news-details
Politique

TRANSITION POLITIQUE: Que chaque autorité joue pleinement son rôle




Donner à César ce qui appartient à César veut dire tout simplement que chaque autorité connait sa place dans cette transition. Et la place de chacun ne doit pas varier en fonction du temps c’est-à-dire entre le l’avant et l’après 18 Août. Si chacun reste en sa bonne place aujourd’hui, nous avons la certitude que le Mali peut être sauvé.

La situation socio-politique au Mali est devenu aujourd’hui un véritable casse-tête. Certains diront un avenir incertain d’autres un présent incroyable car inattendu et non maitrisé d’aucune partie. Moi je dirai tout simplement que nous vivons une période de serpent bicéphale : M5 et CNSP.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je me permets de rappeler vivement, clairement et impartialement que la révolution historique que le Mali vit actuellement est le fruit des rassemblements politiques et populaires dont le seul chef d’œuvre est M5-RFP.

Disons-nous la vérité, personne ne peut nier que le M5 a fait partir le président déchu. Aux premières heures même de la démission du PR tant souhaitée par le M5, le CNSP lui-même a conclu qu’il est venu parachevé le travail de ce premier.

Bientôt un mois dans cette situation stagnante, les vraies questions et les véritables problèmes du pays continuent à prendre l’ascenseur. Aucune discussion majeure n’est concluante dans les domaines de la santé, la sécurité, l’emploi, la paix, l’éducation etc…

Ce n’est pas par ce qu’on a des armes qu’on devient le plus fort, ce n’est pas parce qu’on finalise une action qu’on s’approprie la victoire. Voici en clair l’erreur que le CNSP fait visiblement. Au lendemain de la démission de IBK, l’on pensait que les militaires vont directement remettre la clé du Mali au M5-RFP mais on constate jusqu’à aujourd’hui ce mouvement de jeunes militaires dynamiques, chevronnés de leur parcours et patriotes de leurs actes détiennent toujours la clé de l’Hippopotame blessé. On ne sait encore s’ils veulent se l’approprier ou s’ils veulent gâcher l’histoire qu’ils écrivent en laissant trainer cette clé miraculeuse entre les mains des pro IBK, les neutres ou les observateurs centristes. Ces centristes sont simplement ceux qui ne sont ni du M5 encore moins du CNSP. Ils étaient je-ne-sais-où lors des révolutions du 5 Juin et suites. Qu’ils y restent sinon leur opportunisme sera mis en exergue et leur patriotisme en doute aux yeux de tous. Même un discours de 100 pages ne convaincra le malien lambda encore moins la communauté internationale. Ils sont appelés à se préparer pour les élections et la voix des urnes.

Les militaires eux aussi peuvent se préparer par la voix des urnes. Il suffira de céder le fauteuil au M5 et de se préparer. C’est la meilleure chose qu’ils feront.

Ainsi ils protègeront leurs arrières et reviendront en force pour mettre sur les rails le pauvre Mali boiteux et infecté. Les cadres ambitieux du M5 peuvent aussi se préparer pour les élections de 2022. Nul besoin de rappeler que les détenteurs des deux ou trois postes stratégiques de la transition ne sont éligibles aux prochaines élections.

Donner à César ce qui appartient à César

Sincèrement parlant nous sommes tous libres et égaux dans la recherche de postes électifs. Mais nous ne sommes, ni ne pouvons être égaux dans la gestion de la transition. Donner à César ce qui appartient à César veut dire tout simplement que chaque autorité connait sa place dans cette transition. Et la place de chacun ne doit pas varier en fonction du temps c’est-à-dire entre le l’avant et l’après 18 Aout. Si chacun reste en sa bonne place aujourd’hui, nous avons la certitude que le Mali peut être sauvé. Mais s’il faut que nous mettons les pieds dans les plats des autres ; nous n’avancerons pas d’un centimètre. Moi je suis très à l’aise dans mon salon, dans mon bureau et au grin, j’y étais le 17 Aout dernier. Juste pour dire que ceux des 217 partis politiques du Mali, de la société civile et autres qui n’étaient pas signataires du M5-RFP doivent garder leur distance et en faire autant. Ils ont suffisamment de temps et de possibilité d’améliorer leurs positions. Le règne de la transition ne doit faire ni un débat, ni une concertation encore moins d’autres scandales. On en a donné trop de temps. A vouloir satisfaire tout le monde, on n’arrive à rien.

