourrait être de remettre dans leurs droits les candidats lésés par l’arrêt de la Cour constitutionnelle rendu le 30 avril 2020.

L’AMDH encourage aussi le gouvernement et tous les acteurs socio-politiques à convenir, de manière inclusive et consensuelle, d’entreprendre des réformes profondes en faveur de la stabilité du pays, avant les prochaines échéances électorales. Car, indique le communiqué de l’association, si certaines mesures, notamment l’acceptation par le Gouvernement de l’application de l’article 39 et des « consultations sur le sort de la Cour constitutionnelle et de l’Assemblée nationale », ont été annoncées par le Président de la République, les mouvements de contestations se poursuivent et se durcissent.

Selon son président, l’association suit attentivement l’évolution de la situation et a pris acte des mesures annoncées par le Chef de l’État et des propositions faites par la mission ministérielle de la CEDEAO.

Elle invite le Président de la République à prendre, conformément aux dispositions de l’article 50 de la Constitution du 25 février 1992, des mesures fortes et favorables à la résolution de la crise.

Tout en restant attentive quant au respect de l’État de droit et des acquis démocratiques, l’AMDH restera mobilisée pour s’impliquer davantage dans la recherche de solutions à cette crise s’ajoutant à celle du COVID 19 qui prévaut depuis fin mars 2020.

Youssouf Z KEITA

 



  • TAGS

You can share this post!