news-details
Politique

Tentative de modification de l’article 39 Une nouvelle crise évitée de justesse !




La crise scolaire est loin de connaitre son épilogue. Pour la mise en application de l’article 39 du statut des enseignants, certains cadres du ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont tenté d’apporter des modifications significatives sur le projet de décret.

Après 5 mois de grève, le Président de la République Ibrahim Boubacar Keita a décidé de sonner le glas en procédant à l’application immédiate et complète de l’article 39. Depuis cette date, les enseignants sont sur le qui-vive. Tous les regards étaient rivés sur la primature pour l’élaboration d’un avant-projet de décret d’application. Contre toute attente, les syndications de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 se sont rendus compte que le projet de décret envoyé à la primature n’était pas conforme au procès-verbal de conciliation signé le 17 juin 2020, entre le gouvernement et les enseignants de l’éducation signataires du 15 octobre 2016. Ainsi, dans ledit projet de décret, non seulement le gouvernement s’est dit disposé à appliquer l’article 39, en plus cela, il était délibérément mentionné l’abrogation de certaines dispositions de cette loi.

Très déterminés, les responsables des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, suivent la mise en œuvre de cet article comme la prunelle de leurs yeux. C’est pourquoi, quand ils ont eu vent de la nouvelle, une mission a été dépêchée immédiatement au ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur de la Recherche scientifique. A leurs arrivées, ils étaient consternés de constater que certains responsables de ce Département dans leur dessein inavoué, ont carrément modifié cette loi. Séance tenante, une commission de travail a été mise en œuvre pour enlever toutes les modifications apportées à la loi. Selon une source bien introduite, le Secrétaire général du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur de la Recherche scientifique s’est engagé à envoyer, le projet de décret nettoyé de toutes insanités à la primature aujourd’hui. Sans la vigilance des responsables des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, ce décret allait passer en conseil de ministre pour adoption avec ces modifications. Toute chose qui allait visiblement créer une nouvelle crise.

L’on se rappelle, l’application de cet article avait fait couler beaucoup de salives et d’ancres, paralysant du coup l’école malienne. Avec cette nouvelle donne, les enseignants ont décidé de monter la garde jusqu’à l’application complète de l’article 39. Rien ne nous prouve que l’année scolaire 2019-2020, qui a connu beaucoup de soubresaut, est sauvée. On s’acheminerait inéluctablement vers un nouveau bras de fer. Il urge que le gouvernement impérativement quitte sa position de procéder à une application parcellaire de cette loi.

Ibrahim Sanogo dit Oliver



  • TAGS

You can share this post!