Le duo M5-RFP (75%) et CNSP (25%) acteur de la chute du régime toxique de El’Hadj Ibrahim Boubacar Keita est responsable du Mali d’aujourd’hui. Ils doivent se donner la main très rapidement et bâtir un Mali nouveau. On les jugera par les résultats et non la stratégie. Ils entendront beaucoup de bruit, mais ne dit-on pas de ne jamais regarder derrière celui qui veut avancer. Quel qu’en soit ce qu’ils feront ou diront ; ils seront critiqués. Alors qu’ils s’assument très rapidement car dans la vie il ne faut jamais prendre quelque chose pour un acquis. La transition est juste un gouvernement de mission. Elle permet en résumé de maintenir le système administratif en marche d’une part et d’organiser des élections libres, crédibles et transparentes. De part cette définition notre transition doit mettre en place très rapidement trois ministères (organes ou commissions) de transition même avant le Président et le 1er Ministre. Ces organes travailleront en toute responsabilité et en toute indépendance. Ils produiront un rapport d’étape chaque mois qui sera publié dans tous les journaux et dans toutes les langues.

Ministère de la Santé : Objectifs principaux

Réhabiliter et équiper l’HGT, l’HPG , les CSCOM et les hôpitaux régionaux, réduire les couts sanitaires et innover la prise en charge.

Education

Récupérer rapidement le temps perdu en renforçant la formation continue. Augmenter la qualité, le nombre des IFM et organiser des cours de rattrapage. Négocier les bourses étrangères et investir dans les cours distance.

Emploie

Organiser des recrutements dans le plus bref délai pour renforcer les deux départements d’en haut. Négocier l’intégration des jeunes dans la fonction auprès des privés et la fonction publique. Financer les projets des jeunes sur le fonds COVID et négocier pour d’autres une immigration choisie (vers les pays ou le Covid a frappé).

Nos propositions axées sur les problèmes majeurs de la quasi-totalité des maliens sont portées sur le court terme (18mois). Ces départements seront assistés par un consultant pour le suivi de performance avec un cahier de charges bien définis.

Mes frères et sœurs du CNSP, si vous réussissez ces trois domaines (étant à l’intérieur ou à l’extérieur du système), vous battrez les records de tous les gouvernements qui se sont succédés dans notre pays et par ricochet marquez l’histoire à jamais. Telle est ma proposition.

Tous les invités de la Concertation Nationale peuvent rédiger des propositions de gestion de crise et de gouvernance au Mali. Mais en réalité il est grand temps de sortir des grandes théories et de grandes généralités pour être concret, spécifique et avoir des objectifs clairement définis et atteignables dans le temps.

  1. conseil d’ami, très chers membres du CNSP ; si vous ne vous déresponsabilisez pas très rapidement de la gouvernance de cette transition au profit du M5, à l’allure des choses ; personne ne peut garantir le rétablissement des institutions à hauteur de souhait et le peuple risque de perdre patience. Sachez qu’à l’heure des temps vous n’êtes ni avec le peuple, ni avec le Cherif de Nioro, ni avec la figure emblématique le très éclairé et très respecté MD, ni avec la CEDEAO encore moins avec la Communauté Internationale. Alors que vous n’avez qu’une carte à jouer et tout sera mis à l’ordre. Tirez tout simplement les leçons du passé.

Que Dieu bénisse le Mali !

Cheick H Dembélé

(Entrepreneur, Consultant-chercheur)

 Email : [email protected]

 



  • TAGS

You can share this post!